Marina Skalova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marina Skalova
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Marina Skalova est une écrivaine française et une traductrice de l'allemand et du russe. Elle est lauréate du Prix de la Vocation en Poésie 2016[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Marina Skalova est née en 1988 à Moscou. Elle émigre en France dans l’enfance avec ses parents, avant de déménager en Allemagne. Après un Master de philosophie entre Paris et Berlin, elle s’installe en Suisse en 2013, où elle est diplômée d'un Master of Contemporary Arts Practice de la Haute école des Arts de Berne. Bien que sa langue maternelle soit le russe, ses langues d'écriture sont le français et plus occasionnellement, l'allemand. Elle vit aujourd'hui à Genève[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

À la fois matériau plastique et flux, son travail creuse différentes formes (poésie, prose poétique, théâtre) pour interroger l’exil, l’étrangeté, le franchissement de frontières et leur inscription dans le corps. Traductrice littéraire, son écriture est intimement liée aux passages d’une langue à l’autre.

Son premier recueil Atemnot (Souffle court) paru en 2016 chez Cheyne, écrit en français et en allemand, explore l'entre-deux des langues[3]. Un texte marqué par «un matérialisme rugueux, pointu, tranchant», selon le poète et critique littéraire Antonio Rodriguez[4].

En 2018, Exploration du flux est publié au Seuil, dans la collection Fiction & Cie[5]. «D’une prose ample, nette et fluide, dont le ton faussement naïf permet toutes les questions, l’auteure met en résonance flux migratoires, flux corporels, flux d’informations, flux financiers et flux marins. Dans ce mouvement qui abolit les frontières, elle nous met face à nos contradictions de manière très fine, jetant des passerelles entre le corps et le politique», écrit la journaliste Anne Pitteloud dans Le Courrier[6].

Dans l'Humanité, Sophie Joubert écrit sur cet ouvrage: « Les mots cognent, réveillent. Au fil des pages, ils se tarissent, se raréfient, comme gagnés par l’impuissance, laissant la place au vide, à la disparition. Un coup de poing à l’estomac.»[7].

Le critique littéraire Guénaël Boutouillet écrit sur Exploration du flux: "Le livre contient le flux. À l’origine, des textes d’intervention, récit hybride, mis en ligne sur remue.net par le cher et immense Philippe Rahmy, à qui le livre est dédié. Un texte en tension maximale, par l’observation des « migrants » depuis le langage (ou du langage depuis les « migrants » ; car ce texte telle une folle machine, spirale son lecteur). Deux flux au moins en regard oblique : celui des êtres, celui des informations. La forme livre, enserrant la spirale, compactant les entrelacs, est un nouveau détonateur, pour ce texte phénoménal, incroyablement agi, agité, agissant."[8] Une soirée à la Maison de la Poésie à Paris est consacrée à ce livre le 9 juin 2018[9].

En 2019, la pièce de théâtre La chute des comètes et des cosmonautes paraît chez l'Arche éditeur. D'après le critique littéraire Adrien Meignan, "sa pièce démultiplie son art poétique. L’inventivité de la langue et de la dramaturgie s’entremêlent"[10]. La traduction allemande de cette pièce est signée par Marina Skalova et Frank Weigand, publiée dans Theater der Zeit[11] et représentée par Fischer Theaterverlag[12]. La pièce fait partie de la sélection 2021 du Prix des Lycéens Bernard-Marie Koltès, décerné par le Théâtre National de Strasbourg[13].

En 2020 paraît Silences d'exils aux Éditions d'en bas. Ce livre est né d'une collaboration avec la photographe Nadège Abadie et d'ateliers d'écriture avec des personnes exilées.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

En allemand[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

En traduction[modifier | modifier le code]

Des traductions de poèmes de Marina Skalova vers différentes langues sont parues dans des revues et anthologies: Inostrannaya Literatura (russe), Anthology of young poets / Vakxikon (grec), Fracas (espagnol), Atelier poesia (italien), Prăvălia Culturală (roumain), Meridian Czernowitz (ukrainien), Specimen (russe, italien, romanche), Low-Fi Ardentia (espagnol), The High Window (anglais)...

Traductions[modifier | modifier le code]

Poésie / Prose (sélection)[modifier | modifier le code]

Théâtre (sélection)[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Line Papin, Prix littéraire de la Vocation 2016 », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le 28 avril 2018)
  2. « Portrait de Marina Skalova », sur Le Temps, (consulté le 28 avril 2018)
  3. « Cheyne Éditeur, Prix de la Vocation - Prix de la Vocation - Atemnot », sur cheyne-editeur.com (consulté le 28 avril 2018)
  4. « Marina Skalova recueille l’écume des liens – la poésie, le site », sur www.poesieromande.ch (consulté le 28 avril 2018)
  5. Editions Seuil, « Exploration du flux, Marina Skalova, Littérature française - Seuil », sur www.seuil.com (consulté le 28 avril 2018)
  6. « Afflux et autres flots - Le Courrier », Le Courrier,‎ (lire en ligne, consulté le 28 avril 2018)
  7. Sophie Joubert, « L'Europe, forteresse aux murs invisibles », L'Humanité,‎
  8. Guënael Boutouillet, « Exploration du flux »,
  9. « Maison de la poésie de Paris - Marina Skalova, Exploration du flux »,
  10. Adrien Meignan, « Des mots sur l'éphémère mouvement » (consulté le 12 octobre 2019)
  11. « Theater der Zeit »,
  12. « Fischer Theaterverlag »
  13. « Prix Bernard-Marie Koltès »
  14. « Silences d'exils », sur Editions d'en bas
  15. « La chute des comètes et des cosmonautes », sur L'Arche éditeur
  16. « Exploration du flux », sur Editions du Seuil
  17. « Amarres », sur Editions de L'Age d'Homme
  18. « Atemnot (Souffle court) », sur Cheyne éditeur
  19. « Parages 09 », sur Les solitaires intempestifs
  20. « Etats provisoires du poème n°19, Russie, l'immense et l'intime », sur Cheyne éditeur
  21. « Scène »
  22. « Marina Skalova », sur Fondation Leenaards
  23. « Résidences d'écrivains 2020 », sur Fondation Jan Michalski
  24. « Marina Skalova », sur Pro Helvetia Moscow
  25. « Marina Skalova », sur Literarisches Colloquium Berlin
  26. « Remise du Prix de poésie de la Vocation », sur Youtube,