Marie von Ebner-Eschenbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marie von Ebner-Eschenbach
Image dans Infobox.
Portrait de Marie von Ebner-Eschenbach par Karl von Blaas (1873)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Chateau de Zdislavice (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
VienneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Marie Dubský von TřebomysliceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Franz Dubsky (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Adolf Dubský z Třebomyslic (d)
Viktor Dubský von Třebomyslice (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Moritz von Ebner-Eschenbach (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Verein der Schriftstellerinnen und Künstlerinnen Wien (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genres artistiques
Distinctions
Œuvres principales
L'Enfant assisté (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Plaque commémorative pour Marie Eschenbach Université de Vienne.jpg
Plaque commémorative à l'université de Vienne

Marie von Ebner-Eschenbach, (en tchèque Marie von Ebner-Eschenbachová, en allemand Marie Freifrau von Ebner-Eschenbach) le à Troubky-Zdislavice et morte le à Vienne, est une écrivaine autrichienne.

Connue pour ses romans psychologiques, elle est l'une des plus importantes auteures en allemand de la fin du 19e siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

En 1848, Marie von Ebner-Eschenbach se marie avec son cousin Moritz von Ebner-Eschenbach (en), professeur de physique-chimie dans une école d’ingénieur de Vienne. Le mariage est sans enfant, au grand dam des époux[1]. Elle tient un journal intime et une correspondance montrant ses déceptions sur sa vie au foyer[2]. On dit qu'elle aurait souffert d’hystérie qui se manifestait par d'importants maux de têtes et une anxiété importante[2].

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

On la relie au courant du réalisme poétique[3]. La ville de Vienne commissionne Marie Müller en 1891 pour son portrait et les deux femmes deviendront amies[4][5].

Hommage[modifier | modifier le code]

Une plaque commémorative lui est dédiée à l'université de Vienne.

Bons mots[modifier | modifier le code]

  • « Les véritables bons amis sont les personnes qui nous connaissent très bien mais qui nous supportent quand même » (« Wirklich gute Freunde sind Menschen, die uns ganz genau kennen, und trotzdem zu uns halten). »

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

  • Ineffaçable [« Unsühnbar »], trad. d’Amélie Chevalier, Paris, Éditions Plon, Nourrit et Cie, 1895, 285 p. (BNF 41642592) [1]
  • Un incompris. Deux amis. Une première communion, textes choisis, trad. de H. Heinecke, Paris, éditions Hachette, 1907, 254 p. (BNF 35973804)
  • Bozena. Mœurs de province en pays morave [« Božena. Erzählung »], trad. de Marius Hoche, Paris, éditions G. Dujarric, 1910, 283 p. (BNF 30393541)
  • Trois histoires autrichiennes, trad. de Jean-François Boutout, postface d'Erika Tunner, Rouen, Centres d'études et de recherches autrichiennes / Publications de l'Université de Rouen, 2001 (réunit : Les Barons de Gemperlein, trad. de Die Freiherren von Gemperlein ; Monsieur le conseiller aulique, trad. de Der Herr Hofrat, eine Wiener Geschichte ; Son rêve, trad. de Ihr Traum, Erlebnis eines Malers). (notice BnF n°FRBNF37709429)
  • Krambambouli [« Krambambuli »], trad. de Louis de Hessem révisée par David Thieulin (Ed.), édition bilingue allemand-français, Amazon KD Publishing, 2015, 72 p. (ISBN 978-2-9534880-3-6)
  • La Princesse de Banalia [« Die Prinzessin von Banalien »], trad. inédite et postface de David Thieulin (Ed.), édition bilingue allemand-français, Amazon KD Publishing, 2015, 150 p. (ISBN 978-2-9534880-2-9)
  • Le Bon Monsieur von Bauer [« Der gute Mond »], trad. inédite de David Thieulin (éd.), édition bilingue allemand-français, Amazon KD Publishing, 2016, 102 p. (ISBN 978-2-9534880-1-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ebner-Eschenbach, Marie, Freifrau von », dans 1911 Encyclopædia Britannica, vol. Volume 8 (lire en ligne)
  2. a et b Charlotte Woodford, « Realism and Sentimentalism in Marie von Ebner-Eschenbach's "Unsühnbar" », The Modern Language Review, vol. 101, no 1,‎ , p. 151–166 (ISSN 0026-7937, lire en ligne, consulté le )
  3. « Poetischer Realismus (1848-1890) », sur literaturreisen.com (consulté le )
  4. (de) G. Wimmer, « Müller, Marie », Österreichisches Biographisches Lexikon und biographische, (consulté le )
  5. Helga Hofmann-Weinberger, « Marie Müller | Frauen in Bewegung 1848–1938 », sur fraueninbewegung.onb.ac.at (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :