Marie Cosnay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marie Cosnay
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (52 ans)
BayonneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Marie Cosnay (née en 1965 à Bayonne[1]) est professeur de lettres classiques, traducteur de textes antiques, et écrivain. Elle vit à Bayonne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle enseigne au collège François-Truffaut de Saint-Martin-de-Seignanx dans les Landes.

Elle commence cette carrière de création littéraire aux alentours des années 2000.

Elle a publié des textes dans les revues Petite, Arpa, Présages, Rivaginaires, Florilèges, Le Nouveau Recueil, La Polygraphe et Fario. Outre quatre livres à Cheyne depuis 2003, elle a publié chez Verdier et chez Laurence Teper (André des ombres, Entre chagrin et néant, etc.) ainsi qu'à l’Atelier in 8, chez Quidam (A notre humanité) et à L'or des fous (La bataille d'Anghiari). Elle publie également des livres sous la forme numérique chez Publie.net.

En 2008, pendant cinq mois, une fois par semaine, Marie Cosnay assiste aux audiences de « sans-papiers » présentés au juge des libertés et de la détention de Bayonne. Elle écoute, observe et publie Entre chagrin et néant, en 2009[2].

En 2012, Marie Cosnay construit son récit À notre humanité, de la Commune au printemps arabe, en puisant dans les mémoires de Louise Michel ou Lissagaray[3].

En 2017, elle termine une traduction des Métamorphoses d'Ovide[4]. L'ensemble des chants est publié en un volume aux Éditions de l'Ogre, maison qui accueille également deux de ses romans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Que s’est-il passé ? (Cheyne éditeur, 2003)
  • Adèle, la scène perdue (Cheyne éditeur, 2005)
  • Villa chagrin (Éditions Verdier, 2006)
  • Le Chemin des amoureux (Le Bruit des autres, 2007)
  • Déplacements (Éditions Laurence Teper, 2007) (Rééd. numérique.- Publie.net, 2012)
  • Je ne pourrai pas venir te voir(ouvrage collectif) (Vent d'Ouest, 2008)
  • Les Temps filiaux (Atelier in8, 2008)
  • Trois meurtres (Cheyne éditeur, 2008)
  • André des ombres (Éditions Laurence Teper, 2008) (Rééd. numérique. - Publie.net, 2012)
  • Entre chagrin et néant - Audiences d'étrangers (Éditions Laurence Teper, 2009 et Cadex Éditions, 2011)
  • Noces de Mantoue (Éditions Laurence Teper, 2009) (Rééd. numérique. - Publie.net, 2012)
  • L'Allée du bout du monde (Publie.net, 2010)
  • La Langue maternelle (Cheyne éditeur, 2010)
  • Quand les mots du récit (Publie.net, 2010)
  • Des trains à travers la plaines (avec Claude Chambard, Jérôme Lafargue, Éric Pessan) (Atelier in8, 2011))
  • Ovide : d'Orphée à Achille (NOUS, 2011)
  • Comment on expulse, responsabilités en miettes (Éditions du croquant, 2011)
  • Des Métamorphoses (Cheyne éditeur, 2012)
  • À notre humanité (Quidam éditeur, 2012)
  • La Bataille d'Anghiari (L'Or des fous,éditeur 2013)
  • Le Fils de Judith (Cheyne, 2014)
  • Cordelia la guerre (éditions de l'Ogre, 2015)
  • Sanza lettere (éditions de l'Attente, 2015)
  • Vie de HB (Nous, 2016)
  • Jours de répit à Baigorri (Créaphis, 2016)
  • Aquerò (éditions de l'Ogre, 2017)
  • Traduction des Métamorphoses (Ovide) (éditions de l'Ogre, 2017)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Marie Cosnay sur le site Écla »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  2. Jean-Claude Lebrun, « Marie Cosnay, l'écrivain témoin », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  3. Jean-Claude Lebrun, « Marie Cosnay De la révolution », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  4. « France Culture - Pourquoi faut-il retraduire Ovide ? », sur franceculture.fr, (consulté le 5 octobre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]