Marina Maljković

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marina Maljković
Image illustrative de l’article Marina Maljković
En 2018 avec Galatasaray.
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la Serbie Serbie
Naissance (36 ans)
Belgrade
Situation en club
Club actuel Shanghai Octopus
Saison Club
Carrière d’entraîneur
2004-2007
2007-2009
2009-2013
2013-2016
2016-2018
2018-

2012-2017
2018-
Ušće Belgrade
Hemofarm Vrsac
ŽKK Partizan Belgrade
Lyon
Galatasaray SK
Shanghai Octopus

Drapeau : Serbie Serbie
Drapeau : Serbie Serbie

* Points marqués dans chaque club dans le cadre de la saison régulière du championnat national.

Marina Maljković, née le à Belgrade, est une entraîneuse serbe de basket-ball[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille de l'entraîneur Božidar Maljković, quatre fois vainqueur de l'Euroligue. Polyglotte (serbe, espagnol, grec, anglais), elle maîtrise aussi le français, ayant vécu en France de 1992 à 1997[2].

De 2004 à 2007, elle dirige l'Ušće Belgrade, puis de 2007 à 2009 l'Hemofarm Vrsac (Serbie) puis jusqu'en 2013 le ŽKK Partizan Belgrade, toujours en Serbie. À l'été 2013, elle rejoint le club français de Lyon[1]. « J’ai été séduite par le projet du club et je ne vous cache pas que la France avait ma priorité. Pour avoir vécu cinq ans à Limoges puis à Paris, la culture française m’est très proche. Et puis, après avoir tout gagné en Serbie, il était temps pour moi d’aller voir ailleurs[3]. »

Elle décroche une qualification sportive de Lyon pour l'Eurocoupe en remportant le Challenge Round, mais le club y renonce pour des raisons financières. Attachée au club, elle annonce y rester avant même la confirmation de son maintien en LFB : « Je suis revenu exprès de Serbie cette semaine et j’ai rencontré le président Nicolas Forel, mercredi dernier, pour lui annoncer ma décision de poursuivre l’aventure à Lyon. Je suis même prête à entraîner en Nationale 3 s’il le faut. Je n’abandonnerai pas le club. Il y a tellement d’amour et de respect entre tous les membres et environnement du club. Je veux partager le destin du LBF avec les dirigeants, actionnaires, joueuses, supporters. »[4]. La seconde saison est moins aboutie : « Je pense que la première année a été une réussite, avec beaucoup de travail. L'année dernière, on a eu beaucoup de difficultés, mais qui ne m’ont pas découragée sinon je ne serais pas là. Je suis encore plus motivée pour attaquer la saison prochaine, avec nos propres objectifs, toujours en restant réaliste[5]. »

Pour la saison 2016-2017, elle s'engage avec le club Turc de Galatasaray SK. Deux fois finaliste du championnat, elle remporte l'Eurocoupe 2018, elle signe pour 2018-2019 avec le club chinois de Shanghai Octopus[6] expliquant que malgré la vuctoire en Eurocoupe les nouveaux dirigeants du club turc comptaient d'abord donner la priorité au football. Elle est néanmoins satisfaite de son expérience en Turquie : « Suand je suis arrivée à Galatasaray, c’était un des plus petits budgets de l’Histoire du club. Ils n’avaient pratiquement aucun objectif à part de travailler surtout avec les jeunes joueuses. Malgré tout, on a terminé à la troisième place du championnat et on s’est qualifiées pour l’Euroligue donc c’était énorme ! (...) La deuxième année a été perturbée par les événements [politiques] en dehors du terrain mais la victoire en Eurocoupe est vraiment inoubliable[7]. » Revenant sur les raisons de son arrivée en Chine, elle explique par le challenge sportif : « les dirigeants du club de Shanghai ont pris l’avion en direction de Belgrade pour me recruter. J’ai aimé la manière dont ça s’est passé, l’envie qu’ils ont pu me montrer. Je n’ai pas trop réfléchi. Moi, quand il y a un projet pour lequel j’ai un bon feeling, où je sens que quelque chose d’intéressant se met en place, j’y vais. Je ne me suis pas du tout dit « la Chine, c’est loin, etc. ». Je n’étais pas du tout dans cet état d’esprit[7]. »

Carrière en équipe nationale[modifier | modifier le code]

En 2004, elle est entraîneur adjointe de l'équipe de Serbie et Monténégro U18 puis des U19 l'année suivante.

