Marjo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marjo
Description de l'image Marjo.jpg.
Informations générales
Nom de naissance Marjolène Morin
Naissance (67 ans)
Montréal, Québec
Activité principale Auteure-compositrice-interprète
Genre musical Rock
Années actives 1979 - aujourd'hui
Labels Sphère Musique

Marjo (née Marjolène Morin le à Montréal, Québec, Canada) est une auteure-compositrice-interprète québécoise. Elle a été chanteuse de Corbeau de 1978 à 1984, groupe qui connut un succès tout au long de sa carrière. En 1986, son premier album solo Celle qui va est acclamé par le public et la critique. Au cours des années 1990, les albums Tant qu'il y aura des enfants et Bohémienne obtiennent un succès malgré des sonorités plus calmes. S'ensuivit l'album blues anglophone Bootleg Blues. En 2001, la compilation Sans Retour marque une dure épreuve pour la chanteuse qui menace de ne plus chanter et 4 ans plus tard, elle fait paraitre l'album studio Turquoise. En 2009 et 2010, elle regroupe de nombreux chanteurs et groupes québécois pour les albums Marjo et ses Hommes Volume 1 et 2. Elle a vendu plus d'un million d'albums au cours de sa carrière[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts & Corbeau (1975-1984)[modifier | modifier le code]

Elle débute comme choriste dans deux comédies musicales de François Guy[2]. Ce n'est qu'en 1978 que Marjo se joint au groupe Corbeau, fondé par trois anciens membres du groupe Offenbach, Michel Lamothe à la basse et Roger Belval à la batterie sous l'invitation de Pierre Harel au chant, avec Donald Hince et Jean Millaire à la guitare, pour devenir la chanteuse du groupe en plus d'écrire les textes de plusieurs chansons. Également, Pierre sera son mentor, mais quittera le groupe avant la sortie du premier album. Au début des années 1980, le groupe obtient de la popularité avec les chansons J'lâche pas et Illégal qui remportent un franc succès au Québec.

Carrière solo & Celle qui va (1985-1988)[modifier | modifier le code]

Peu de temps après la dissolution de Corbeau, la chanteuse commence sa carrière solo en tant qu'interprète de la chanson-thème du film La femme de l'hôtel de Léa Pool, chanson qui lui fera d'ailleurs gagner un Prix Génie. Elle apparaît en 1985 dans un vidéoclip de Michel Rivard, Rumeurs sur la ville et participe cette année-là à la Fondation Québec-Afrique en chantant dans le projet collectif Les Yeux de la faim. En 1986 paraît son premier album solo, intitulé Celle qui va. Le succès est au rendez-vous ; Marjo vend plus de 250 000 albums. C'est sur cet album que se trouvent les chansons Doux et Chats sauvages.

La même année, elle est invitée à faire la première partie du spectacle de la légendaire chanteuse américaine Eartha Kitt[3].

En 1988, elle collabore avec Gerry Boulet pour sa chanson Les Yeux du cœur, sur l'album Rendez-vous doux.

Tant qu'il y aura des enfants (1989-1993)[modifier | modifier le code]

En 1990, Marjo lance un deuxième album solo Tant qu'il y aura des enfants, qui remporte un succès phénoménal grâce aux chansons À bout de ciel, Je sais, je sais, Y'a des matins et Provocante. C'est grâce à cet album que la chanteuse remporte, au gala de l'ADISQ de 1991, le prix Félix de l'album de l'année.

Bohémienne (1994-1996)[modifier | modifier le code]

Quelques années passent, puis, en 1995, paraît l'album Bohémienne, à la fois rock et calme. Cet album se voulait en quelque sorte un cri d'amour destiné à son Jean Millaire, avec qui elle passait de durs moments à cette époque. Parmi les grands succès de cet album, on compte évidemment la pièce-titre, « Bohémienne », « Fais pas l'fou », « Si c'est ça la vie » et « Marabout ».

