Mario Saint-Amand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Amand.

Mario Saint-Amand (23 janvier 1968 à Sept-îles) est un acteur québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mario Saint-Amand est un comédien bien connu au Québec. Il commence sa carrière en 1987 au Théâtre Denise-Pelletier dans Le Mariage de Figaro aux côtés de Guy Nadon après qu'il a fait la rencontre de Danielle Fichaud, qui sera plus que déterminante dans sa carrière et qui deviendra par la force des choses son maître, celle sur qui il peut compter à tout moment pour requestionner ses personnages. Au début des années 1990, Danielle le dirigera au théâtre dans ce qui s'avèrera son premier contre-emploi, soit un Arlequin dans la pièce de Marivaux Le Jeu de l'Amour et du Hasard. Suivront plusieurs rôles au théâtre sous la direction d’André Brassard, Dominique Champagne et André Montmorency, pour ne nommer que ceux-ci.

Il se fait également remarquer dans plusieurs séries télévisées dont Scoop, Réseaux et, plus récemment, dans la non moins célèbre série Grande Ourse, réalisée par Patrice Sauvé.

Plusieurs fois en nomination pour les prix Gémeaux, c’est sous la direction de Janette Bertrand, en 1994, qu’il remporte le prix Meilleure interprétation masculine dans un rôle de soutien pour sa composition mémorable d’un personnage atteint du sida. Mme Bertrand influencera fortement sa carrière puisqu’il sera mis en nomination à deux autres reprises sous sa plume. En 1992, avec le rôle d’Alain atteint de schizophrénie dans L’amour c’est pas assez, et en 1996, avec celui de Pierre dans Un Peu, Beaucoup, À la Folie.

Porte-parole de la Fête nationale du Québec en juin 2002, il découvre avec enthousiasme les Iles-de-la-Madeleine et décide d’y jeter l’ancre au printemps 2004. Au cours de cette même année, il met sur pied le Ciné Cabarouette afin de stimuler la création cinématographique chez les jeunes Madelinots des écoles primaires. Il y fonde également sa propre compagnie, Les Films de la Dune, dans le but de produire et réaliser ses propres projets cinématographiques.

Au cinéma, Saint-Amand a débuté en 1989 dans le film Love-moi, de Marcel Simard, qui traite de la délinquance juvénile. On le retrouvera également dans deux productions réalisées par Gabriel Pelletier : L’Automne sauvage et Karmina. À l’automne 2007, André Forcier lui offre de jouer dans son film Je me souviens. L’année 2008 se termine en force avec le réalisateur Julien Knafo, des productions Verbomatrices, qui lui offre de jouer un jeune père de famille qui paie le prix de la performance professionnelle dans le film Lucidité passagère, produit par Les Verbomatrices Productions.

L'année 2010 s'annonce chargée lorsque son agente, Ginette Achim, lui apprend qu'elle a réussi à lui décrocher une audition pour le film Gerry, qui relate la vie du chanteur du groupe Offenbach, décédé d'un cancer du côlon en juillet 1990. La rencontre est déterminante et le réalisateur, Alain Desrochers, confie à Mario un rôle à sa mesure, soit celui de Gérald « Gerry » Boulet.

Quant à André Forcier, après avoir fait connaissance une première fois avec l'acteur, il approchera de nouveau Saint-Amand pour lui offrir le personnage d'Henri Blanchard aux côtés de Paolo Noël et Gaston Lepage dans le film Coteau rouge, non pas sans lui avoir demandé auparavant de travailler avec lui comme collaborateur à la scénarisation.

Souhaitant désormais mettre à parti son talent au service de l'écriture, c'est avec le réalisateur Robert Favreau que Mario commencera la scénarisation du film ayant pour titre provisoire L'Enfer, c'est moi.

En 2012, il met sur pied le groupe musical Le Saint-Amand Blues et fait un mini album de 5 chansons blues originales. Il part en tournée au Québec.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Récompenses et Nominations[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Il a remporté un Gémeaux en 1994 dans la catégorie Meilleur interprétation dans un rôle de soutien toutes catégories dramatiques pour son personnage de Jean Pierre dans Missionnaire du Sida écrit et dirigé par Janette Bertrand.

Nominations[modifier | modifier le code]

Sa première nomination se déroulera à la remise des Prix Gémeaux en 1992 suite à l'interprétation de son personnage d'Alain atteint de schizophrénie dans L’amour c’est pas assez. C’est toujours sous la direction de Janette Bertrand en 1994, qu’il remporte le prix Meilleure interprétation masculine dans un rôle de soutien pour sa composition mémorable du personnage de Jean-Pierre atteint du sida dans la dramatique Missionnaire du Sida en 1994. En 1994, son personnage de Simon Laurin dans la populaire série Watatatow le mènera à une troisième nomination dans la catégorie Meilleure interprétation émission ou série jeunesse dramatique et toujours sous la direction de Janette Bertrand, il sera de nouveau en nomination en 1996 lorsqu'elle lui offre le rôle de Louis Côté dans Un Peu, Beaucoup, À la Folie qu'il jouera au côté de Marcel Leboeuf et Macha Limonchik.

Double nominé au Prix Jutra 2012 d'abord pour le personnage d'Henri du film d'André Forcier Coteau rouge ainsi que son interprétation du légendaire chanteur du groupe Offendach, Gérald Gerry Boulet, dans le film Gerry.