Marie Cardinal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marie Cardinal
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
ValréasVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Conjoint
Jean-Pierre Ronfard (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

Simone Odette Marie-Thérèse Cardinal, dite Marie Cardinal, est une romancière, journaliste et actrice franco-canadienne née le [1] à Alger et morte le à Valréas[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Sœur du réalisateur Pierre Cardinal, elle voit le jour à Alger. Licenciée en philosophie à Paris en 1948, elle obtient son diplôme d'études supérieures de philosophie sur Philon d'Alexandrie. Puis, elle décide de préparer l'agrégation, études qu'elle interrompt après son mariage en 1953 avec Jean-Pierre Ronfard, metteur en scène et comédien de théâtre. De leur union naissent trois enfants : Benoît, écrivain, Bénédicte, et Alice Ronfard, metteuse en scène de théâtre.

De 1953 à 1960, elle enseigne la philosophie, à Salonique (à l'École française), Lisbonne, Vienne, et enfin à Montréal, au Canada, pays dont elle acquiert la nationalité en 1960[3]. Elle met ensuite un terme à sa carrière professorale pour se tourner vers le journalisme, collaborant à différents hebdomadaires tels que L'Express ou encore Elle.

Son premier roman, Écoutez la mer, paraît en 1962. La Clé sur la porte, publié en 1972, rencontre un certain succès et est adapté au cinéma par Yves Boisset, dans un film que Marie Cardinal juge être une « trahison épouvantable »[4]. C'est néanmoins avec son livre Les Mots pour le dire, publié en 1975 chez Grasset, qu'elle connaît la notoriété[5]. Le livre est adapté au cinéma en 1983 par le réalisateur José Pinheiro avec Nicole Garcia, Daniel Mesguich et Marie-Christine Barrault, et au théâtre par Jade Lanza, dont la pièce de théâtre, mise en scène par Frédéric Souterelle, est jouée au Théâtre l'Archipel à Paris de septembre 2018 à avril 2019.

Elle est à l'initiative de la création du Syndicat des écrivains de langue française et en fut présidente honoraire à vie.

Elle meurt à l'hôpital de Valréas[3] et est inhumée au cimetière de Malaucène (Vaucluse), village où elle a longtemps résidé.

Le fonds d’archives de Marie Cardinal (P996)[6] est conservé au centre BAnQ Vieux-Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Actrice[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice de Marie Cardinal, sur Les Gens du cinéma, (consulté le ). Née en 1928 et non en 1929 comme le disent la plupart de ses biographes, elle avouera avoir changé sa date de naissance « par coquetterie » pour la faire correspondre avec celle de son mari Jean-Pierre Ronfard (Cardinal 2013, p. 181).
  2. « matchID - Moteur de recherche des décès », sur deces.matchid.io (consulté le )
  3. a et b Claire Devarrieux, « Marie Cardinal, la mort pour le dire. », sur http://next.liberation.fr, (consulté le ).
  4. Hélène Pedneault, « Marie Cardinal ou le discours des tricots », La Vie en Rose,‎ , p. 18-21
  5. Colette Trout Hall, Marie Cardinal, Rodopi, , 123 p.
  6. « Fonds Marie Cardinal (P996) – Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). », sur Pistard – Bibliothèque et Archives nationales du Québec (consulté le )
  7. « Deux ou trois choses que je sais d'elle - Fiche technique », sur senscritique.com (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]