Marine Hugonnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marine Hugonnier, née en 1969 à Paris, est une réalisatrice et artiste contemporaine franco-britannique. Ses œuvres sont marquées par son intérêt pour les relations entre le langage et l'image, la narration et la géographie. Elle utilise différents médias, notamment le cinéma, mais aussi la photographie et les collages.

Ses films, perçus comme du « cinéma expérimental » dans le monde du cinéma ou des « films d'artistes » dans le monde de l'art, inaugurent des passages entre la fiction et le documentaire, brouillant et compliquant la distinction entre ces deux catégories. Ces films sont régulièrement projetés dans des festivals et sont aussi montrés dans des institutions artistiques culturelles publiques ou privées.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marine Hugonnier naît en France, et grandit entre les États-Unis et la France. Elle vit à Londres depuis 1998[1]. Elle étudie la philosophie, l'anthropologie et l'histoire de l'art[2].

En 1990, elle est stagiaire pendant l'installation de l'exposition Passages de l'image au Centre Georges Pompidou[3] et a l'occasion de rencontrer des artistes, des cinéastes et des photographes, dont Chris Marker, Michael Snow, Gary Hill, Thierry Kuntzel et Jeff Wall. Cette expérience, qu'elle décrit comme « l'apprentissage d'une nouvelle grammaire », l'a fortement influencée.

Sa carrière débute en 2000 avec une exposition personnelle à la galerie Chantal Crousel à Paris[4].

Travail[modifier | modifier le code]

Marine Hugonnier a réalisé douze moyens métrages. Ces films interrogent le plus souvent les conventions de représentation. Son cinéma s'interroge sur la distance qui sépare la caméra de son sujet autant que la manière dont ce sujet est représenté. Cette recherche est au cœur de sa façon de penser le cinéma et constitue le sujet de ses films. Sa méthodologie, influencée par ses études en anthropologie, l'a fait voyager. Avec peu de moyens, sans script en main, mais équipée d'une Aaton 16mm, elle est ainsi partie en Afghanistan. Ariana[5] tourné dans la vallée du Pandjchir, raconte l'histoire d'une équipe de tournage fictive et remet en question le concept de panorama : un point de vue militaire et un mouvement de caméra qui a son origine dans le divertissement pré-cinématographique du XIXe siècle. The Last Tour est un voyage en ballon autour du Cervin en Suisse qui s'intéresse au regard dit touristique ; tandis que Travelling Amazonia, tourné sur la Transamazonienne au Brésil, rejoue la construction de cette route à travers la construction d'un travelling[1],[6],[7].

Elle est également connue pour une série de collages, Art for Modern Architecture pour laquelle elle intervient sur la première page de journaux rapportant des événements historiques du XXe siècle en recouvrant les images de papiers sérigraphiés aux couleurs de la charte Kodak, ayant pour objectif de faire appel à la mémoire subjective du spectateur ainsi qu'à une conscience collective[8].

Principales expositions[modifier | modifier le code]

Marine Hugonnier a fait l'objet d'expositions individuelles, notamment :

Collections[modifier | modifier le code]

Son travail fait partie de nombreuses collections :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Monographies :

  • Christian Rattemeyer, Marine Hugonnier, JRP Ringier, 2010[19]
  • Marine Hugonnier : A Film Trilogy: Ariana, the Last Tour, and Travelling Amazonia, Revolver, 2007[20][source insuffisante]
  • Jeremy Millar, Marine Hugonnier, Marine Hugonnier: A Film Trilogy: Ariana, the Last Tour, and Travelling Amazonia, Londres, 2004[21]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Marine Hugonnier and Manon de Boer », Bomb Magazine,‎ (lire en ligne)
  2. (en) Nogueras Blanchard, « Marine Hugonnier », sur artmap.com (consulté le )
  3. (en-US) « Interview with Marine Hugonnier », The White Review,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Galerie Chantal Crousel - Exhibition INTERLUDE - Marine Hugonnier », sur www.crousel.com (consulté le )
  5. « Ariana », sur www.fvu.co.uk (consulté le )
  6. (en) « Ways of Seeing », Frieze,‎ (lire en ligne)
  7. Michael Newman, « Les Voyages de Marine Hugonnier », Pointligneplan,‎ (lire en ligne)
  8. (es) « Marine Hugonnier », sur Parq Magazine
  9. (en) « Marine Hugonnier :: BALTIC Centre for Contemporary Art. », sur www.balticmill.com (consulté le )
  10. (en) « BALTIC Bites: Marine Hugonnier », BALTIC,‎ (lire en ligne)
  11. (en) Elisabeth Mahoney, « Marine Hugonnier, Chisenhale Gallery, London », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  12. (en) « Marine Hugonnier », sur ArtFacts.net (consulté le )
  13. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t et u « Marine Hugonnier. Biography », sur Artnet
  14. (en) « Marine Hugonnier (1969-) », sur British Council
  15. « Marine Hugonnier »
  16. (de) « Marine Hugonnier », sur Kunsthalle de Berne
  17. « Marine Hugonnier », sur www.macba.cat (consulté le )
  18. « MUDAM : Marine Hugonnier », sur www.mudam.lu (consulté le )
  19. Hugonnier, Marine, 1969-, Marine Hugonnier, Zurich, JRP/Ringier, (ISBN 978-3-03764-079-1 et 3-03764-079-0, OCLC 495780258, lire en ligne)
  20. Hugonnier, Marine, 1969-, A film trilogy, Philadelphie, Philadelphia Museum of Art, (ISBN 978-3-86588-393-3 et 3-86588-393-1, OCLC 218679606, lire en ligne)
  21. Hugonnier, Marine, 1969-, Marine Hugonnier., Londres, Film and Video Umbrella, (ISBN 1-904270-12-3, OCLC 71786907, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]