Mark Alizart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alizart.
Mark Alizart
Mark Alizart.jpg
Biographie
Naissance
(42 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Britannique
Activité
Philosophe
Autres informations
Distinctions
Chevalier des arts et lettres

Mark Alizart est philosophe. Il a également exercé des fonctions dans plusieurs institutions liées à la création contemporaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mark Alizart est né à Londres en 1975. Il a dirigé plusieurs ouvrages collectifs et catalogues, réalisé un film sur et avec Stuart Hall[1] et publié deux essais, Pop Théologie, en 2015 et Informatique Céleste, en 2017, tous deux parus aux Presses Universitaires de France. Il a également été chargé de programmation culturelle au Centre Pompidou de 2001 à 2006, directeur adjoint du Palais de Tokyo de 2006 à 2011, conseiller du ministre de la culture pour les arts plastiques de 2011 à 2012[2],[3], et chargé de mécénat chez LVMH de 2012 à 2016. En 2015 et 2016, il a également coordonné la Nuit des idées de l'Institut français avec Mathieu Potte-Bonneville[4].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Le travail de Mark Alizart se déploie comme une interrogation sur le sens de la modernité. Sa thèse principale est que "la condition postmoderne est la condition messianique"[5], autrement dit que l'époque contemporaine, loin d'être désenchantée ou nihiliste, est le théâtre d'un renouvellement puissant des formes de la culture, de la politique et, même de la spiritualité.

Dans la revue Fresh Théorie et le livre tiré du film sur Stuart Hall, l'art contemporain, les cultural studies et la pop philosophie sont convoqués à l'appui de cette thèse, chacun de ces domaines témoignant à sa manière du fait que les objets et les formes d'expression caractéristiques de ce qu'on a appelé parfois de manière péjorative la postmodernité sont bien plus riches que leurs contradicteurs ne le pensent couramment[6].

Dans Pop Théologie, Mark Alizart éclaire ce qui peut apparaître comme un paradoxe en essayant de constituer le concept même de postmodernité autrement que comme une forme de modernité diminuée, "sans" dieu, "sans" valeurs, "sans" raison. Au contraire, l'époque contemporaine lui apparaît comme le fruit d'une importante refondation des idéaux d'émancipation issus des Lumières et du judéo-christianisme. Ce travail qui prolonge la thèse de Max Weber sur l'Ethique protestante et l'esprit du capitalisme démontre que la société des loisirs, de consommation et du spectacle sont inséparables du réaménagement de dispositifs ascétiques anciens, liés à un mouvement de renouveau singulier et inaperçu du protestantisme européen, le Réveil[7], qui traverse tout le dix-neuvième siècle.

Informatique Céleste concentre son attention sur un type de savoir très particulier qui est né à cette époque: l'informatique. Pour Mark Alizart, l'informatique ne peut pas être réduite à une forme de pensée instrumentale. Bien au contraire, elle est déjà le résultat de l'opération de dépassement de la Raison des Lumières entreprise par les Romantiques allemands dans les années 1800. Elle est une raison vivante, organique, comme en témoigne d'ailleurs le fait que le vingtième siècle n'a plus eu de cesse de découvrir de l'information dans le vivant, dans la nature, et même dans l'inorganique. Autrement dit, l'informatique fonde une nouvelle ontologie, et surtout un nouvel holisme[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fresh Théorie (dir.), Paris, Éditions Léo Scheer, 2005.
  • Stuart Hall (dir.), Paris, Éditions Amsterdam, 2007.
  • Traces du Sacré (dir.), Paris, Éditions du Centre Pompidou, 2008.
  • Pop Théologie, Paris, Presses Universitaires de France, 2015.
  • Informatique Céleste, Paris, Presses Universitaires de France, 2017. (ISBN 978-2130788959)

Médailles et récompenses[modifier | modifier le code]

  • Chevalier des arts et lettres (2012)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Stuart Hall », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  2. Cf. le décret publié au Journal Officiel.
  3. « Le Journal des Arts N°355 », sur www.lejournaldesarts.fr (consulté le 8 juillet 2015)
  4. Jean-Marie Durand, « Les Inrocks - La seconde édition de la Nuit des idées est une réussite », sur Les Inrocks, (consulté le 27 janvier 2017)
  5. http://www.lesinrocks.com/2015/04/15/livres/pop-theologie-tous-artistes-tous-protestants-11646020/
  6. « La philosophie sert à attrister », Nonfiction.fr, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  7. Thomas Mahler, « Mark Alizart - Pourquoi nous sommes tous (un peu) protestants », Le Point,‎ (lire en ligne)
  8. « Mark Alizart, au début était le code », Libération.fr, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]