Marie Cardinal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marie Cardinal
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
ValréasVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Marie Cardinal (née Simone Odette Marie-Thérèse Cardinal) est une romancière française ([1] - à Valréas)[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Sœur du réalisateur Pierre Cardinal, elle naît pied-noir à Alger. Licenciée en philosophie à Paris en 1948, elle obtient son diplôme d'études supérieures de philosophie sur Philon d'Alexandrie, puis décide de préparer l'agrégation, études qu'elle interrompra après son mariage en 1953 avec Jean-Pierre Ronfard, metteur en scène et comédien de théâtre. Jean-Pierre et Marie auront trois enfants : Benoît, écrivain, Bénédicte, et Alice Ronfard, metteur en scène de théâtre.

De 1953 à 1960, elle enseigne la philosophie, à Salonique, Lisbonne, Vienne et Montréal, puis met un terme à sa carrière professorale pour se tourner vers le journalisme, collaborant à différents hebdomadaires tels que L'Express ou encore Elle.

Son premier roman, Ecoutez la mer, paraît en 1962. La Clé sur la porte, publié en 1972, connaît un certain succès et est adapté au cinéma par Yves Boisset, dans un film que Marie Cardinal jugera être une "trahison épouvantable"[3]. C'est néanmoins avec son livre Les Mots pour le dire, publié en 1975 chez Grasset, qu'elle connaît un immense succès[4]. Le livre sera adapté au cinéma en 1983 par le réalisateur José Pinheiro avec Nicole Garcia, Daniel Mesguich et Marie-Christine Barrault.

Elle a été à l'initiative de la création du Syndicat des écrivains de langue française et en fut présidente honoraire à vie.

Elle est inhumée au cimetière de Malaucène (Vaucluse).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Écoutez la mer (1962), prix international du premier roman
  • La Mule de corbillard (1963)
  • La Souricière (1965)
  • Cet été-là (1967)
  • La Clé sur la porte (1972)
  • Les Mots pour le dire (1975) prix Littré, Grasset, (ISBN 2-246-00211-7), broché ; (ISBN 2-246-00212-5), luxe
  • Autrement dit (1977)
  • Une vie pour deux (1979)
  • Au pays de mes racines suivi de Au pays de Moussia (1980).
  • Le Passé empiété (1983)
  • La Médée d'Euripide (théâtre) (1986) traduction
  • Les Grands Désordres (1987).
  • Les Pieds-Noirs (1988)
  • Comme si de rien n'était (1990)
  • Peer Gynt d'Henrik Ibsen (théâtre) (1991) traduction
  • Les Troyennes d'Euripide (théâtre) (1993) traduction
  • Les Jeudis de Charles et Lula (1994)
  • Amour… Amours… (1998)
  • Œdipe à Colone de Sophocle (théâtre) (2003) traduction
  • L'Inédit (2012) livre posthume

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance no 1 928. RET..00773 (délivré par le ministère des Affaires étrangères). Elle est bien née en 1928 et non en 1929 comme le disent la plupart de ses biographes.
  2. Marie Cardinal a pendant des années résidé à Malaucène.
  3. Hélène Pedneault, « Marie Cardinal ou le discours des tricots », La Vie en Rose,‎ , p. 18-21
  4. Colette Trout Hall, Marie Cardinal, Rodopi, , 123 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]