Marien Defalvard

Cette page fait l’objet d’une mesure de semi-protection étendue.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marien Defalvard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Autres informations
Distinctions
Œuvres principales

Marien Defalvard est un écrivain et poète français né le dans le 14e arrondissement de Paris.

Biographie

Origines et formation

Fils de l'économiste Hervé Defalvard[1],[2], Marien Defalvard naît le dans le 14e arrondissement de Paris[3]. Brouillé avec ses parents, il jugera en 2021 que sa famille, également composée de deux sœurs, est « une catastrophe »[2].

Il passe son enfance à Orléans, et suit sa scolarité au collège Saint-Charles (2001-2005), puis au lycée Jean-Zay[4] (2005-2008[5]). Deux fois lauréat du concours général [6], il obtient son baccalauréat à 16 ans, en 2008, avant d'entamer une hypokhâgne à Orléans au lycée Pothier[7] puis à Paris au lycée Louis-le-Grand[8].

Carrière littéraire

En 2007, après avoir produit quelques textes de jeunesse[9], Marien Defalvard entreprend l'écriture de son premier roman[10].

Du temps qu'on existait paraît en 2011 ; il se distingue par le style de son auteur, qui surprend par rapport à sa jeunesse[11]. La réception du roman est néanmoins des plus divisées : si Jérôme Garcin y décèle « une prose somptueuse et maniérée »[11], Jérôme Dupuis le qualifie de « pavé indigeste »[12].

Malgré ces réactions contrastées, Du temps qu'on existait retient l'attention des critiques à l'occasion de la rentrée littéraire 2011[a] au côté de L'Art français de la guerre d'Alexis Jenni : il reçoit les prix de Flore[13] et du premier roman[14], et figure dans la première sélection du Renaudot[15],[b] et du Décembre[16].

Il fait plusieurs séjours dans des établissements psychiatriques, la première fois à la demande de ses parents, à partir de 2008[17],[2]. Après une condamnation à six mois de prison avec sursis pour des coups portés à sa mère[18],[1], il reprend la plume en 2014[19].

En 2016, il publie un premier recueil de poèmes, Narthex[20],[21].

2021 voit son retour à la forme romanesque avec L'Architecture[22].

Œuvres

Récompenses

Notes et références

Notes

  1. « À Marien Defalvard (19 ans), enfin, revient d'endosser le rôle du jeune prodige de l'année : très écrit — presque trop —, à bien des égards incongru, Du temps qu'on existait séduira les uns par sa mélancolie, agacera les autres, qui y verront un insupportable déploiement d’afféterie. Qu'importe : qu'on prenne la peine d'en débattre, c'est bien le signe qu'il faut compter avec lui » (cf. Nathalie Crom, « Rentrée littéraire : nos coups de cœur (suite !) », sur telerama.fr, Télérama, ).
  2. Mais il est absent de la deuxième liste, communiquée le 5 octobre.

Références

  1. a et b Élisabeth Philippe, « La saison en enfer de Marien Defalvard, ex-génie précoce et “facho” autoproclamé », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  2. a b et c Arnaud Viviant, « Le revenant », Transfuge, no 144,‎ , p. 52-53 (lire en ligne).
  3. Acte de naissance no 1523, état civil de la mairie du 14e arrondissement de Paris, .
  4. Sébastien Acker, « Marien Defalvard : “C'est un livre rêveur” », sur lanouvellerepublique.fr, La Nouvelle République du Centre-Ouest, .
  5. R. R., « Marien Defalvard... un ancien élève du lycée », sur lyceejeanzay.fr.
  6. Louis-Henri de La Rochefoucauld (ill. Arnaud Juhérian), « Defalvard et son double », Technikart, no 247, 17 mars 2021, p. 70.
  7. Aimie Eliot, « Marien Defalvard, âgé de 18 ans, sort son premier roman, Du temps qu’on existait, chez Grasset », sur larep.fr, La République du Centre, .
  8. Alain Veinstein, « Marien Defalvard », sur franceculture.fr, France Culture, .
  9. Augustin Trapenard, « Marien Defalvard, romancier, 19 ans », sur franceinter.fr, France Inter, .
  10. Grégoire Leménager, « Quand Jenni rencontre Defalvard », sur bibliobs.nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur, .
  11. a et b Jérôme Garcin, « Un génie de 19 ans pour la rentrée ? », sur bibliobs.nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur, (consulté le ).
  12. Jérôme Dupuis, « Defalvard, les mots pour ne rien dire », sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le ).
  13. a et b G. L., « Marien Defalvard, prix de Flore 2011 », sur bibliobs.nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur, (consulté le )
  14. a et b Marie-Christine Imbault, « Deux premiers romans qui font mouche », sur prixlitteraires.livreshebdo.fr, Livres Hebdo, (consulté le )
  15. Marie-Christine Imbault, « Le Renaudot établit ses premières sélections », sur livreshebdo.fr, Livres Hebdo, .
  16. « Premier scrutin pour le prix Décembre », sur magazine-litteraire.com, Le Magazine littéraire, .
  17. Louis-Henri de La Rochefoucauld, « Defalvard et son double », Technikart,‎ , p. 70-75 (lire en ligne)
  18. Aurore Malval, « 6 mois de sursis pour l'Orléanais Marien Defalvard, ex-enfant prodige de la littérature », La République du Centre,‎ (lire en ligne)
  19. David Vesper, « Confessions d'un cramé », entretien avec Marien Defalvard, Adieu, no 1, juin 2016 [1].
  20. Thibault Ulysse-Comte, « Le langage entre-tient », sur nouvelle-quinzaine-litteraire.fr, .
  21. « Des possibilités de musique sur une île paradisiaque » Émission avec Marien Defalvard sur la RTBF, 2019
  22. Présentation du roman lors de l'émission Le Masque et la Plume du 3 janvier 2021 [2]

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :