Marie Antoine de Reiset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Reiset.
Marie Antoine de Reiset
Reiset Marie-Antoine1 1775-1836officier1.JPG
Titre de noblesse
Baron
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Allégeance
Activités
Famille
Père
Jean-Jacques de Reiset (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Jacques de Reiset (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Grade militaire
Conflit
Grade
Distinctions

Marie-Antoine, vicomte de Reiset, né le à Colmar et mort le à Rouen, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Portrait de Jean-Jacques et d'Antoine Marie de Reiset.

Provenant de la vieille noblesse lorraine, il est le septième enfant de Jean-Jacques de Reiset, membre du Conseil souverain d'Alsace[1] et de Marie-Thérèse Carré de Beaudoin. Il est à noter que les Reiset sont historiquement une famille notable en Alsace. Parmi les quinze frères et sœurs de Marie Antoine, on trouve Marie-Anne de Reiset qui était la fiancée du général Kléber, lui aussi d'origine alsacienne, jusqu'à l'assassinat de celui-ci au Caire en 1800. On trouve aussi Jacques Reiset, receveur général des finances du département de Seine Inférieure, et de l'arrondissement de Mayence (Mont-Tonnerre)[2]

Il épouse Anne Amélie Julliot de Fromont, issue de la bonne bourgeoisie parisienne et née à l'hôtel de Cluny à Paris. La propre sœur d'Amélie nommée Henriette épouse quant à elle Anne-Louis Clouet, futur général et premier aide de camp du maréchal Ney. De leur union naîtra Antoine Justin Henry, vicomte de Reiset (16 février 1815-28 février 1869), receveur des finances. Ce dernier épouse en 1853 Blanche Deschamps du Mery de Guitterie[3]. Il est oncle de Frédéric et de Jules Reiset.

États de service[modifier | modifier le code]

Portrait d'Antoine Marie de Reiset.

Il est incorporé au 4e bataillon de volontaires du Haut-Rhin en juin 1793, et il est blessé près de Wissembourg le 15 août 1793. Il est renvoyé dans ses foyers. Il se rengage au 14e régiment de dragons le 6 novembre 1794. Il passe sous-lieutenant à titre provisoire le 23 juillet 1794, et il est confirmé le 26 décembre 1795 au 9e régiment de dragons. Lieutenant le 16 septembre 1797 avec effet rétroactif au 25 décembre 1796, il sert dans l'état-major du général Moreau le 30 mars 1800, puis à l'état-major du général Richepanse le 30 avril 1800. Il est promu capitaine le 18 juin 1800, et chef d'escadron le 15 juin 1801. Le 3 novembre 1801, il est affecté au 17e régiment de dragons, et il est fait chevalier de la Légion d'honneur le 14 juin 1804.

Il est nommé major le 4 novembre 1806, et colonel le 31 mars 1809. Le 20 janvier 1810 il prend le commandement du 13e régiment de dragons, et il est mis en congé de réforme le 9 septembre 1812. Il est promu général de brigade le 8 février 1813, et il prend le commandement d'une brigade de la 3e division de cuirassiers du 1er corps de cavalerie de la Grande Armée le 6 mars 1813. Le 15 août 1813 il passe à la tête de la 2e brigade de la division de dragons du général Doumerc, et il est élevé au grade d'officier de la Légion d'honneur le 5 septembre 1813, puis au grade de commandeur le 7 novembre suivant. le 5 janvier 1814, il est désigné commandant d'armes à Mayence.

Lors de la Première Restauration, le roi Louis XVIII le nomme lieutenant des gardes du corps du roi le 1er juin 1814, poste qu'il occupe jusqu'au 21 septembre 1823. Il est fait chevalier de Saint-Louis le 15 juin 1814. Il est élevé au rang de grand officier de la Légion d'honneur le 15 juillet 1815. Il est promu au grade de lieutenant général le 30 juillet 1823, et il commande la division de Catalogne du corps d'occupation en Espagne le 22 septembre 1823. Il est mis en disponibilité en janvier 1828. Le 23 mai 1830 il devient inspecteur général de cavalerie dans les 2e et 16e divisions militaires, et il est remis en disponibilité le 8 août 1830. Le général de Reiset meurt le 25 mars 1836 à Rouen.

Faits d'armes[modifier | modifier le code]

Blessures[modifier | modifier le code]

  • Blessé en Silésie d'un coup de lance dans les reins en 1813.

Décorations[modifier | modifier le code]

Buste du général de Reiset.

Titres[modifier | modifier le code]

Noms gravés sous l'arc de triomphe de l'Étoile : pilier Ouest, 31e et 32e colonnes.

Hommage, honneurs, mentions,...[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

« Armes de Chevalier de l'Empire : Parti au 1 : de sinople au coq d'argent, crêté, barbé et membré de gueules, surmonté de trois croissants, les pointes à dextres, d'or ; au 2 : d'argent à trois chevrons d'azur, l'un sur l'autre, accompagnés de trois dragons ailés de gueules ; le tout soutenu d'une champagne de gueules du tiers de l'écu au signe des chevaliers de l'Empire[3]. »

« Armes de Baron de l'Empire : Parti au 1 : de sinople au coq d'argent, crêté, barbé et membré de gueules, surmonté de trois croissants, les pointes à dextres, d'or ; au 2 coupé au 1 : d'argent à trois chevrons d'azur l'un sur l'autre ; au 2 : d'or au dragon de sable lampassé et armée de gueules ; au franc-quartier des barons tirés de l'armée brochant sur le tout[3]. »

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce qui équivaut à la cour suprême de l'époque à l'échelle régionale.
  2. Jean de La Tynna, Almanach du commerce de Paris, des départements de l'Empire français, et de principales villes de monde, Paris, 1809, p. 625
  3. a, b et c de REISET sur www.genea-bdf.org
  4. Souvenirs Du Lieutenant-général-Vicomte De Reiset sur www.chapitre.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :