Marion Baruch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baruch.
Marion Baruch
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité

Marion Baruch est une artiste roumaine née à Timișoara en 1929. Elle a vécu à Bucarest, en Israël, à Milan et à Paris. Elle vit et travaille à Gallarate en Italie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marion Baruch est née en 1929 à Timișoara. À 20 ans, elle a la possibilité de fuir la Roumanie stalinienne avec sa mère pour rejoindre Israël. Elle y suit tout particulièrement, à l'École des beaux-arts de Bezalel, les cours du peintre Mordecai Ardon, artiste du Bauhaus.

À 24 ans, pour sa première exposition personnelle elle présente des dessins de grand format à la galerie Micra-Studio, de Tel Aviv. Elle bénéficie d'une bourse d'étude à l'étranger et choisit de s'installer en Italie. À partir de 1955, elle étudie à l'Académie des Beaux Arts de Rome et expose en Italie et en France. Elle vit ensuite à Milan où elle est représentée par la galerie Luciano Inga-Pin. En 1990 elle décide de signer ses œuvres Name Diffusion, un label qu'elle constitue sous le statut d'une entreprise commerciale.

Elle s'installe et vit à Paris 19e, 32 rue Sorbier, de 1993 à 2007. Name Diffusion devient également une association loi de 1901 qui mène des actions artistiques sous la forme d'un collectif.

En 2007, atteinte d'une perte partielle de la vision, Marion Baruch doit changer ses modes d'action et de production. Elle s'installe à Gallarate (Italie) et choisit d'exposer sous son nom propre des formes de pièces plus condensées, à partir de 2009. Son œuvre prend une nouvelle dimension et est exposée en Italie, en Suisse, en France et dans d'autres pays.

Premières expositions[modifier | modifier le code]

Le projet initial de Marion Baruch est d'injecter un langage contemporain dans les genres artistiques établis. Elle explore la peinture, le métal, le bois, le verre, sous l'angle du vide soulignant l'absence de matière par le contour. Ainsi de la série Monitor, rectangles de bois de différentes dimensions peints en blanc encadrant un verre transparent, à la manière d'écrans qui soulignent des espaces de vide sur les murs. Elle entre dans la galerie Luciano Inga Pin de Milan qui la représente à la Foire Art Basel.

Dans les années 1970, elle est invitée deux fois au Salon de la jeune sculpture de Paris. Elle présente dans le Jardin du Palais-Royal, une sculpture monumentale in memoriam (en hommage à sa mère enterrée à Paris). Il s'agit d'un rectangle de métal évidé peint au minium et suspendu horizontalement. La pièce est installée ensuite devant une école à l'invitation de la ville de Vitry-sur-Seine. Marion Baruch se réjouit que sa sculpture puisse susciter un cadre pour les jeux d'enfants.

L'art, une entreprise de fiction[modifier | modifier le code]

En 1990, Marion Baruch s'engage dans la mouvance artistique de ce que Nicolas Bourriaud a théorisé en 1998 comme art relationnel. Elle crée des espaces de fiction provoquant de nouvelles situations dans les lieux d'art contemporain et, mettant en question les circuits économiques traditionnels, elle confronte les codes et modalités de fonctionnement de l'entreprise à ceux de l'art. Plus particulièrement, Marion Baruch mime l'univers de la confection textile, ses relations au corps, et plus généralement les interactions entre art et espace social, au travers de la production industrielle d'objets. Elle constitue la société Name Diffusion, dont l'activité consiste à exposer ses productions, et l'immatricule à la Chambre de commerce de Varèse (Italie).

Cette marque générique qui signe désormais ses créations creuse la question de l'attribution, qui reste elliptique, puisqu'elle est vecteur de diffusion d'un nom informulé. Alors que l'art est toujours marqué d'une signature, celle de Name Diffusion débouche sur une abstraction.

En 1993, Name Diffusion installe un Showroom fictionnel, où ses produits sont exposés sur des portants, dans l'exposition Business Art Business au Gröninger Museum, 1993 Groningen, Pays-Bas.

Cette exposition collective présente des environnements des labels artistiques Banca di Oklahoma SRL, Ingold Airlines (Res Ingold (en)), Int Fish-Handel Servaas ZN, Mark Kostabi, Name Diffusion (Marion Baruch), Philippe Cazal, Premiata Ditta (it) SAS, et Tecnotest SRL. Le catalogue a la forme d'une boîte de pizza imprimée en noir et argent. L'intérieur contient des catalogues individuels sans unité de style, un par groupe d'artistes.