Bootleg Blues & Sans retour (1997-2003)[modifier | modifier le code]

En 1998, la chanteuse délaisse son style rock pour s'aventurer dans le blues. Succès mitigé de son album Bootleg Blues.

Enfin, en 2001, Marjo lance un album compilation, Sans retour, sur lequel on retrouve les plus grands succès de ses trois premiers albums solos. Comme le titre l'indiquait, Marjo ne pensait pas revenir à la musique après cet album. Depuis sa rupture avec Jean Millaire, son comparse de toujours, c'était trop dur pour elle.

Retour & Turquoise (2004-2007)[modifier | modifier le code]

Pourtant, en 2004, lors d'une apparition à l'émission Star Académie, elle promit un retour et la sortie d'un nouvel album. Un an et demi plus tard, en , l'album Turquoise était lancé. Ce dernier fut surnommé son album « fleur bleue », parce qu'on n'y retrouve pas le son rock qui avait fait sa réputation dans les années 1980 et 1990. Un nouvel album est attendu qui serait, selon certains, un peu plus du style rock 'n' roll, comme ses anciens. La date de sortie est toutefois inconnue.

Le , lors de l'événement Jonquière en musique, Marjo fait une chute en s'approchant trop près du rebord de la scène.

Marjo et ses hommes (2008-2013)[modifier | modifier le code]

En , elle collabore au nouvel album de Marie-Chantal Toupin, en lui offrant une chanson pour celui-ci, Pas facile, originellement prévue pour l'album Turquoise. On ignore pourquoi elle ne fut pas retenue pour ce dernier, mais elle reste toutefois un beau cadeau et une belle marque d'amitié entre les deux chanteuses[4].

En 2009, elle lance Marjo et ses Hommes volume 1, l'album composé de duo avec la chanteuse soit un chanteur ou un groupe[5] dont Corbeau[6]. L'année suivante elle lance Marjo et ses Hommes volume 2[7] suivi d'un spectacle au Centre Bell. En 2013, les deux tomes sont réunis dans une compilation nommé Marjo et ses Hommes - L'intégrale.

Actuellement (2014-présent)[modifier | modifier le code]

La chanteuse se produit occasionnellement en concert à travers le Québec.

Si l'annonce d'un nouvel album est rare, mais elle a collaboré avec le chanteur Paul Daraîche en 2015 et l'année suivante avec le rappeur Ivy.

Icône[modifier | modifier le code]

Marjo a su se distinguer et devenir la première chanteuse québécoise de style rock. La presse la qualifie d'influence chez de nombreuses chanteuses comme Anik Jean, Marie-Chantal Toupin également Marie-Mai malgré son passage à Star Académie.

Style musical[modifier | modifier le code]

À la tête de Corbeau, le groupe jouait principalement du hard rock. Les années 1970 marquent un changement dans la musique québécoise où les chanteuses ont commencé à aborder le sujet de la sexualité dans leur chanson.

Dans les années 1980, son premier album solo Celle Qui Va marque un changement musical toujours dans les tons rock plus commercial donc soft rock et pop rock.

Dans les années 1990, les albums Tant Qu'il y Aura des Enfants et Bohémienne sont de moins en moins rock et calme.

Sur scène[modifier | modifier le code]

Une autre qualité de la chanteuse est le contact avec le public. Les thèmes abordés dans certaines de chansons au cours de sa carrière font une impression qu'elle parle à son auditoire.

