Marina Skalova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marina Skalova est une écrivaine et traductrice d'expression française et allemande. Elle est lauréate du Prix de la Vocation en Poésie 2016[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Marina Skalova est née en 1988 à Moscou. Elle émigre en France dans l’enfance avec ses parents, avant de déménager en Allemagne. Après un Master de philosophie entre Paris et Berlin, elle s’installe en Suisse en 2013, où elle est diplômée de la Haute école des Arts de Berne. Elle a travaillé comme journaliste, traductrice littéraire, dramaturge et assistante de production pour Radio France Internationale.

Elle a été invitée à faire des lectures en Suisse, en France, en Allemagne, en Ukraine et en Russie. Elle anime régulièrement des ateliers d’écriture, notamment avec des demandeurs d’asile. Elle a été auteure en résidence et dramaturge au théâtre POCHE/GVE à Genève pour la saison 2017/2018, où sa première pièce, La Chute des comètes et des cosmonautes, est mise en scène en février 2019. Elle a également bénéficié de résidences aux Francophonies en Limousin, au Château de Lavigny, au Literarisches Colloquium de Berlin et a été auteure en résidence à Moscou avec Pro Helvetia [2].

Elle vit aujourd'hui à Genève.[3]

Œuvres[modifier | modifier le code]

À la fois matériau plastique et flux, son travail creuse différentes formes (poésie, prose poétique, théâtre) pour interroger l’exil, l’étrangeté, le franchissement de frontières et leur inscription dans le corps. Traductrice littéraire, son écriture est intimement liée aux passages d’une langue à l’autre.

Son premier recueil Atemnot (Souffle court) paru en 2016 chez Cheyne, écrit en français et en allemand, explore l'entre-deux des langues[4]. Un texte marqué par «un matérialisme rugueux, pointu, tranchant», selon le poète et critique littéraire Antonio Rodriguez[5].

Son deuxième ouvrage, Amarres, est paru chez L'Âge d'Homme en 2017. Il conte l'arrivée d'un étranger sur une île, dans une langue poétique et incisive, qui confronte le lecteur à son rapport à l'autre[6]. Ce livre fait partie de la sélection pour le prix Lettres-Frontière 2018[7] et le Prix du Roman des Romands[8] 2018-2019.

En 2018, Exploration du flux est publié au Seuil, dans la collection Fiction & Cie[9]. «D’une prose ample, nette et fluide, dont le ton faussement naïf permet toutes les questions, l’auteure met en résonance flux migratoires, flux corporels, flux d’informations, flux financiers et flux marins. Dans ce mouvement qui abolit les frontières, elle nous met face à nos contradictions de manière très fine, jetant des passerelles entre le corps et le politique», écrit la journaliste Anne Pitteloud dans Le Courrier[10].

Dans l'Humanité, Sophie Joubert écrit sur cet ouvrage: « Les mots cognent, réveillent. Au fil des pages, ils se tarissent, se raréfient, comme gagnés par l’impuissance, laissant la place au vide, à la disparition. Un coup de poing à l’estomac.»[11].

Son travail d'écriture a été soutenu à plusieurs reprises, notamment par la bourse de création littéraire Pro Helvetia 2018[12].

Traductions[modifier | modifier le code]

Marina Skalova est traductrice littéraire de l'allemand et du russe vers le français. Elle a reçu la Bourse de traduction littéraire Elmar-Tophoven.[13]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Exploration du flux, Fiction & Cie, Seuil, 2018

Amarres, L'Âge d'Homme, 2017

Atemnot (Souffle court), Cheyne éditeur, 2016

Revues et anthologies[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

Publications dans différentes revues francophones: remue.net, Libr.Critique, N47, Contre-allées, Le nouveau recueil, Décharge, Terre à ciel, Cassandre/Horschamp.

Et dans la presse: Le Nouveau Magazine Littéraire, Le Courrier.

En allemand[modifier | modifier le code]

Publications en allemand dans les anthologies Lyrik von Jetzt III (Wallstein, 2016) et Ansicht der leuchtenden Wurzeln von Unten (Poetenladen,2017).

Revues: Magazin der Kulturstiftung des Bundes, Ostragehege, Entwürfe...

En traduction[modifier | modifier le code]

Traduction vers l'allemand par Stephan Bader pour la revue Literarischer Monat[14].

Traductions vers le russe par Svyatoslav Gorodetskiy pour la revue Specimen[15].

Traductions vers l'italien par Prisca Agustoni pour la revue AtelierPoesia[16].

