Marie Heurtin (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marie Heurtin
Réalisation Jean-Pierre Améris
Scénario Jean-Pierre Améris
Philippe Blasband
Acteurs principaux
Sociétés de production Escazal Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Biographie
Durée 95 minutes
Sortie 2014

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Marie Heurtin est un film biographique français écrit et réalisé par Jean-Pierre Améris, sorti en 2014. Il s'agit d'une narration sur une jeune fille sourde et aveugle de naissance, Marie Heurtin, à la fin du XIXe siècle.

Il est sélectionné hors compétition « Piazza Grande » au Festival international du film de Locarno en où il remporte le prix Variety Piazza Grande[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1897, un artisan modeste interne sa propre fille Marie Heurtin chez les Filles de la Sagesse parce qu'elle est sourde et aveugle de naissance et qu'elle est incapable de communiquer. Intriguée, la sœur Sainte-Marguerite s'occupe d'elle, tente de lui apprendre la langue des signes et vivre en communauté.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Après L'Homme qui rit avec Marc-André Grondin et Gérard Depardieu en 2012, Jean-Pierre Améris se penche sur l'histoire vécue de Marie Heurtin auprès du scénariste de toujours Philippe Blasband. Il s'agit d'une sourde et aveugle de naissance à la fin des années 1890, dont le père la fit interner à l’Institut de Larnay à Biard où se trouvait Sœur Sainte-Marguerite qui s’occupa d'elle[4]. « Les deux femmes vont créer une relation fusionnelle. C’est presque un amour maternel », résume le réalisateur[5].

Auditions[modifier | modifier le code]

Le réalisateur retrouve Isabelle Carré avec qui elle a travaillé pour Les Émotifs anonymes (2010). Elle apprend la langue des signes française pendant six mois[5].

Pour interpréter Marie Heurtin, le réalisateur l'aperçoit « sur un trottoir et j’ai tout de suite su que c’était elle qu’il me fallait » : c'est Ariana Rivoire, elle-même pensionnaire sourde de l’Institut National des Jeunes Sourds de Chambéry[5]. Les interprètes sont présents sur les plateaux[6].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute en fin dans la région Rhône-Alpes, d'abord à Montluel dans l'Ain, puis au château du Passage, à La Balme-les-Grottes et à La Salette-Fallavaux dans l'Isère jusqu'à mi-[4],[5],[6].

Musique[modifier | modifier le code]

Marie Heurtin

Bande originale de Sonia Wieder-Atherton
Sortie
Durée 55:17
Genre Musique classique
Format CD
Auteur Sonia Wieder-Atherton
Compositeur Sonia Wieder-Atherton
Matthieu Lejeune
Sarah Lancu
Sinfonia Varsovia
Christophe Mangou
Frank Krawczyk
Label Naïve Music

Toute la musique de film est signée par la violoncelliste française Sonia Wieder-Atherton, ce qui « accompagne [le réalisateur Jean-Pierre Améris] depuis très longtemps. Très exactement depuis la sortie de la bande originale du beau film de Chantal Akerman, Histoires d’Amérique, ces chants juifs si bouleversants, si profonds, si humains »[7].

No TitreAuteur Durée
1. Madrigali Guerrieri et Amorosi, Libro VIII: Altri Canti d'Amor (Excerpt)Sonia Wieder-Atherton, Matthieu Lejeune, Sarah Lancu 6:20
2. Jeux d'enfants, After Janacek's moravian folksongs: I.Sonia Wieder-Atherton 1:52
3. Jeux d'enfants, After Janacek's moravian folksongs: II.Sonia Wieder-Atherton 1:55
4. Jeux d'enfants, After Janacek's moravian folksongs: III.Sonia Wieder-Atherton 1:14
5. Jeux d'enfants, After Janacek's moravian folksongs: IV.Sonia Wieder-Atherton 1:22
6. Jeux d'enfants, After Janacek's moravian folksongs: V.Sonia Wieder-Atherton 1:26
7. Jeux d'enfants, After Janacek's moravian folksongs: VI.Sonia Wieder-Atherton 5:21
8. Jeux d'enfants, After Janacek's moravian folksongs: VII.Sonia Wieder-Atherton 3:14
9. Vespers opus 37: Nunc dimittisSonia Wieder-Atherton, Sinfonia Varsovia, Christophe Mangou 3:52
10. Variations on a Slovak folksong: Theme, RubatoSonia Wieder-Atherton, Sinfonia Varsovia, Christophe Mangou 1:58
11. Variations on a Slovak folksong: Variation 1, ModeratoSonia Wieder-Atherton, Sinfonia Varsovia, Christophe Mangou 1:07
12. Variations on a Slovak folksong: Variation 2, Poco AllegroSonia Wieder-Atherton, Sinfonia Varsovia, Christophe Mangou 1:23
13. Variations on a Slovak folksong: Variation 3, ModeratoSonia Wieder-Atherton, Sinfonia Varsovia, Christophe Mangou 1:59
14. Variations on a Slovak folksong: Variation 4, Scherzo, AllegrettoSonia Wieder-Atherton, Sinfonia Varsovia, Christophe Mangou 2:08
15. Variations on a Slovak folksong: Variation 5, AllegroSonia Wieder-Atherton, Sinfonia Varsovia, Christophe Mangou 1:21
16. Rückert-Lieder: Ich bin der Welt abhanden gekommenSonia Wieder-Atherton, Sinfonia Varsovia, Christophe Mangou 6:32
17. La Chanson de Marie (Song in remembrance of Schubert): Jewish traditionalSonia Wieder-Atherton, Matthieu Lejeune, Sarah Lancu 4:41
18. Sicilienne, BWV. 1031Sonia Wieder-Atherton, Frank Krawczyk 2:34
19. Pastorale en Fa Majeur, BWV. 590: AriaSonia Wieder-Atherton, Frank Krawczyk 4:58
55:17