Lauréat et nomination[modifier | modifier le code]

Gala de l'ADISQ[modifier | modifier le code]

année catégorie pour lauréat/nomination
1980[8] microsillon de l'année - rock Corbeau nomination
1981[9] groupe de l'année Corbeau lauréat
révélation de l'année Corbeau nomination
microsillon de l'année - rock Fou nomination
chanson de l'année J'lâche pas nomination
1982[10] groupe de l'année Corbeau lauréat
microsillon de l'année - rock Illégal lauréat
1983[11] groupe de l'année Corbeau nomination
spectacle de l'année - musique et chanson Illégal nomination
1984[12] groupe de l'année Corbeau nomination
microsillon de l'année - rock Visionnaire nomination
1985[13] microsillon de l'année - rock Dernier cri nomination
1986[14] interprète féminine de l'année elle-même nomination
1987[15] interprète féminine de l'année elle-même lauréat
microsillon de l'année - rock Celle qui va lauréat
chanson populaire de l'année "Chats sauvages" lauréat
spectacle de l'année - musique et chansons rock Celle qui va lauréat
1988[16] interprète féminine de l'année elle-même nomination
microsillon le plus vendu Celle qui va lauréat
chanson populaire de l'année "Doux" nomination
1989[17] chanson populaire de l'année (avec Gerry Boulet) "Les yeux du cœur" nomination
1991[18] interprète féminine de l'année elle-même nomination
album de l'année - meilleur vendeur Tant qu'il y aura des enfants nomination
microsillon de l'année - rock Tant qu'il y aura des enfants lauréat
chanson populaire de l'année "Je sais, je sais" lauréat
vidéoclip de l'année "Je sais, je sais" lauréat
spectacle de l'année - rock Tant qu'il y aura des enfants lauréat
1992[19] interprète féminine de l'année elle-même nomination
chanson populaire de l'année "Y'a des matins" nomination
vidéoclip de l'année "Y'a des matins" nomination
émission de télévision de l'année - chanson Marjo Francofolies 1990 lauréat
1995[20] interprète féminine de l'année elle-même nomination
album de l'année - rock Bohémienne nomination
chanson populaire de l'année "Bohémienne" nomination
vidéoclip de l'année "Bohémienne" nomination
1996[21] interprète féminine de l'année elle-même nomination
2010[22] album de l'année - populaire Marjo et ses hommes, Vol. 2 nomination
album de l'année - rock Marjo et ses hommes, Vol. 1 nomination
  • Nomination pour Bill Szawlowski, Garry Moffet & Jean Millaire dans la catégorie réalisateur de l'année pour "Chats Sauvages" en 1987.
  • Nomination pour Michel Therrien dans la catégorie sonorisateur de l'année pour la tournée Celle Qui Va en 1988.
  • Lauréat pour Lyne Charlebois dans la catégorie réalisateur de vidéoclips de l'année pour le vidéoclip "Je Sais, Je Sais" en 1991.

Prix Génie[modifier | modifier le code]

année catégorie pour lauréat/nomination
1985 meilleure chanson originale "Touch Me" pour La Femme de l'hôtel lauréat

Scandale[modifier | modifier le code]

En 2015 lors d'une entrevue par téléphone au Journal de Montréal, la chanteuse critique fortement le manque d’audace de la nouvelle génération d'interprète[23].

« C’est plate. C’est trop doux, ça brasse pas. Y a pas assez de pétards, de flammèches... Ça pète pas ! - Marjo »

.
Sa critique en choquera plusieurs et un mois plus tard, elle offrira ses excuses[24].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle a fréquenté le photographe Pierre Dury suivi de Jean Millaire alors guitariste pour Corbeau. Celui-ci la suit dans sa carrière solo jusqu'au début des années 2000 où ils se séparent, un dur coup pour la chanteuse qui menace de tout arrêter.

En 2013, elle est atteinte d'un cancer du sein, l'année suivante[25], elle est opérée avec succès et reprend ses activités.

Justice[modifier | modifier le code]

Le , la chanteuse percute un véhicule sur l'autoroute 15 à la hauteur de Laval et continue sa route jusqu'à ce qu'elle soit arrêtée par la police[26]. L'année suivante, le procès a lieu à Saint-Jérôme où elle doit comparaitre, mais ne s'y présente pas et remporte le procès en 2016[27]. Deux ans après l'événement, elle plaide coupable pour conduite avec les facultés affaiblies et conduite dangereuse également acquittée de délit de fuite[28].

