Marina Oswald Porter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marina Oswald Porter
CE2629.jpg

Lee Harvey Oswald et Marina Nikolayevna Prusakova lors de leur départ d'URSS.

Biographie
Naissance
Nationalités
Activité
Conjoint
Lee Harvey Oswald (1961-1963)
Kenneth Jess Porter (1965-1974)

Marina Oswald Porter, née Marina Nikolayevna Prusakova (en russe : Марина Николаевна Прусакова), née le 17 juillet 1941 à Severodvinsk, en URSS, est la veuve de Lee Harvey Oswald, assassin présumé de John Fitzgerald Kennedy, 35e président des États-Unis et de l'agent de police Jefferson Davis Tippit[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Marina Nikolayevna Prusakova, née le 17 juillet 1941 est originaire de Severodvinsk, une ville de l'oblast d'Arkhangelsk au Nord-Ouest de l'Union soviétique. Elle a déménagé à Minsk, en Biélorussie et est étudiante en pharmacologie lorsqu’elle y rencontre Lee Harvey Oswald le 17 mars 1961.

Vie avec Lee Harvey Oswald[modifier | modifier le code]

Ils se marient le 30 avril 1961. Lorsque le premier enfant des Oswald, June, naît en février 1962, ils sont encore à Minsk. Ils reçoivent leur visa de sortie en mai 1962, et la famille Oswald quitte l'URSS et embarque pour les États-Unis le 1er juin 1962 Oswald emmène sa jeune femme et sa fille de quatre mois aux États-Unis[2],[3].

Assassinats de Kennedy et d'Oswald[modifier | modifier le code]

Le 22 novembre 1963, le président des États-Unis John F. Kennedy et l'agent de police J. D. Tippit sont abattus à Dallas. Lee est tout d'abord arrêté pour le meurtre de Tippit. Plus tard, il est également inculpé du meurtre du président. Oswald nie avoir assassiné qui que ce soit.

Le 24 novembre, Oswald est abattu par Jack Ruby dans les garages de la police de Dallas, en direct sous les yeux de millions de téléspectateurs alors que la police s'apprêtait à le transférer des cellules de la police vers la prison du comté. Oswald est enterré le 25 novembre 1963 au cimetière Rose Hill à Fort Worth, la famille ayant eu de la difficulté à trouver un ministre du culte et un cimetière pour accueillir et célébrer la sépulture de l'assassin présumé du président Kennedy.

Après les événements de Dallas[modifier | modifier le code]

Après l'assassinat de JFK, Earl Warren annonce que Marina Oswald Porter sera la première à être entendue comme témoin par la commission qui enquête sur l'assassinat de JFK. Certains verront dans cette décision une orientation de l'enquête vers le suspect Lee Harvey Oswald. Marina déclare à la commission que son mari est bel et bien coupable du meurtre. Elle était sous la protection des services secrets tout au long de ses comparutions devant la Commission Warren. Lors d’une conférence en 1977, elle affirme même que son mari a agi seul[1].

En 1965, deux ans après que son premier mari eut été assassiné, elle épouse Kenneth Jess Porter, un coureur de stock car, et les deux filles de Marina, June et Rachel, prennent finalement le nom de leur nouveau beau-père[4]. Elle aura encore un fils prénommé Mark avec son second mari dont elle divorcera en 1974[5]. Elle acquiert la nationalité américaine en 1989. Elle réside actuellement à Rockwall dans l'état du Texas, dans la discrétion et l'anonymat, loin des médias. Elle aurait même refusé une offre de trois millions de dollars d’une chaîne de télé pour raconter son histoire[1],[6]. Cependant, au fil du temps, l'opinion première de Marina Oswald sur la culpabilité de son mari se renversa. En 1993, au cours d'une interview donnée à Oprah Winfrey, elle déclara croire désormais qu'il était complètement innocent de l'assassinat[réf. nécessaire].

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c D’après la version de wikipédia en anglais
  2. André Fontaine (journaliste), « Ces jours qui ont changé le monde 19.- Destins d'Amérique », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. Rédaction Le Monde, « Les conclusions officielles de la commission Warren sur l'assassinat du président John Kennedy », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. Reuter, « Marina Oswald se réconcilie avec son second mari », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. « La vie secrète de la veuve de Lee Harvey Oswald », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne)
  6. (en) DM Reporter, « The secret life of Lee Harvey Oswald's widow who refuses to believe he killed JFK as it's revealed assassin cared so much for president he sobbed when his premature son Patrick died », Daily Mail,‎ (lire en ligne)
  7. (en) Marina Oswald sur l’Internet Movie Database

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Marina Oswald Porter » (voir la liste des auteurs).

Voir aussi[modifier | modifier le code]