Accueil[modifier | modifier le code]

Sorties internationales[modifier | modifier le code]

Le film est sélectionné hors compétition « Piazza Grande » en au Festival international du film de Locarno où il remporte le prix Variety Piazza Grande[1].

Pour la France, il est provisoirement annoncé en selon les médias[5],[6] et finalement reporté au . Il se trouve au quatrième rang du box-office des premières séances parisiennes avec 425 spectateurs sur seize copies, devant Quand vient la nuit (The Drop) de Michaël R. Roskam, Respire de Mélanie Laurent et Interstellar de Christopher Nolan qui est à la tête avec 1 046 entrées sur seize copies[8].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Selon AlloCiné, la note moyenne se lit 3,7 pour 14 titres de presse dont cinq sur cinq de la part du Dauphiné libéré et de L'Express[9].

Le critique Bruno Bouvet mentionne quatre étoiles sur cinq sur La Croix parce que « le film donne d'autant plus envie de croire à son message qu'il est porté par l'interprétation très juste d'Ariana Rivoire, jeune comédienne néophyte »[10]. Thomas Baurez du Studio Ciné Live le voit « du vrai bon cinéma. Un rayon du soleil »[11] et Guillemette Odicino du Télérama, « respectueux et tendre, cet éloge de la patience touche par ses partis pris esthétiques »[12].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau de la France France 207 358 entrées[13] 4

En une semaine, Marie Heurtin attire 83 670 spectateurs en se plaçant au dixième rang du box-office et, la semaine suivante, chute à la douzième place avec 139 146 entrées dans 234 salles[13].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Anonyme, « Un film philippin de 5h38, Léopard d'or à Locarno », sur Culturebox, (consulté le 5 août 2014)
  2. « Marie Heurtin », sur JP's Box-Office, (consulté le 4 février 2015)
  3. « Marie Heurtin », sur Cineman, (consulté le 20 novembre 2014)
  4. a et b Fabien Lemercier, « Jean-Pierre Améris tourne Marie Heurtin », sur Cineuropa, (consulté le 29 mars 2014)
  5. a b c d et e David Gauthier, « Fin de tournage ce vendredi soir de « Marie Heurtin » de Jean-Pierre Améris avec Isabelle Carré », sur DestinationCiné, (consulté le 29 mars 2014)
  6. a b et c Maryne Vialette, « L’équipe du film “Marie Heurtin” investit les terres froides », sur Le Dauphine, (consulté le 29 mars 2014)
  7. « Marie Heurtin - Sonia Wieder-Atherton », sur Naïve, (consulté le 19 novembre 2014)
  8. « Sorties cinéma : Guillaume Canet touche le public en plein cœur », sur AlloCiné, (consulté le 20 novembre 2014)
  9. « « Marie Heurtin » : Critiques Presse », sur AlloCiné, (consulté le 19 novembre 2014)
  10. Bruno Bouvet, « « Marie Heurtin »  : Langue des signes, langage du cœur », sur La Croix, (consulté le 19 novembre 2014)
  11. Thomas Baurez, « « Marie Heurtin », un bon film sur la spiritualité », sur Studio Ciné Live, (consulté le 19 novembre 2014)
  12. Guillemette Odicino, « Marie Heurtin », sur Télérama, (consulté le 19 novembre 2014)
  13. a et b « Marie Heurtin (2014) », sur JPBox-Office, (consulté le 22 décembre 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]