Discographie[modifier | modifier le code]

avec Corbeau[modifier | modifier le code]

année titre palmarès note
Québec[29]
1979 Corbeau -
1981 Fou -
1982 Illégal 1 7 semaines numéro 1.
1983 Visionnaire 13 Extended Play

Solo[modifier | modifier le code]

album studio[modifier | modifier le code]

année titre palmarès certification note
Québec
1986 Celle qui va 1 CRIA: 2x platine (200 000)[30]
  • Sous le titre "Amoureuse" en France[31].
  • 22 semaines numéro 1.
1990 Tant qu'il y aura des enfants 1 CRIA: 2x platine (200 000) 14 semaines numéro 1.
1995 Bohémienne 1 CRIA: platine (100 000) 1 semaine numéro 1.
1998 Bootleg Blues 15
2005 Turquoise 8

compilation[modifier | modifier le code]

année titre palmarès
Québec
2001 Sans retour 7
2013 Marjo et ses hommes - L'intégrale -

projet collectif[modifier | modifier le code]

année titre palmarès
Québec
2009 Marjo et ses hommes, Vol. 1 3
2010 Marjo et ses hommes, Vol. 2 2

Single[modifier | modifier le code]

année titre palmarès album note
Québec
1986 Impoesie 2 Celle qui va
Celle Qui Va 23
1987 Chats Sauvages 1 13 semaines numéro 1.
Doux 1 9 semaines numéro 1.
1988 Sans toit ni loi 10
Amoureuse - Amoureuse Apparu seulement en France[32].
1989 À bout de ciel 1 Tant qu'il y aura des enfants 6 semaines numéro 1 en 1990.
1990 Je sais, je sais 1 5 semaines numéro 1.
Provocante 12 Paru en France en 1993[33].
1991 Tant qu'il y aura des enfants 1 4 semaines numéro 1.
Y'a des matins 1 4 semaines numéro 1.
Ailleurs 2
1992 Elle disait 14
Entre avec moi 10
1995 Bohémienne 1 Bohémienne 4 semaines numéro 1.
Trop d'amour 1 3 semaines numéro 1.
Fais pas l'fou 10
S'il fallait 1 4 semaines numéro 1.
1996 Ton nom 1 4 semaines numéro 1.
Sadie 12
1997 Si C'est ça la vie 1 3 semaines numéro 1.
La cruauté d'aimer 21
2005 La Lune de novembre 2 Turquoise
2006 Si tu étais là 27
Loup 30
2009 Ailleurs (avec Éric Lapointe) 10 Marjo et ses hommes, Vol. 1
2010 Doux (avec Richard Séguin) 10 Marjo et ses hommes, Vol. 2
Je sais, je sais (avec Daniel Lavoie) 34
Tant qu'il y aura des enfants (avec Gregory Charles) 35
2011 À bout de ciel (avec Yann Perreau) 5 Marjo et ses hommes, Vol. 1

Collaboration[modifier | modifier le code]

année titre palmarès artiste album
Québec
1980 Mon p'tit bonhomme de chemin - Stephen Faulkner À cheval donné on r'garde pas la bride
1985 Les yeux de la faim - Fondation Québec-Afrique
Y était temps qu'ça s'arrêt 27 Robert Leroux
1988 Les yeux du cœur 1 Gerry Boulet Rendez-vous doux
2013 En attendant 5 Alain-François
2015 Showtime - Paul Daraîche Laisse-moi te dire
2016 Dysthymie - Ivy S'armer de patience

Compositions[modifier | modifier le code]

année titre(s) artiste album
1979 "Cash-moé"

"En pièces détachées"

Corbeau Corbeau
1981 toutes les pièces Corbeau Fou
1982 toutes les pièces Corbeau Illégal
1983 toutes les pièces Corbeau Visionnaire
2008 "Pas facile" Marie-Chantal Toupin À distance

