Marie Gérin-Lajoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie Lacoste-Gérin-Lajoie et Gérin-Lajoie.
Marie Gérin-Lajoie
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
Nationalité
Activité
Mère

Marie Gérin-Lajoie ( - à l'âge de 80 ans), est une travailleuse sociale, fondatrice de communauté religieuse et pionnière du service social dans le milieu francophone au Québec.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est née à Montréal. Son père, Henri Gérin-Lajoie, est avocat; sa mère, Marie Lacoste-Gérin-Lajoie, est une pionnière de la défense des droits des femmes au Québec.

Marie Gérin-Lajoie fait toutes ses études à la Congrégation Notre-Dame de Montréal, où elle obtient un baccalauréat ès arts en 1911 de l'Université Laval à Montréal, devenant la première Québécoise à obtenir ce diplôme. À cette époque, elle œuvre à la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste où elle est rédactrice et directrice du bulletin La Bonne Parole[1], donne des conférences et fonde des cercles d'études. En 1918 elle suit des cours de service social à l'Université Columbia de New York. En 1920, elle fonde le département de service social de l'hôpital Sainte-Justine[1].

Elle veut agir sur les causes des inégalités sociales découlant des transformations de l'époque industrielle, trouver les moyens d'améliorer les conditions de vie et de travailler à la promotion des femmes et des familles. À cette fin, elle fonde l'Institut Notre-Dame-du-Bon-Conseil en 1923[2]. L'action communautaire, le service social, la formation familiale et sociale seront les moyens d'action de cette communauté.

Marie Gérin-Lajoie ouvre, en 1931, sa propre école d'action sociale, et participe, en 1939, à la fondation de l'École de service social de l'Université de Montréal où elle dispense les premiers cours[3].

Hommages[modifier | modifier le code]

Dans la base de données de la Commission de toponymie du Québec, on apprend qu'une rue, à Terrebonne, a été nommée en l'honneur de Marie Gérin-Lajoie[4].

La fondation Les Œuvres Marie-Gérin-Lajoie a été créée le 14 février 1990 par l’Institut Notre-Dame du Bon-Conseil de Montréal afin de poursuivre l’œuvre d'éducation et d'action sociale de Marie Gérin-Lajoie.

Un centre de formation sociale créé par l'Institut Notre-Dame du Bon-Conseil en 1996 porte son nom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Histoire, p. 3 sur le site des Sœurs du Bon-Conseil
  2. Histoire, p. 5 et 6 sur le site des Sœurs du Bon-Conseil
  3. Bilan du siècle, Université de Sherbrooke
  4. « Rue Marie Gérin-Lajoie (Terrebonne) », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 28 novembre 2018)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hélène Pelletier-Baillargeon, Marie Gérin-Lajoie. De mère en fille la cause des femmes, Montréal, Boréal Express, 1985, 424 p.
  • Karine Hébert, Marie Gérin-Lajoie : un nom, deux oeuvres, décembre 2016 (Fondation Lionel-Groulx)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]