En 2012, elle est nommée entraîneur de l'équipe de Serbie féminine qui se qualifie pour le championnat d'Europe 2013 et accroche une inattendue quatrième place.

Elle conduit la Serbie au titre européen en battant la France en finale du Championnat d'Europe 2015 sur le score de 76 à 68, ce qui permet au pays d'être directement qualifié pour les Jeux olympiques de Rio[8]. En juillet 2015, elle déclare : « Je ne pense pas que beaucoup de sélectionneurs en Europe puissent ressentir autant d’émotions. Parce que j’ai entraîné certaines des joueuses pendant 12 ans. Certaines m’ont suivie toute ma carrière. Dans un petit pays comme le nôtre, qui n’a pas de Ligue de basket féminin, vous ne pouvez pas vous imaginer ce que c’est d’être champion d’Europe. Vous ne pouvez pas mesurer l’envergure de ce titre (...) La récompense, c’est aussi la personne la plus pessimiste ou l’homme macho qui ne veux jamais jeter un coup d’œil au sport féminin de sa vie, et qui là, est devant sa télé à regarder du basket féminin serbe. La récompense, c’est de voir des terrains remplis de petites filles avec un ballon, le lendemain de la finale à 8 heures du matin (...) Tous mes rêves se sont réalisés. Pour le pays entier, on est des héroïnes, des légendes. On ne peut plus marcher dans les rues[5]. »

Avec sa sélection, elle remporte la médaille de bronze des Jeux Olympiques d'été 2016 en battant la France lors de la petite finale.[réf. souhaitée]

Elle démissionne de la sélection début 2017 pour se concentrer sur son activité avec le club de Galatasaray, alors qu'il lui devenait difficile de cumuler les exigences des deux fonctions[9]. Toutefois, devant l'insistance du nouveau président de la fédération serbe Predrag Danilović, alors que l'équipe a échouéà se squalifier pour al Coupe de monde 2018 lors de l'Euro 2017, elle finit par accepter de reprendre l'équipe nationale en 2018[7].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Club[modifier | modifier le code]

  • Vainqueur de la Ligue Adriatique en 2012 et 2013[1]
  • Championne de Serbie en 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013[1]
  • Vainqueure de la Coupe de Serbie en 2008, 2009, 2011 et 2013[1]
  • Vainqueure du Challenge Round 2014[10]
  • Vainqueure de l'Eurocoupe 2018

Équipe de Serbie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Marina Maljkovic », Ligue féminine de basket (consulté le 27 décembre 2013)
  2. « Marina Maljkovic, tout sauf une fille à papa », Ouest France, (consulté le 27 décembre 2013)
  3. « Marina Maljković : « Il était temps pour moi d’aller voir ailleurs » », Catch & Shoot, (consulté le 27 décembre 2013)
  4. « Marina Maljković reste à la tête du Lyon Basket Féminin », Catch & Shoot, (consulté le 12 juillet 2014)
  5. a et b « Marina Maljkovic : « C’est une fois dans ta vie » », lyonbasketfeminin.fr (consulté le 19 juillet 2015)
  6. Thibaut Lasser, « Marina MALJKOVIC quitte le banc de Galatasaray et part à Shanghai ! », postup.fr, (consulté le 13 juin 2018)
  7. a, b et c Thibaut Lasser, « http://www.postup.fr/2018/06/18/marina-maljkovic-shanghai-et-serbie-cette-experience-en-chine-va-etre-enorme/ », postup.fr, (consulté le 18 juin 2018)
  8. a et b Arnaud Dunikowski, « La France en argent », FFBB, (consulté le 28 juin 2015)
  9. Thibaut Lasser, « Marina MALJKOVIC démissionne du poste de sélectionneuse de la Serbie », postup.fr, (consulté le 18 juin 2018)
  10. « Challenge Round : Lyon remporte le titre », catch & Shoot, (consulté le 4 mai 2014)
  11. Vincent Thiollière, « LES BLEUES ÉCHOUENT AU PIED DU PODIUM », bebasket.fr, (consulté le 21 août 2016)

Lien externe[modifier | modifier le code]