Marion Muller-Colard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marion Muller-Colard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Écrivaine, théologienne, auteure de littérature pour la jeunesseVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinction

Marion Muller-Colard est une théologienne et écrivaine française, née à Marseille en 1978. Elle est membre du Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé (2017).

Biographie[modifier | modifier le code]

Marion Muller-Colard est titulaire d'un doctorat obtenu à la faculté de théologie protestante de Strasbourg[1]. Après une année de spécialisation en études juives à Jérusalem, elle consacre ses années de recherche à une étude du livre biblique de Job, en écho avec sa pratique bénévole de médiatrice pénale. Elle écrit également régulièrement des méditations pour l'hebdomadaire protestant français Réforme[2].

Parallèlement, elle publie dans la presse des récits pour la jeunesse. Les éditions Gallimard publient son premier roman en 2011 : Prunelle de mes yeux dans la collection Folio Junior. Son essai L'Autre Dieu. La Plainte, la Menace et la Grâce a obtenu en 2015 les prix "Écritures & Spiritualités" et "Spiritualités d'aujourd'hui".

Elle est nommée au comité consultatif national d'éthique en qualité de personnalité appartenant aux principales familles philosophiques et spirituelles le [3].

Elle vit dans les Vosges alsaciennes avec son mari et ses deux enfants.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Essais et récits[modifier | modifier le code]

Ouvrages jeunesse[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marion Muller, Le mal de justice : quelle justice peut rendre compte du mal ? Réponse de Job, des amis et de Dieu, Université de Strasbourg, 2006, 314 p. [1]
  2. Liste des contributions à Réforme [2]
  3. Arrêté du 26 décembre 2017 portant nomination au comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé [3]
  4. Compte-rendu par Gilles Castelnau sur son blog Protestants dans la ville [4]

Liens externes[modifier | modifier le code]