Marie Élisabeth de Holstein-Gottorp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marie-Élisabeth de Schleswig-Holstein-Gottorp
QuedlinburgMariaElisabeth.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Lieu de travail
Père
Mère
Fratrie
Christian-Auguste de Holstein-Gottorp
Frédéric IV de Holstein-Gottorp
Sophie-Amélie de Schleswig-Holstein-Gottorp (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

La duchesse Marie Élisabeth de Schleswig-Holstein-Gottorp () était Princesse-Abbesse de Quedlinburg, de 1718 jusqu'à sa mort.

La duchesse Marie Élisabeth née à Hambourg est la plus jeune enfant de Christian Albert, Duc de Holstein-Gottorp, et son épouse, Frédérique-Amélie de Danemark. Elle a été envisagée comme épouse de Charles XII de Suède, mais il a refusé.

En 1718, elle a été élue Princesse-Abbesse de Quedlinburg. Cependant, les Rois de Prusse, qui a obtenu la tutelle de l'abbaye en 1698, ont tenté d'imposer leur autorité sur ce petit état du Saint-Empire romain germanique, en tentant d'influencer l'élection de la nouvelle princesse de l'abbesse en faveur de leur propre famille. Marie Élisabeth a été élue à plusieurs reprises au cours de l'interrègne, tandis que l'abbaye a été gouvernée par le prévôt Maria Aurora von Königsmarck, mais le Roi Frédéric-Guillaume Ier de Prusse a refusé de consentir à chaque élection et Empereur Romain germanique Charles VI a par conséquent refusé de confirmer les élections. L'élection, cependant, est finalement allé de l'avant, mais le choix d'une duchesse de Schleswig-Holstein-Gottorp plutôt que d'une princesse de Prusse a causé tout un émoi. En raison de ses différends territoriaux avec le Roi de Prusse, Marie Élisabeth se tourna vers l'Empereur du Saint empire Romain, mais sans succès.

La Princesse-l'Abbesse Marie Élisabeth restauré le château, l'abbaye et l' Église de l'Abbaye de Saint-servais, où elle a été enterré à sa mort à Quedlinburg. Après sa mort, une princesse de Prusse fut finalement élue Anne Amélie de Prusse.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • H. Lorenz, Werdegang von Stift und Stadt Quedlinburg, Quedlinburg, 1922.