Marie Lera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Marie Léra)
Marie Lera
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
BronVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Marie LéraVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Hortense Marie HéliardVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Marie Léra, Marc Hélys, Jean d'AninVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Marie Lera, née Hortense Marie Héliard le à Saint-Nazaire et morte le à Bron, est une journaliste et une romancière française.

Elle a utilisé les pseudonymes Jean d'Anin et Marc Hélys.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et famille[modifier | modifier le code]

Hortense Marie Héliard naît en 1864 à Saint-Nazaire, fille d'un capitaine au long cours[1],[2]. Dès l'enfance, elle est initiée à l'anglais, l'italien et, grâce à sa nurse, au suédois[3]. En 1886, elle se marie avec Carlos Américo Lera (de), avocat et diplomate mexicain né à Cuba, dont elle est la deuxième épouse[4],[5]. Il est déjà le père d'un garçon né à La Havane en 1878[6]. Deux ans plus tard, Marie Lera met au monde des jumelles, dont l'une est baptisée Marguerite Marie Amélie et l'autre est un enfant sans vie[7],[8].

En 1901 est par ailleurs enregistrée à Saint-Nazaire la « constatation de naissance » d'une fillette nommée Edelmira Delfina Amélia Lera, née dans la commune en 1885 « du légitime mariage de Carlos Americo Lera alors consul du Mexique à Saint-Nazaire et de dame Edelmina Borrell »[9].

Carlos Américo Lera meurt, toujours marié à Marie Lera, en 1926 à Paris[10],[Note 1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Marie Lera débute dans le journalisme avec un reportage sur la Scandinavie et adopte deux pseudonymes, Jean d'Anin et Marc Hélys, pour publier ses écrits et plus tard des traductions (de l'italien, anglais, suédois et polonais).

Lors de deux séjours à Constantinople, elle crée des liens avec deux femmes et partage leur vie, ce qui lui ouvre des portes et l'aide à comprendre les débats idéologiques qui animent les femmes ottomanes.Intéressée par le féminisme dans plusieurs pays étrangers, elle publie en 1906 À travers le féminisme suédois[11]. En 1908, elle fait paraître un livre qu'elle présente comme un témoignage sur la condition féminine et les événements qui marquent son époque[12], Le Jardin fermé, mais qui est en réalité un résumé de on-dit ponctué d'inventions romanesques[13].

Marie Lera est surtout connue pour son ouvrage Le Secret des désenchantées, publié en 1923 sous le pseudonyme de Marc Hélys, qui raconte comment le succès littéraire de Pierre Loti Les Désenchantées résulte d'une supercherie dont elle fut l'une des auteurs durant son second séjour à Constantinople en 1904.

Marie Lera meurt en 1958 à Bron[1].

Publications[modifier | modifier le code]

Sous le nom de Marie Lera[modifier | modifier le code]

  • Les Petits Boërs : épisode de la guerre du Transvaal en 1900, Paris, Librairie Gedalge, 1900

Sous le nom de Jean d'Anin[modifier | modifier le code]

Sous le nom de Marc Hélys[modifier | modifier le code]

  • À travers le féminisme suédois, Plon-Nourrit et Cie, 1906
  • Le Jardin fermé, scènes de la vie féminine en Turquie, Plon-Nourrit et Cie, 1908
  • Cantinière de la Croix-Rouge 1914-1916 - Perrin et Cie, 1917
  • L'Envers d'un roman : Le secret des "Désenchantées" révélé par celle qui fut Djénane, Perrin, 1923

Traductions sous le nom de Marc Hélys (liste sélective)[modifier | modifier le code]

  • Aimé pour lui-même - Collection Stella n° 22 (traduction française du roman américain Brewster's Millions, 1902 pour le texte original de George Barr McCutcheon)
  • Le Vieux Manoir, (traduction française d'une nouvelle suédoise de Selma Lagerlöf), Perrin, Paris
  • Dans le désert, (traduction française du roman italien Sino al confine, de Grazia Deledda), Paris, Hachette, 1912
  • Une héroïne de la Renaissance italienne, Caterina Sforza, 1463-1509, (traduction française partielle de Caterina Sforza, édition en 3 volume de l'historien italien Pier Desiderio Pasolini (it))
  • Des roseaux sous le vent (traduction française du roman italien Canne al vento de Grazia Deledda), Paris, Grasset, 1919
  • Betty et ses amoureux (traduction française du roman The Two Vanrevels de Booth Tarkington), Paris, Hachette, 1936

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Loup Odoevsky Maslov, Marc Hélys femme de lettres nazairienne, Histoire & Patrimoine n° 97, mars 2020, pages 62 à 73 [1]
  • Loup Odoevsky Maslov, Les Lera, une famille de diplomates nazairiens venus du Mexique, Histoire & Patrimoine n° 98, juillet 2020, pages 74 à 91, (l'article complété le premier et comprend un erratum le concernant)
  • Loup Odoevsky Maslov, Marc Hélys, Marie Lera, Saint-Nazaire, iyi akşamlar, sur Chroniques de Saint-Nazaire

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il ne doit pas être confondu avec son fils et homonyme, Carlos Américo Lera, mort à Paris à 1915[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Archives de la Loire Atlantique, commune de Saint-Nazaire, acte de naissance no 147, année 1864 (avec mention marginale de décès) (page 17/48))
  2. Diana Holmes, A Belle Epoque?: Women in French Society and Culture 1890-1914
  3. Loup Odoevsky Maslov, « Marc Hélys femme de lettres nazairienne », Histoire et Patrimoine n°97,‎ , p. 63
  4. Acte de mariage no 108, , Saint-Nazaire , Archives départementales de la Loire-Atlantique
  5. Loup Odoevsky Maslov, « Marc Hélys, Marie Lera, Saint-Nazaire, iyi akşamlar », sur saint-nazaire.hautetfort.com, (consulté le )
  6. a et b Acte de décès no 2888, , Paris 10e, Archives de Paris
  7. Acte de naissance no 326, , Saint-Nazaire, Archives départementales de la Loire-Atlantique
  8. Acte de décès no 354, , Saint-Nazaire, Archives départementales de la Loire-Atlantique
  9. Constatation de naissance no 607, , Saint-Nazaire, Archives départementales de la Loire-Atlantique (naissance du )
  10. Acte de décès no 3415, , Paris 15e, Archives de Paris
  11. Cf. Vincent Fournier, L'Utopie ambiguë. La Suède et la Norvège chez les voyageurs et essayistes français (1882-1914), Clermont-Ferrand, Adosa, 1989.
  12. Dussert, Éric, 1967-...., Cachées par la forêt : 138 femmes de lettres oubliées, Paris, la Table ronde, dl 2018, 574 p. (ISBN 978-2-7103-7714-6 et 2710377144, OCLC 1061262122, lire en ligne)
  13. Loup Odoevsky Maslov, « Marc Hélys femme de lettres nazairienne, », Histoire et Patrimoine n°97,‎ , p. 70

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]