Marie Ljalková

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marie Ljalková
Naissance
Horodenka (Ukraine)
Décès
Allégeance Drapeau de l'Union soviétique Union soviétique
Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
Arme Tireur d'élite
Grade colonel
Années de service 1942-1945
Conflits Seconde Guerre mondiale
Faits d'armes Bataille de Sokolovo
Autres fonctions médecin

Marie Ljalková-Lastovecká (née le , morte le à Brno) était un tireur d'élite tchécoslovaque de l'armée soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ljalková est née Petrušáková à Horodenka, en Ukraine, dans une famille de Tchèques de Volhynie. Elle perdit ses parents à l'âge de 12 ans, puis vécut avec sa tante à Stanisławów (aujourd'hui Ivano-Frankivsk). Elle y rencontra son premier mari, Michal Ljalko.

Après l'invasion allemande de l'Union soviétique, Ljalková rejoignit le 1er Bataillon de campagne tchécoslovaque indépendant en tant que volontaire en , à l'âge de 21 ans. Elle suivit pendant trois mois une formation à l'école de tireurs d'élite de Bouzoulouk (oblast d'Orenbourg).

Pour sa première expérience du combat, elle participa à la bataille de Sokolovo, qui dura trois jours (8 mars). Elle y tua sept soldats allemands ce qui lui donna immédiatement le statut d' « as ». Elle devint par la suite formatrice de tireurs d'élite dans l'infanterie tchécoslovaque et soviétique et fut également conductrice d'ambulance.

Elle fut créditée d'un total confirmé de 30 ennemis tués — le nombre exact reste inconnu — au cours de la guerre, ce qui lui valut de recevoir l'ordre soviétique de l'Étoile rouge et la Croix de guerre tchécoslovaque.

Après la guerre, elle étudia la médecine et travailla comme médecin militaire à Olomouc et à l'hôpital militaire central de Prague. Elle fut ensuite transférée à l'hôpital de Brno, où elle rencontra son second mari, Václav Lastovecký. Elle atteignit le grade de colonel, mais en raison de problèmes de santé, elle quitta l'Armée de terre et commença à travailler comme guide pour les touristes parlant russe. Elle finit sa vie à Brno.

Source[modifier | modifier le code]