Marie Arnol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marie Arnol
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction
Vézelay - août 2017 - 3.JPG
plaque commémorative

Marie Arnol, née le à La Maison-Dieu dans la Nièvre et morte le [1] à Sens dans l'Yonne, connue sous le nom de sœur Léocadie, déclarée Juste parmi les nations.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie Arnol entre dans la congrégation des sœurs de la Providence à Sens en 1900. Elle est mère supérieure du pensionnat et couvent de Sainte-Madeleine à Vézelay dans l'Yonne depuis 1929[2]. En 1942, avec l'aide de Agnès Navarro, directrice du pensionnat des Soeurs de Sion, elle monte un réseau de placement pour cacher des jeunes filles juives rescapées des rafles[3]. Elles avaient entre 7 et 13 ans, on leur donnait des noms chrétiens et les faisaient participer aux offices religieux. Pour les aider, les gens du coin leur donnait des rations de nourriture gratuitement[4]. A la Libération, ces pensionnaires représentaient environ la moitié des effectifs du pensionnat[3].

En 2003, son petit-neveu contacte le Mémorial de Yad Vashem pour décrire les actions de sa grande-tante. En 2006, elle fut reconnue à titre posthume, Juste parmi les Nations[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « The Righteous Among The Nations », sur db.yadvashem.org (consulté le 12 août 2017)
  2. « Soeur Léocadie Juste parmi les Nations », Eglise dans l'Yonne,‎ (lire en ligne)
  3. a et b « | Le comité Français pour Yad Vashem », sur yadvashem-france.org (consulté le 12 août 2017)
  4. « Arnol Family », sur db.yadvashem.org (consulté le 1er mai 2018)