Marina Carobbio Guscetti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marina Carobbio Guscetti
Illustration.
Portrait officiel, 2019.
Fonctions
Conseillère aux États
En fonction depuis le
(1 an, 9 mois et 17 jours)
Élection
Législature 51e (2019-2023)
Prédécesseur Filippo Lombardi
Vice-présidente du Parti socialiste suisse

(12 ans, 7 mois et 17 jours)
Président Christian Levrat
Présidente du Conseil national

(1 an et 5 jours)
Prédécesseur Dominique de Buman
Successeur Isabelle Moret
Conseillère nationale

(12 ans, 5 mois et 27 jours)
Législature 47e, 48e, 49e et 50e
Prédécesseur Franco Cavalli
Successeur Bruno Storni
Députée au Grand Conseil du canton du Tessin

(15 ans et 11 mois)
Législature 1991-1995
1995-1999
1999-2003
2003-2007
Biographie
Nom de naissance Marina Carobbio
Date de naissance (55 ans)
Lieu de naissance Bellinzone (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique Parti socialiste suisse (PSS)
Père Werner Carobbio
Diplômée de Université de Bâle
Profession Médecin

Marina Carobbio Guscetti, née le à Bellinzone, est une femme politique suisse, membre du Parti socialiste suisse, dont elle est vice-présidente du au . Elle est présidente du Conseil national en 2018-2019, puis conseillère aux États depuis .

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Campo (Blenio)[1] et habitant à Lumino, Marina Carobbio est la fille de Werner Carobbio, conseiller national socialiste durant 24 ans[2]. Médecin, elle est mariée et mère de deux enfants[1].

Après des études de médecine à l'Université de Bâle (diplôme en 1991), elle se spécialise en médecine palliative[3],[4].

Engagements associatifs[modifier | modifier le code]

Marina Carobbio Guscetti préside l'Association suisse des locataires (ASLOCA) depuis le [5]. Elle est vice-présidente de l’Initiative des Alpes depuis 2013[6].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Députée au Grand Conseil tessinois d'avril 1991 à mars 2007, elle devient conseillère nationale le [1]. Au sein de la chambre, elle siège dans la commission de la science, de l'éducation et de la culture durant la 47e législature puis dans celles des finances et de rédaction durant la 48e législature[1].

Le , elle annonce sa candidature à la succession de la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey[7] ; sa candidature n'est toutefois pas retenue dans le ticket choisi par le groupe parlementaire socialiste[8].

Le , elle accède à la présidence du Conseil national.

Lors des élections fédérales de 2019, Marina Carobbio Guscetti crée la surprise en étant élue au Conseil des États (avec Marco Chiesa) : elle bat sur le fil Filippo Lombardi (36 469 voix contre 36 423), pourtant chef du groupe PDC aux Chambres fédérales, et devient ainsi la première femme et la première socialiste à représenter le canton du Tessin au Conseil des États[9],[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Biographie de Marina Carobbio Guscetti », sur le site web de l'Assemblée fédérale suisse.
  2. Valérie de Graffenried, « Marina Carobbio, la Tessinoise qui monte à Berne », Le Temps, 15 octobre 2010
  3. (de) Gerhard Lob et Gerhard Lob, « Tessinerin Marina Carobbio wird Nationalratspräsidentin », sur St.Galler Tagblatt (consulté le )
  4. (de) « Marina Carobbio », sur SP Schweiz (consulté le )
  5. « Marina Carobbio nouvelle présidente – adoption d'une résolution pour des mesures d'accompagnement et une réelle protection des locataires », ASLOCA, 16 octobre 2010
  6. Marina Carobbio Guscetti, « Mes engagements », sur marinacarobbio.ch (consulté le ).
  7. « Pierre-Yves Maillard se lance dans la course au Conseil fédéral alors que Jean Studer renonce », tsrinfo.ch, 26 octobre 2011
  8. « Alain Berset et Pierre-Yves Maillard choisis par le PS », tsrinfo.ch, 25 novembre 2011
  9. Andrée-Marie Dussault, « Le Tessin élit sa première sénatrice », Le temps,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. Michel Guillaume, « Marina Carobbio Guscetti, la sénatrice inattendue », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]