Marjorie Sweeting

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marjorie Sweeting
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
OxfordVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Marjorie Mary Sweeting (née le 28 février 1920 et décédée le 31 décembre 1994 à Oxford) est une géomorphologue britannique spécialisée dans les phénomènes karstiques.

Marjorie Sweeting a acquis et transmis des connaissances approfondies sur divers reliefs karstiques, grâce à ses observations en Grèce, en Australie, en Tchécoslovaquie, aux États-Unis, au Canada, en Afrique du Sud, au Belize mais surtout en Chine. Elle a publié Karst Landforms (paysages karstiques) (Macmillan 1972) et Karst in China: its Geomorphology and Environment (Le karst en Chine : sa géomorphologie et son environnement) (Springer 1995) ; ce dernier fut le premier compte rendu occidental complet du karst chinois[1],[2]. Elle fut une scientifique de renommée internationale dans son domaine, une des rares femmes géomorphologues dans un domaine alors dominé par les hommes[3].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Marjorie May Sweeting est née de George Scotland Sweeting et de sa femme Ellen Louisa Liddiard à Fulham en 1920. Elle était enfant unique et son père, GS Sweeting, était professeur de géologie à l'Imperial College de Londres.[réf. nécessaire]

Formation[modifier | modifier le code]

Ses études secondaires ont eu lieu à la Mayfield School à Londres. Elle fut ensuite diplômée du Newham College, à Cambridge en 1981, pour être acceptée en 1942 au Newnham College de Cambridge pour seulement un an, avant d'y revenir en 1945 à la fin de la guerre[4]. En effet, ne pouvant pas poursuivre ses études pendant la Seconde Guerre mondiale, elle fut pendant cette parenthèse entre 1943 et 1945, professeur de géographie à la Howell's School à Denbigh, au nord du Pays de Galles. De retour à Cambridge, elle soutiendra finalement sa thèse de doctorat "Les reliefs sur le calcaire carbonifère du district d'Ingleborough dans le nord-ouest du Yorkshire" ("The Landforms on Carboniferous Limestone of the Ingleborough District in N.W. Yorkshire") en 1948[5].

Carrière[modifier | modifier le code]

Suite à son doctorat obtenu en 1948 avec le sujet "The Landforms of the Carboniferous Limestone of Ingleborough District, NW Yorkshire" [4], Marjorie Sweeting a été en 1951, nommée chargée de cours et directrice des études de géographie au St. Hugh's College. En 1983 elle fut nommée directrice par intérim de l'école[6]. Elle fut aussi maître de conférences et chargée de cours à l' Université d' Oxford de 1954 à 1987. Marjorie Sweeting a fait partie de la Commission Karst de l'Union géographique internationale, où elle est venue travailler sur un nouveau projet intitulé Man's Impact on the Karst (les impacts de l'Homme sur le Karst). Elle travailla également avec Gordon Warwick en appui à l'Union internationale de spéléologie où elle était en charge de la dénudation karstique. Une autre des réalisations de Marjorie Sweeting dans sa carrière a été de diriger une expédition en Malaisie intitulée «Expedition to Gunung Mulu» de 1977 à 1978. Elle en était directrice de programme Landform and Hydrology Survey pour la Royal Geographical Society[7]. L'expédition visait à observer la vitesse de l'érosion et la rapidité avec laquelle la terre se formait dans une forêt aux conditions équatoriales[8]. Marjorie Sweeting a pris sa retraite en 1987.

Une caractéristique majeure de la carrière de Marjorie Sweeting a été son influence sur des générations d'étudiants et de diplômés. Les samedis et les semaines de vacances, elle organisait des excursions pour les étudiants de premier cycle, leur présentant les grottes et les plaisirs des paysages karstiques[6].

Réalisations[modifier | modifier le code]

Marjorie Sweeting a largement contribué à la compréhension et à la connaissances des phénomènes et paysages karstiques. Elle reçut de nombreux prix, incluant ceux du Gill Memorial Prize de la Royal Geographical Society (1955), du certificat de mérite de la National Speleological Society of America (1959), de membre honoraire de la Cave Research Foundation of America (1969)[4], et de la Médaille Busk (1980)[9].

