Mario Bettinus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un philosophe image illustrant italien image illustrant un mathématicien
image illustrant italien image illustrant un astronome
image illustrant italien image illustrant le catholicisme
Cet article est une ébauche concernant un philosophe italien, un mathématicien italien, un astronome italien et le catholicisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Mario Bettinus
Mario Bettinus2.jpg

Mario Bettinus

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
BologneVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux

Mario Bettinus (ou Bettini) (né le 6 février 1582 à Bologne, en Émilie-Romagne et mort dans la même ville le 7 novembre 1657) était un jésuite italien du XVIIe siècle, qui fut également philosophe, mathématicien et astronome.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mario Bettini naît en 1582 à Bologne, dans le nord de l'Italie. À 13 ans, il commence à étudier au Collège des Jésuites de Bologne où il étudie les mathématiques et la gnomonique.

Il contribua notamment à décrédibiliser la Méthode des invisibles avec Paul Guldin et André Tacquet.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Aerarium philosophiae mathematicae, 1647

Son ouvrage, Universae Philosophiae Mathematicae (1642) est une collection encyclopédique de curiosités mathématiques. Au début de ce livre, il fait la confession suivante : « J'ai bénéficié, mon lecteur, de l'esprit et de l'industrie du très instruit et extrêmement modeste homme, Grienberger, qui, alors qu'il aurait découvert de nombreuses merveilles par lui-même, a préféré se mettre au service des inventions et pour la gloire d'autres personnes[1]. »

Mario Bettinus a également écrit Aerarium Philosophiae Mathematicae en 1648.

Un cratère lunaire, près de l'aire de Bailly, porte aujourd'hui son nom. Il lui a été dédicacé en 1651 par Giovanni Riccioli.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Michael John Gorman, Mathematics and Modesty in the Society of Jesus: the Problems of Christoph Grienberger (1564-1636)

Liens externes[modifier | modifier le code]