Marie Sizun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marie Sizun est née en 1940. Elle grandit et fait ses études à Paris. Agrégée de lettres classiques en 1964, elle devient professeur de littérature en France avant de partir à l'étranger enseigner le français dans des écoles européennes, d'abord en Allemagne, pendant dix-sept ans, puis en Belgique. Mère de trois enfants, elle est de retour à Paris en 2001 et revient régulièrement en Bretagne où elle aime écrire.

Marie Sizun a écrit toute sa vie des petits textes courts, des nouvelles, mais c’est à l'âge de la retraite qu'elle décide de se consacrer pleinement à l'écriture. Amoureuse de la Bretagne, la romancière se choisit pour pseudonyme le nom d'un cap breton en souvenir d'heureuses vacances. À l’âge de 65 ans, Marie Sizun publie son premier roman, Le Père de la petite (Arléa, 2005). Dix huit-mois plus tard paraît La Femme de l'Allemand (Arléa, 2007) où l'on retrouve, dans un style sobre et pudique, les mêmes interrogations autour de l'Histoire, la filiation et l'amour. Avant d’être un nom de plume Marie Sizun est aussi celui d'une peintre qui de temps en temps expose ses toiles lors de petites expositions estivales.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Père de la petite, Arléa, 2005
  • La Femme de l'Allemand, Arléa, 2007
  • Jeux croisés, Arléa, 2008
  • Éclats d'enfance, Arléa, 2009
  • Plage, Arléa, 2011
  • Un léger déplacement, Arléa, 2012
  • Un jour par la forêt, Arléa, 2013
  • La Maison-Guerre, Arlea, 2015
  • La Gouvernante suédoise, Arléa, 2016
  • Vous n'avez pas vu Violette ?, Arléa, 2017 [nouvelles]

Prix[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]