Marie Chaix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marie Chaix

Naissance 3 février 1942
Lyon
Activité principale
écrivain
Auteur

Marie Chaix, née à Lyon (Rhône) le 3 février 1942, est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Quatrième et dernière enfant[1] d'Albert Beugras, bras droit de Jacques Doriot pendant l'Occupation à la tête du Parti populaire français, Marie Chaix est la sœur[2] de la chanteuse Anne Sylvestre. Diplômée d'allemand, attachée de presse aux éditions du Seuil, elle devient la secrétaire de la chanteuse Barbara[3] (de 1966 à 1970)[4], à laquelle elle consacre une biographie publiée en avril 1986 aux éditions Calmann-Lévy.

En 1968, elle épouse le journaliste Jean-Francois Chaix. Elle s'est remariée en 1992[4] avec l'écrivain américain Harry Mathews dont elle est également la traductrice. Elle a deux filles[4], Émilie et Léonore. Elle vit aux États-Unis depuis son remariage.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Son œuvre littéraire tourne autour du thème de la mémoire sur sa propre famille. Son premier roman Les Lauriers du lac de Constance écrit en 1974, est un récit de l'histoire de son père pendant l'Occupation allemande et les conséquences[1],[5]. Puis dans Les Silences ou la vie d'une femme (1976), elle raconte la vie et la mort de sa mère en 1971. Juliette chemin des Cerisiers en 1985 évoque le dévouement des domestiques restés au service de la famille pendant l'incarcération du chef de famille.

Pendant quinze ans, Marie Chaix ne publie rien. Son blocage est sans doute dû au décès de son éditeur et ami, Alain Oulman[1]. Elle ne revient sur la scène littéraire qu'en 2005 avec L'Été du sureau, des « bribes de mémoires » — l'expression est du critique littéraire Pierre Assouline — provoquées par la séparation de sa fille ainée, Émilie et de son gendre[1], l'écrivain Richard Morgiève, qui la renvoie à son propre divorce et à son roman familial.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Pleurs et assèchement (2005) », sur L'Express (consulté le 8 janvier 2010)
  2. « Marie Chaix et Anne Sylvestre, deux sœurs et un secret d'enfance », sur Telerama (consulté le 8 janvier 2010)
  3. « Barbara, dix ans déjà ... », sur RFI Musique (consulté le 8 janvier 2010)
  4. a, b et c « Biographie de Marie Chaix (mars 2000) », sur Agnece Rhône-Alpes pour le livre et la documentation (consulté le 8 janvier 2010)
  5. a et b « Marie Chaix, la fille de ... (janvier 2005) », sur Le Monde (consulté le 8 janvier 2010)

Lien externe[modifier | modifier le code]