Esthétique du relationnel[modifier | modifier le code]

Désireuse d'explorer des visions et stratégies artistiques nouvelles, Marion Baruch vit à Paris à partir de 1994. Agissant dans le cadre d'un art urbain « inorganique »[1], elle veut donner à vivre l'art comme une expérience de vie à part entière.

Elle constitue Name Diffusion en association et fédère de jeunes artistes et des personnes porteuses de différents champs de savoirs comme Dana Diminescu sociologue, la militante féministe Ginette Lemaître, Anne-Marie Morice créatrice et directrice de Synesthésie, Serge Combaud infographiste développeur web, des artistes.

Du 24 mars au 9 avril 1994, elle participe à l'exposition Femmes publiques, au Palais de la Femme sur une proposition de Ginette Lemaitre avec Christine Melchiors (pour le collectif Bob Smith), et Art Domestique Production (Deborah Weinstein). Catalogue.

Elle crée des dispositifs esthétiques participatifs qui réunissent, dans un but artistique affirmé, nombre de personnes d'ethnies et de nationalités diverses. Ces derniers apportent leurs vécus individuels et collectifs. Fin 1996, Tatiana Trouvé l'invite à organiser l'événement Interplace Access à l'Espace Via Farini de Milan. Sont exposés une quarantaine de projets artistiques et de structures créées par des artistes en Europe et aux États-Unis. Les participants apportent des documents : magazines, catalogues, vidéos, cassettes audios, et posters. Une table-ronde est animée par Paul Ardenne, Jordan Crandall envoie un texte.

En 1998, Marion Baruch/Name Diffusion est invitée par l'artiste berlinoise Marion von Osten à devenir correspondante pour le lancement du projet MoneyNations, une mailing list qui publie des textes sur le paradoxe entre les notions de frontières et de globalisation économique.

À Paris, les interventions de Name Diffusion s'organisent autour de l'invention de dispositifs qui mettent en relation des pratiques artistiques et culturelles comme Bordercartograph, La Fête des Langues, Displacement_for, Le jeu du Tapis Volant (réalisé avec Arben Iljazi et Myriam Rambach)[2], Bibliomail. Outre les centres d'art, les espaces artistiques, les centres sociaux, Marion Baruch se saisit des réseaux numériques pour propager ces projets ou les créer. Elle produit un site support d'information et de transmission, aujourd'hui disparu, et utilise d'autres supports comme la revue Synesthésie (qui n'est plus en ligne), le site de la biennale Art Grandeur Nature en Seine Saint-Denis qui s'est arrêtée en 2008, des listes de diffusion, des blogs.

Marion Baruch/Name Diffusion s'inscrit dans des dynamiques d'activités collectives, souvent reliées au problématiques de la mobilité, de la mondialisation migratoire, de l'exil, et aux nécessités de toujours revisiter les repères culturels, corporels et mentaux. Elle conduit son art relationnel vers des actions collectives, de coopérations, où chaque participant trouve sa place.

Réincorporation[modifier | modifier le code]

À partir de 2007, Marion Baruch « entame un changement radical de sa démarche, en revenant aux éléments basiques de la pratique artistique comme les couleurs, les formes, les contrastes ». (Noah Stolz) Elle réintègre son nom propre.

En 2010, elle entame une Trilogy, Mon corps où es-tu ?. Cette action se présente comme la "Posologie d'une quête de guérison". Elle commence par l'action performative La chambre vide[3]. Marion Baruch reçoit, dans une pièce qu'elle a entièrement vidée de son petit appartement parisien, toute personne à la suite d'annonces diffusées. L'action se poursuit par des collectages dans le quartier du Sentier, La collecte des chûtes, à la recherche de déchêts provenant des ateliers de confection. Puis les actions publiques Parischûtes offrent aux participants la possibilité de composer des objets textiles singuliers en tressant, nouant, assemblant de différentes façons les tissus collectés.

Sur ce principe, elle répond à l'invitation de la curatrice Nathalie Viot pour investir l'Espace Neuf cube, galerie de la mairie du 9e arrondissement de Paris et différents lieux de ce quartier (Centre social, galerie des Petits Carreaux[4]) pour l'exposition Start en janvier 2012.

À partir de 2011, elle découvre, dans le bassin milanais de l'industrie du textile où elle vit, des déchets de tissus servant à la haute couture. Ces chutes dessinent en creux les formes des différentes pièces qui constituent les vêtements et soulignent ainsi, par le vide, des silhouettes stylisées de parties de corps habillés : manches, jambes, pans de vestes, de jupes. Cette « matière sociale », qu'elle dispose d'un geste sur les murs des espaces d'exposition, tire un fil mémoriel vers des artistes comme Joseph Beuys, Robert Morris.

