Marilyn Strathern

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marilyn Strathern (née Ann Marilyn Evans le ) est une anthropologue britannique. Elle a réalisé plusieurs études de terrain chez les papous en Nouvelle-Guinée et elle enseigne l'anthropologie sociale à l'université de Cambridge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle travaille quelque temps au Museum of Archaeology and Anthropology, de l'université de Cambridge, puis enseigne à l'Université nationale australienne à Canberra et à Port Moresby, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Elle rentre en Angleterre, et elle est rédactrice du Journal of the Royal Anthropological Institute[1]. Elle est maître de conférences à Girton College (1976-1983) puis à Trinity College (1984-1985)[2]. Elle est nommée professeure d'anthropologie sociale à l'université de Manchester (1985-1993), professeure William Wyse d'anthropologie sociale à l'université de Cambridge (1993-2008) et principale (Mistress) de Girton College (1998-2009)[1].

Ses recherches portent notamment sur le genre sexuel (Gender), les technologies de reproduction ou encore la propriété intellectuelle. En 1971, elle publie Self-Decoration in Mount Hagen, puis un an après Women in Between, deux ouvrages issus de ses séjours en Nouvelle-Guinée.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications récentes[modifier | modifier le code]

  • avec Maurice Godelier (éd.), Big men and great men : personifications of power in Melanesia, Cambridge : Cambridge University Press ; Paris : Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 1991.
  • Partial connections, Savage, Md : Rowman & Littlefield Publishers, 1991.
  • After nature: English kinship in the late twentieth century, Cambridge : Cambridge University Press, 1992.
  • Reproducing the future: essays on anthropology, kinship and the new reproductive technologies, Manchester : Manchester University Press, 1992.
  • New certainties for old? The case of an enabling technology, Lancaster : Centre for the Study of Cultural Values, 1994.
  • The relation: issues in complexity and scale, Cambridge : Prickly Pear Press, 1995.
  • (éd.), Shifting contexts : transformations in anthropological knowledge, Londres : Routledge, 1995.
  • Property, substance and effect : anthropological essays on persons and things, Londres : Athlone, 1999.
  • (éd.), Audit cultures: anthropological studies in accountability, ethics, and the academy, Londres : Routledge, 2000.
  • Commons and borderlands: working papers on interdisciplinarity, accountability and the flow of knowledge, Wantage : Sean Kingston, 2004.
  • avec Eric Hirsch (éd.), Transactions and creations: property debates and the stimulus of Melanesia, New York ; Oxford : Berghahn Books, 2004.
  • Partial connections, Walnut Creek, CA : AltaMira Press, 2004. (Updated ed.)
  • Kinship, law and the unexpected: relatives are always a surprise, New York ; Cambridge : Cambridge University Press, 2005.
  • Before and after gender: sexual mythologies of everyday life, Chicago : Hau Books, 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Dame Marilyn Strathern », sur thebritishacademy.ac.uk, The British Academy (consulté le 31 mai 2020).
  2. a b et c « Marilyn Strathern », Academia Europaea (consulté le 31 mai 2020).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]