Marie Catherine Biheron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marie Catherine Biheron
Biographie
Naissance
Décès
Activités

Marie Catherine Biheron, ou Marie Marguerite Bihéron[1], (1795) est une anatomiste et céroplasticienne[2] française du XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d'un apothicaire de Paris, elle suivit d'abord l'enseignement de dessin de Madeleine Françoise Basseporte. Celle-ci lui conseilla de s'exercer à la préparation des pièces artificielles d'anatomie.

Biheron s'y livra avec courage, et fit, pour se former, le voyage de Londres. Elle était parvenue à faire un corps de femme entier qui s'ouvrait, et permettait d'examiner les parties intérieures qu'on pouvait déplacer et replacer à volonté. Elle s'était adonnée à l'étude de l'anatomie et, presque sans modèles, d'après quelques croquis pris au hasard, les descriptions des livres, et quelques dissections vues en cachette, elle s'était exercée à faire des pièces anatomiques artificielles, modelées à l'aide d'une pâte qui était son secret. Les principales pièces de son cabinet étaient relatives aux accouchements : elle n'imitait pas les parties délicates.

Elle avait formé, en cire, un cabinet de sa composition qu'elle montrait au public pour de l'argent. C'est elle qui, détaillant aux yeux d'un célèbre athée la continuelle correspondance de causes et d'effets qui compose et soutient l'organisation humaine, lui demanda :

« Eh bien, marchand de hasard, avez-vous assez d'esprit pour nous faire concevoir que le hasard en ait tant ? »

Elle rencontre Benjamin Franklin lors de son voyage à Paris (1767). Elle lui envoie le discours de Malesherbes contre la suppression des parlements (1772).

Elle effectue des modèles pour des champignons avec son proche ami Jacques Barbeu-Dubourg ; ils seront décrits dans Le botaniste (1767). Elle apporte aussi certaines des corrections de Franklin au texte des Œuvres de ce dernier (1773). Elle accompagne Jonathan Williams lors de sa visite à Paris (1775).

Le chevalier John Pringle, visitant le musée qu'elle avait formé[3] et qui fut plus tard acheté pour Catherine II par l'ambassadeur de Russie, s'écria : « Mademoiselle, il n'y manque que la puanteur ! ». Lorsque Gustave III, de passage à Paris, vint à l'Académie des sciences, Biheron eut l'honneur de faire en sa présence plusieurs démonstrations anatomiques. Mais la faculté de médecine lui créa toutes sortes de difficultés et lui fit défendre d'avoir des élèves ; elle garda pourtant quelques protecteurs, Hunter et William Hewson de Londres, Villoison et Jacques Barbeu-Dubourg, de Paris.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Anatomie artificielle [par la Demoiselle Biheron], [Paris], Impr. de P.A. Le Prieur, [1761], disponible sur Gallica

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Toutes les sources récentes font état de Marie-Marguerite pour le prénom. Certaines sources font référence à la "Demoiselle Biheron".
  2. Métier qui consiste à faire des modèles en cire.
  3. « Cette collection fut faite par les soins de Morand et toutes les pièces d'anatomie artificielles furent exécutées par une demoiselle Bicheron [sic] et envoyées ensuite dans la capitale de la Russie qui manquait alors de tout ce qui pouvait faciliter l'étude de la chirurgie. » (Joseph Marie Quérard, « Morand (Sauveur-François) », dans La France littéraire, ou Dictionnaire bibliographique des savants, vol. 6, p. 283). Morand est l'auteur du texte d'accompagnement de la collection.

Liens externes[modifier | modifier le code]