Christian Bernard, directeur du MAMCO jusqu'en 2016, Musée d'art moderne et contemporain de Genève, l'expose. Elle entre dans les collections du musée.

Elle poursuit une carrière internationale en Suisse, en Italie, en France et dans d'autres pays.

Marion Baruch est représentée par la galerie Laurence Bernard, Genève et la galerie Anne-Sarah Bénichou, Paris.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1991: Briefing, Galerie Luciano Inga-Pin, Milano
    • Mattia knows it, Galerie Luciano Inga-Pin, Milano (solo show)[5]
  • 1992 : Avantgarde - Kampagne, Kunsthalle Düsseldorf, Düsseldorf (cat.)
  • 1993 : Business Art/Art Business Gröninger Museum, Gröningen (cat.), Tecnopolis Bari (cat.)
  • 1994 : Femmes Publiques, Palais de la Femme, Paris, commissaire Ginette Lemaître (cat.)
    • Pro-Création, Fri-Art Kunsthalle, Fribourg (cat.), Ars-Lux Bologna (cat.)
    • Prénom d’artiste, Studio Morra, Napoli (solo show)
  • 1995 : When tekkno turns to sound of poetry, Kunst Werke, Berlin (cat.)
    • 50e Anniversaire des Comités d’Entreprise, La Villette, Paris
    • Messe 2ok Köln (cat.)
  • 1996 : Ad on exchange, Zingmagazine, New York
    • Doppio Morgen, Luciano Inga-Pin, Milan
    • Compartments Globe, Copenhage (cat.)
    • Interplace Access, Viafarini, projet de Tatiana Trouvé, Milan (cat.)
    • Natura Naturans, Museo di Storia Naturale, Trieste (cat.)
    • geld.beat.synthetik, Aesthetic of truth, edition ID-archiv, Berlin
  • 1997 : Exogen Nicolaj, Contemporary Art Center, commissaires Bruno Guiganti et Morten Salling, Copenhage (cat.)
    • Just Watch, Shedhalle, Zurich (cat.)
  • 1998 : Je suis une sans-papière, action en ligne, publication Synesthésie 06
  • 1999 : Displacement_for
  • 2000 : Moneynations, Shedhalle, Zurich, curated by Marion Von Osten (cat.)
    • Micropolitiques, Le Magasin, Centre d’art contemporain, Grenoble (cat.)
    • Moneynations, Kunsthalle Exnergasse, Vienne (publication)
  • 2001 : Bibliobus, Centre d’art contemporain Cimaises et Portiques, Albi, publication
    • Avis de Passage, ODDC, St-Brieu
  • 2002 : Contemporaines, genre et représentation, publication en ligne Synesthésie 12, inauguration par Anne-Marie Morice au Palais de Tokyo, Paris
    • Lines of Mobility Kunstverein Nürenberg
  • 2004 : Mobilités, exposition collective commissaire Anne-Marie Morice, Maison des Sciences de l'Homme, Paris. Publication Synesthesie 13
  • 2005 : Jeu du Tapis volant, Name Diffusion, action artistique collective. Début du projet avec le  Centre Stéphane Hessel (CAOMIDA), foyer France Terre d’Asile de Boissy-Saint-Léger. Séances de jeu : Musée De l’Homme, Paris, Espace Synesthésie, et Musée d’Art et d’Histoire à Saint-Denis[6], Musée de l'Histoire de l’Immigration[7], Paris, Biennale de Paris[8], etc
  • 2008 : Trame di Penelope[9], Erica Borhi, Alice Cattaneo, Name Diffusion, Opere e Workshop, exposition collective commissaire Emma Zanella, MUSEO GA, Gallarate (cat.)
  • 2009 : Trilogy: Mon corps où es-tu?, 32 rue Sorbier, Paris
  • 2010 : Trilogy: Mon corps où es-tu?, Maison des sciences de l’homme, Paris
  • 2011 : PARISchutes, Théâtre Le Vent se lève, Paris
  • 2012 : PARISchutes, Théâtre Le vent se lève, Paris
    • START, Marion Baruch, NeufCube, curatrice Nathalie Viot, Paris
  • 2013 : Ready resti, Autoritratti[10], MAMBO, curatrice Francesca Pasini, Bologna
    • Lampi di memoria, Des histoires sans fin[11], MAMCO, curatrice Nathalie Viot, Genève
  • 2014 : Marion Baruch, Sculpture Ambiente, Mars, Milan
  • 2015 : Sviluppo-Parallelo[12], Kunstmuseum (de), Luzern, curateur Noah Stolz
  • 2016 :
    • Eingang, In & Out, Up & Down, Durch und Durch, Galerie BolteLang[13], Zurich, Proposé par Fanni Fetzer, commissariat de Noah Stolz
    • Mancanza/Here and where Galerie Otto Zoo, Milan[14]
    • Printemps de Septembre[15] L'Adresse[16] Commissariat de Christian Bernard[17]
    • Printemps de Septembre[18] Château de Degrés[19] Commissariat de Nathalie Viot
    • Le temps éclaté par la profondeur du vide [20] Galerie Laurence Bernard, Genève Commissariat de Noah Stolz
  • 2017
    •  Entangled: Threads & Making, commissariat de Karen Wright, du 28/01 au 7/05/ 2017, Turner Contemporary Margate (Angleterre) [21]
    • "Le parti pris des nuages", du 20/05 au 13/07/2017, Galerie Anne-Sarah Bénichou, Paris (France)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Ardenne, ESSE n°43, Immatérialités, Esse,
  2. « Le jeu du Tapis Volant », sur Paroles partagées, (consulté le 14 mai 2016)
  3. galeriedubuisson.com
  4. « Galerie des Petits-Carreaux, exposition Marion Baruch », sur Galerie des Petits Carreaux, (consulté le 14 mai 2016)
  5. Francesca Pasini, "Name Diffusion", Artforum, vol.31, no 6, février 1993
  6. (en) « Emission sur Name Diffusion », sur BBC World, (consulté le 14 mai 2016)
  7. « Jeu du Tapis Volant », sur Musée de l'Histoire de l'Immigration, (consulté le 14 mai 2016)
  8. « Name Diffusion », sur Archives de la Biennale de Paris, (consulté le 14 mai 2016)
  9. (it) « Exposition : Le trame di Penelope », sur Museo Maga, Gallarate, Italie, (consulté le 14 mai 2016)
  10. (it) « Exposition Ready Resti/Autoritratti », sur MAMBO, Bologne, (consulté le 14 mai 2016)
  11. « Marion Baruch, Lampe di Memoria », sur MAMCO, Genève, 2013-2014 (consulté le 14 mai 2016)
  12. (en) « Sviluppo Parallelo », sur Kunstmuseum Luzern, (consulté le 14 mai 2016)
  13. (en) « Exhibition Marion Baruch », sur Galerie BolteLang, Zurich, 9 avril – 14 mai 2016 (consulté le 14 mai 2016)
  14. (en) « Marion Baruch “Mancanza/Here and where” at Otto Zoo, Milan », sur moussemagazine.it (consulté le 7 février 2017).
  15. « Les Incomplets (série), Marion Baruch », sur Transverse,
  16. « Marion Baruch », sur Le Printemps de septembre,
  17. « A Toulouse, Christian Bernard vit un nouveau printemps »,
  18. « LE FESTIVAL, Marion Baruch »
  19. « Elisabeth Chardon, « Marion Baruch ne craint pas les chutes », sur letemps.ch, 18 novembre 2016 (consulté le 7 février 2017). », sur Le Temps, Suisse,
  20. « Le temps éclaté par la profondeur du vide », sur Galerie Laurence Bernard
  21. (en) « Entangled: Threads & Making », sur Turner contemporary (GB),