Marjorie Sweeting a été nommée conférencière universitaire CUF en 1953[10]. Elle a reçu la distinction d'un lectorat personnel en 1977[11].

En raison de son travail important et révolutionnaire dans le domaine de la géomorphologie, la British Society for Geomorphology a créé un prix portant son nom, "The Marjorie Sweeting Award", en 2008[12]. Ce prix de 200 £ récompense la meilleure thèse de premier cycle dans le domaine de la géomorphologie dans n'importe quelle université du Royaume-Uni.

Retraite[modifier | modifier le code]

Suite à son départ en retraite en 1987, Marjorie Sweeting a poursuivi ses recherches sur le karst en Chine, qui ont abouti à son dernier travail académique, «Karst en Chine: sa géomorphologie et son environnement», publié à titre posthume en 1995. Ainsi même après son départ en retraite, elle resta passionnée par son travail et continua à plaider en faveur d'études et de recherches effectuées sur le sujet[13].

Femme de science[modifier | modifier le code]

Pendant une grande partie de sa carrière, Marjorie a été l'une des rares femmes géographes en Grande-Bretagne. Reconnue de façon internationale, elle fut l'autrice de plus de soixante-dix publications différentes tout au long de sa vie[14]. Elle fut probablement la femme géomorphologue la plus connue et la plus influente de son temps. Un numéro spécial de «Zeitschrift für Geomorphologie» sur «Le karst tropical et subtropical» a été publié en son honneur en 1997[6].

Voir également[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « OBITUARIES: Marjorie Sweeting », sur The Independent, (consulté le 14 mars 2021)
  2. Karst in China - Its Geomorphology and Environment | Marjorie M. Sweeting, Springer, coll. « Springer Series in Physical Environment », (ISBN 9783642795220, lire en ligne)
  3. Goudie, « Obituaries: Marjorie Sweeting 1920-1994 », Geographical Journal, vol. 161, no 2,‎ , p. 239–240
  4. a b et c Gouldie, Ford et Sugden, « Dr. Marjorie Sweeting », Earth Surface Processes and Landforms, vol. 12, no 5,‎ , p. 445–451 (DOI 10.1002/esp.3290120502)
  5. (en) Goudie, Ford et Sugden, « Dr. Marjorie Sweeting », Earth Surface Processes and Landforms, vol. 12, no 5,‎ , p. 445–451 (ISSN 1096-9837, DOI 10.1002/esp.3290120502, lire en ligne)
  6. a b et c Goudie, « Obituaries: Marjorie Sweeting 1920-1994 », The Geographical Journal, vol. 161, no 2,‎ , p. 239–240 (JSTOR 3060006)
  7. (en) « Marjorie Sweeting », oxfordgeoscience (consulté le 7 février 2021)
  8. Sweeting, « The Geomorphology of Mulu: An Introduction », The Geographical Journal, vol. 146, no 1,‎ , p. 1–7 (DOI 10.2307/634064, JSTOR 634064)
  9. Viles, « Obituary: Marjorie Sweeting 1920-1994 », Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 21,‎ , p. 429–432
  10. (en) Goudie, Ford et Sugden, « Dr. Marjorie Sweeting », Earth Surface Processes and Landforms, vol. 12, no 5,‎ , p. 445–451 (ISSN 1096-9837, DOI 10.1002/esp.3290120502, lire en ligne)
  11. (en) Goudie, Ford et Sugden, « Dr. Marjorie Sweeting », Earth Surface Processes and Landforms, vol. 12, no 5,‎ , p. 445–451 (ISSN 1096-9837, DOI 10.1002/esp.3290120502, lire en ligne)
  12. « The Marjorie Sweeting Award | British Society for Geomorphology », www.geomorphology.org.uk (consulté le 7 février 2021)
  13. (en) Hunter, « Marjorie Sweeting: "The Basis for a World Model of Karst" », Scientific American Blog Network (consulté le 7 février 2021)
  14. Marjorie Sweeting, Karst Landforms, London, Columbia University Press, , 362 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]