Traductions[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Thomas Köck, Paradis fluvial, L’Arche éditeur, 2018

Katja Brunner, Change l’état physique de ton chagrin, L’Arche éditeur, Paris / POCHE/GVE, 2018

Ernst Barlach, Boll le bleu, en collaboration avec René Zahnd, Editions Théâtrales, Montreuil, 2017

Dea Loher, Pays sans paroles, en collaboration avec Laurent Muhleisen, L’Arche éditeur, Paris, 2015

Cie trop cher to share, ARCADIA, M.E.S : Nina Willimann, création au Théâtre Populaire Romand, 2014

Poésie / Prose[modifier | modifier le code]

Dorothee Elmiger, Existe-t-il une littérature européenne ? et Sur une chaise en plastique au bord de la Méditerranée, avec Alexandre Pateau, meet n°22, St. Nazaire, 2018

Varlam Chalamov, L’outil, La mer gelée, Le Nouvel Attila, Paris, 2018

Luba Jurgenson, L’alchimiste, avec Wiebke Zollmann, La mer gelée, Le Nouvel Attila, Paris, 2018

Kathrin Röggla, Amalgame, La mer gelée, Le Nouvel Attila, Paris, 2018

Martin Bieri, Tectonique du capital, Le Courrier, Genève, 2018

Michael Fehr, Ombre et splendeur, Tournée de lecture du Prix suisse de littérature, 2018

Rolf Hermann, Cartographie de la neige (extraits), Revue de Belles-Lettres, Genève, 2017

Dragica Rajcic, Post bellum (extraits), Le Courrier, Genève, 2017

Rolf Hermann, Fenêtres dérobées (poèmes), Viceversa Littérature 11, éditions d’en bas, Lausanne,

2017

Katja Brunner, ON RESTE A SA PLACE ET SI ON NE PEUT RESTER NULLE PART C'EST QU'ON N'A DE PLACE NULLE PART, Viceversa Littérature n°10,

éditions d´en bas, Lausanne, 2016

Michael Fehr, Tant pis fait le berger, Viceversa Littérature n°10, éditions d´en bas, Lausanne, 2016

Michaïl Chichkine, Le crime et le châtiment de Heidi, Viceversa Littérature n°10, éditions d'en bas, Lausanne, 2016

Liens externes[modifier | modifier le code]

Emission Un livre, un jour d'Olivier Barrot diffusée le 29.06.2018 sur France 3

Emission Vertigo avec Linn Levy diffusée le 30.07.2018 sur la Radio Télévision Suisse

Emission Versus-Lire avec David Collin diffusée le 18.01.2017 sur la Radio Télévision Suisse

  1. « Line Papin, Prix littéraire de la Vocation 2016 », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le 28 avril 2018)
  2. « Marina Skalova, auteure », sur www.lesfrancophonies.fr (consulté le 15 octobre 2018)
  3. « Marina Skalova | Viceversa Littérature », sur www.viceversalitterature.ch (consulté le 28 avril 2018)
  4. « Cheyne Éditeur, Prix de la Vocation - Prix de la Vocation - Atemnot », sur cheyne-editeur.com (consulté le 28 avril 2018)
  5. « Marina Skalova recueille l’écume des liens – la poésie, le site », sur www.poesieromande.ch (consulté le 28 avril 2018)
  6. « Amarres - Marina Skalova », sur www.lagedhomme.com (consulté le 28 avril 2018)
  7. « Amarres - Lettres Frontière », Lettres Frontière,‎ (lire en ligne, consulté le 28 avril 2018)
  8. « Marina Skalova - Le Roman des Romands », Le Roman des Romands,‎ 2018-2019 (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2018)
  9. Editions Seuil, « Exploration du flux, Marina Skalova, Littérature française - Seuil », sur www.seuil.com (consulté le 28 avril 2018)
  10. « Afflux et autres flots - Le Courrier », Le Courrier,‎ (lire en ligne, consulté le 28 avril 2018)
  11. Sophie Joubert, « L'Europe, forteresse aux murs invisibles », L'Humanité,‎
  12. « Bourses littéraires 2018 »
  13. « Recours au poème »
  14. « Welle Ströme Fluten », sur literarischer monat, 10/11 2018
  15. (en-US) « Marina Skalova | Specimen - The Babel Review of Translations », Specimen,‎ (lire en ligne, consulté le 28 avril 2018)
  16. Fabiano Alborghetti, « Marina Skalova - », E-max,‎ (lire en ligne, consulté le 28 avril 2018)