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Francesca Pasini : The Road of Silk, Business art/Art business, Musée de Groningen 1993
  • Francesca Pasini, "Name Diffusion", Artforum, vol.31, no 6, février 1993
  • Marco Senaldi : Nom de plume in Arte & Co, Giancarlo Politi Editore, 1993, Flash Art
  • Emmanuella de Cecco : Name Diffusion, February 1993
  • Trademarks, Alessandra Galletta, July 1993, Forum International
  • Business Art and Art Business, Nicolette Bartelink, March 1993, Il Giornale dell’arte
  • Groninger Museum, Giovanna Massoni, mai 1993
  • Artforum, Interplace Access, Paul Ardenne, mars 1997
  • Art Press 230 , Rapport d’entreprise, Marc-Olivier Wahler, décembre 1997
  • Autoritratti. Iscrizioni del femminile nell’arte italiana contemporanea coordinamento curatoriale di Uliana Zanetti, MAMbo – Museo d’Arte Moderna di Bologna, 2013
  • Paul Ardenne : Art, l’âge contemporain, une histoire des arts plastiques à la fin du XXe siècle, Éditions du Regard, Paris, France, 1997
  • Paul Ardenne : l’Art dans son moment politique, La Lettre volée, Bruxelles, Belgique, 1999
  • Martin Herbert : "Marion Baruch, A Leap into the Void", ArtReview, May 2017

Liens externes[modifier | modifier le code]