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Marjo a vendu un million d'albums depuis ses débuts | Musique », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2018).
  2. Michel Fournier, Québec Info Musique.com et Louis Bédard (Foutchy), Oricom Internet Inc., « Québec Info Musique | Marjo », sur www.qim.com (consulté le 5 janvier 2018).
  3. « ICI Radio-Canada Première | Balados, livres audio », sur Radio-Canada (consulté le 16 septembre 2020).
  4. Tout le monde en parle, émission du 28 septembre 2008.
  5. Matthieu Bichat, « Marjo et ses hommes : Conférence de presse - », flashquebec.info,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2018).
  6. Michelle Coudé-Lord, « Marjo fait renaître Corbeau », Le Journal de Montréal,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2018).
  7. La Presse canadienne, « Le volume 2 de Marjo et ses hommes sera lancé le 9 février », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 17 janvier 2021).
  8. « Archives 1980 – – ADISQ », sur ADISQ (consulté le 5 janvier 2018).
  9. « Archives 1981 – – ADISQ », sur ADISQ (consulté le 5 janvier 2018).
  10. « Archives 1982 – – ADISQ », sur ADISQ (consulté le 5 janvier 2018).
  11. « Archives 1983 – – ADISQ », sur ADISQ (consulté le 5 janvier 2018).
  12. « Archives 1984 – – ADISQ », sur ADISQ (consulté le 5 janvier 2018).
  13. « Archives 1985 – – ADISQ », sur ADISQ (consulté le 5 janvier 2018).
  14. « Archives 1986 – – ADISQ », sur ADISQ (consulté le 5 janvier 2018).
  15. « Archives 1987 – – ADISQ », sur ADISQ (consulté le 5 janvier 2018).
  16. « Archives 1988 – – ADISQ », sur ADISQ (consulté le 5 janvier 2018).
  17. « Archives 1989 – – ADISQ », sur ADISQ (consulté le 5 janvier 2018).
  18. « Archives 1991 – – ADISQ », sur ADISQ (consulté le 5 janvier 2018).
  19. « Archives 1992 – – ADISQ », sur ADISQ (consulté le 5 janvier 2018).
  20. « Archives 1995 – – ADISQ », sur ADISQ (consulté le 5 janvier 2018).
  21. « Archives 1996 – – ADISQ », sur ADISQ (consulté le 6 janvier 2018).
  22. « Archives 2010 – – ADISQ », sur ADISQ (consulté le 6 janvier 2018).
  23. Sophie Côté, « La relève en musique est « plate », selon Marjo », Le Journal de Montréal,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2018).
  24. Elisa Cloutier, « Marjo regrette d’avoir méprisé la relève musicale », Le Journal de Montréal,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2018).
  25. Daniel Daignault, « Marjo opérée pour un cancer du sein », TVA Nouvelles,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2018).
  26. Caroline Pailliez, « Un Noël gâché par Marjo », Le Journal de Montréal,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2018).
  27. Agence QMI, « Conduite avec facultés affaiblies et délit de fuite: cause reportée pour la chanteuse Marjo », Le Journal de Montréal,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2018).
  28. Frédérique Giguère, « Alcool au volant et conduite dangereuse: Marjo se reconnait coupable », Le Journal de Montréal,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2018).
  29. « Palmarès reconstitués de la chanson au Québec | BAnQ », sur www.banq.qc.ca (consulté le 4 septembre 2020).
  30. (en-US) « Gold/Platinum - Music Canada », sur Music Canada (consulté le 8 janvier 2018).
  31. « Marjo - Amoureuse », sur Discogs (consulté le 4 janvier 2018).
  32. « Marjo - Amoureuse », sur Discogs (consulté le 5 janvier 2018).
  33. « Marjo - Provocante », sur Discogs (consulté le 5 janvier 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]