Marie Keyrouz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marie Keyrouz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Religion
Site web

Sœur Marie Keyrouz, née en 1963[1] à Deir el Ahmar au Liban, est une cantatrice et religieuse maronite libanaise, spécialisée dans le chant religieux, essentiellement de tradition moyen-orientale[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie Keyrouz est née à Deir-El-Ahmar, près de la ville de Baalbek, est élevée dans le rite de l'Église maronite, et devient membre de la Congrégation des Sœurs Basiliennes Chouérites qui pratique le rite melkite.

Présidente fondatrice de l'Institut international de Chant Sacré à Paris, elle a poursuivi parallèlement de multiples études sanctionnées par un Doctorat en musicologie et anthropologie religieuse à la Sorbonne (1991), un diplôme d'études approfondies (DEA) de sciences religieuses à l'Université Saint-Joseph de Beyrouth, de chant classique oriental et occidental (oratorio) de l'Université Saint-Esprit de Kaslik, jusqu'à ce qu'elle fût appelée : « La Sœur savante chantante ».

Sœur Marie Keyrouz compte parmi les grandes voix qui captivent les auditoires orientaux et occidentaux.

Au carrefour des religions, Sœur Marie chante et enseigne les musiques sacrées traditionnelles de l’Orient chrétien (Maronite, Byzantine, Melkite). Elle développe aussi une interprétation et un enseignement nés de recherches sur les traditions anciennes du chant liturgique occidental (ambrosien - ou milanais - et grégorien). Elle aborde également le répertoire sacré classique (Bach, Haendel, Mozart…).

Ses CD ont rencontré un succès international et lui ont valu de nombreuses invitations à chanter à travers le monde, pour devenir la Messagère de la Paix, la Lumière de la Musique sacrée, la Voix mystérieuse de l'Orient.

Religieuse, musicologue, anthropologue et chanteuse, Sœur Marie fait rencontrer avec une superbe dextérité l'art et la science, la créativité et l'authenticité.

En 1984, sous les bombes de la guerre au Liban, elle a fondé son Ensemble de la Paix formé de musiciens et choristes de différentes religions, nationalités et cultures. Une appellation qui illustre bien son désir de paix, de tolérance, d'universalité, d'œcuménisme et d’harmonie entre les peuples et les cultures.

À une époque où chacun multiplie les tentatives de fusion Orient et Occident, mélangeant en des paradis artificiels des terres et des hommes différents, sœur Marie convainc que dans le chant et la musique, il n'est pas de mur.

Ce qui anime sa passion et son combat pour l’humanitaire aussi, c’est que Sœur Marie est convaincue que l’ignorance et la pauvreté sont à la base des fractures sociales et des guerres ; et dans les rapports d'amitié comme dans ceux des intérêts communs entre les nations, elle a la ferme conviction que la culture constitue un élément primordial.

C’est pourquoi, Sœur Marie a choisi depuis vingt ans, dans sa congrégation puis à travers son association « Enfance pour la Paix », de consacrer les bénéfices de ses disques et concerts au soutien des enfants défavorisés : bourses d’études, scolarisation, aide médicale et financement des projets éducatifs.

Si Sœur Marie est devenue aujourd'hui une grande figure du chant sacré d’Orient et d’Occident et une messagère de Paix entre les peuples, c'est peut-être parce que selon elle, « le chant est l'unique occasion d'exprimer une vérité qui, autrement, serait inaudible ».

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Sister Marie Keyrouz », sur www.soundunwound.com (consulté le 23 mars 2011)
  2. Bibliographie

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :