Marie Souvestre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Souvestre.
Marie Souvestre, portrait anonyme et non sourcé.

Marie Claire Souvestre, née le 28 avril 1835 à Brest, et morte le 30 mars 1905 à Allenswood (Angleterre), est une pédagogue féministe française.

Elle est la fille de l'écrivain Émile Souvestre et d'Anne Papot[1], originaire de Nantes.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1865, Marie Souvestre crée avec sa compagne Caroline Dussault l'école d'enseignement secondaire de jeunes filles « Les Ruches », à Avon, à côté de Fontainebleau. Elle fréquente la haute bourgeoisie républicaine et nombre d'artistes. Parmi les élèves ayant fréquenté les Ruches après le départ de M. Souvestre, on trouve Natalie Clifford Barney et sa sœur Laura (en), ainsi qu'Elizabeth Asquith.

Dans les années 1880, Marie Souvestre quitte la France et ouvre une école à Allenswood, près de Londres, où elle accueille les jeunes filles des familles dirigeantes d'Europe. Elle prône pour les jeunes filles l'autonomie et la réflexion liée à l'indépendance. Ses préceptes sont à l'encontre de la société victorienne mais elle n'a jamais milité pour l'obtention de droits civiques pour les femmes. Son amie Jane Grant Strachey est beaucoup plus engagée. Leur correspondance est conservée à la Women's library à Londres.

Elle entretient des correspondances avec des amis dans toute l'Europe et voyage beaucoup. Parmi ses élèves, dont Eleanor Roosevelt, nombreuses sont celles qui ont joué un rôle influent dans le monde des arts et des lettres.

Dorothy Bussy, sœur de l'écrivain Lytton Strachey et du psychanalyste et traducteur James Strachey, publie anonymement un roman, Olivia (1949), sur ses années d'études aux Ruches. Le livre fait scandale car l'intrigue évoque la passion de la jeune narratrice pour la directrice de l'établissement, Mlle Julie, c'est-à-dire Marie Souvestre. Après ses études aux Ruches, Dorothy Bussy a enseigné la littérature anglaise à Allenswood.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivia (Dorothy Bussy), Olivia, Stock, 1949 (réédition : Stock, 1999)
  • Marie-Françoise Bastit-Lesourd, « Marie Souvestre », in Le Lien Revue généalogique du Finistère, no 87
  • Marie-Françoise Bastit-Lesourd, « Marie Souvestre, féministe et pédagogue », in Les Cahiers de l'Iroise, no 202, Brest, mai-août 2005
  • David Steel, Marie Souvestre, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2014, ISBN 978-2-7535-3442-1
  • (en) Suzanne Rodriguez, Wild Heart : A Life : Natalie Clifford Barney and the Decadence of Literary Paris, Harper and Collins, New York, 2002 ISBN 0-06-093780-7
  • (en) Betty Boyd Caroli, The Roosevelt Women, Basic Books, New York, 1998, p. 248-252
  • (en) Blanche Wiesen Cook, Eleanor Roosevelt : Volume One, 1884-1933, Viking Press, New York, 1992, p. 103-116

Iconographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Femme de lettres connue sous le nom de Nanine Souvestre.