Marie Langer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Langer.
Marie Langer
Langer79.jpg
Marie Langer (1979)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Membre de

Marie Glass Hauser de Langer, née à Vienne le et morte à Buenos Aires le , est un médecin et une psychanalyste argentine d'origine autrichienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle fait ses études de médecine à l'université de Vienne et obtient son diplôme en 1935[1]. Elle commence une analyse avec Richard Sterba, qui y met fin dès 1934, en raison de l'appartenance de Langer au parti communiste autrichien, interdit depuis 1933. Son mari, Max Langer, chirurgien militaire, et elle sont interdits d'exercice hospitalier en raison de leurs origines juives, et ils émigrent en Espagne, puis à Montevideo, en Uruguay. Elle s'installe en 1942 en Argentine et participe à la fondation de l'Association psychanalytique argentine en 1942, avec Enrique Pichon Rivière, Ángel Garma, Arnaldo Rascovsky, Celes Ernesto Cárcamo et Guillermo Ferrari Hardoy[1],[2]. Dans ce cadre, elle anime un séminaire et assure des fonctions de didacticienne auprès des candidats psychanalystes. Elle dirige la clinique psychanalytique Enrique-Racker[1].

Après avoir publié, en 1973, dans sa revue une lettre venue du Brésil dénonçant les agissements de l'aspirant-analyste Amilcar Lobo Moreira, elle est menacée de mort alors que la Triple A commençait ses attentats, et elle s'exile au Mexique, jusqu'en 1987, avant de revenir en Argentine lors de la transition démocratique.

Travaux[modifier | modifier le code]

Elle publie des recherches sur des questions liées à la féminité, à la spécificité de la psychanalyse, et surtout à la psychothérapie psychanalytique de groupe[1].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Maternidad y Sexo, 1951 (Procréation et sexualité. Étude psychanalytique et psychosomatique, avec une préface de Janine Puget, Paris, éditions Des femmes, 2008 (ISBN 2-721-00568-5))
  • Fantasias eternas, 1957
  • Ideología e Idealizacíon, 1959
  • « Autobiografía » [lire en ligne] sur www.psicomundo.com

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Janine Puget, « Langer, Marie Glass Hauser de », cf. bibliographie.
  2. Lucia Bley 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucia Bley, « Marie Langer ou l’impossible neutralité de l’analyste », Topique, no 140,‎ 2017, p. 137-151 (lire en ligne, consulté le 26 décembre 2017).
  • Graschinsky de Cohan Graciela, « Histoire, migration et déracinement : le legs de Marie Langer », Topique, 2002/3 no 80, p. 63-79.
  • Ignacio Maldonado Martinez, « Introduction to the Life and Work of Marie Langer (1910-1987) », dans Nydia Lisman-Pieczanski & Alberto Pieczanski (éd.), The Pioneers of Psychoanalysis in South America: An Essential Guide, Londres, Institute of Psychoanalysis/Routledge, , p. 139-142.
  • Janine Puget, « Langer, Marie Glass Hauser de », p. 912-913, in Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse 1. A-L. Calmann-Lévy, 2002, (ISBN 2-7021-2530-1).
  • Chantal Talagrand, « Marie Langer (née Glass ) [Vienne 1910 — Buenos Aires 1987] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque, Mireille Calle-Gruber (éd.), Le Dictionnaire universel des créatrices, Paris, Éditions des femmes, (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]