Marie-Paule Kieny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marie-Paule Kieny
M-Powering Development Initiative, First Advisory Board Meeting, ITU, Geneva, Switzerland. (10288754356).jpg
Fonction
Sous-directrice générale des systèmes de santé et de l'innovation (d)
Organisation mondiale de la santé
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (65 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

Marie-Paule Kieny est une virologue, vaccinologiste et experte en santé publique française. Actuellement directrice de recherche à l'Inserm et présidente du conseil d'administration de la Drugs for Neglected Diseases initiative (DNDi), elle est récipiendaire du Prix International 2018 de l'Inserm.

Formation[modifier | modifier le code]

Kieny est née en France le 24 avril 1955[1]. Elle obtient un doctorat en microbiologie en 1980 auprès de l'université de Montpellier, et reçoit son Habilitation à diriger des recherches (HDR) en 1995 auprès de l'université de Strasbourg[2].

Elle est faite docteur honoris causa par l'université autonome de Barcelone en 2019 pour son engagement pour la santé publique et pour la couverture sanitaire universelle[3],[4],[5],[6].

Carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu son doctorat, Kieny intègre la société Transgene en tant que directrice scientifique adjointe jusqu'en 1988[2].

Elle intègre l'Inserm et devient pour la première fois directrice de recherche entre 1999 et 2000[2]. Kieny est membre de la European Vaccine Initiative jusqu'en 2010[7].

De 2002 à 2010, elle est directrice de recherche pour l'Organisation Mondiale de la Santé et plus particulièrement durant la Grippe A (H1N1) de 2009[8],[9]. Elle est promue directrice-général adjointe et joue un rôle majeur durant l'épidémie de maladie à virus Ebola en Afrique de l'Ouest et l'épidémie de maladie à virus Zika en Amérique[2],[10],[11],[12],[13].

Confrontée aux préoccupations de différents acteurs de la santé et à une partie de la population autours de la logistique et de la précocité du nouveau vaccin contre le virus Ebola, elle s'engage personnellement en se faisant administrer le nouveau vaccin pour en démontrer l’innocuité[14],[15].

Elle s'implique aussi dans le problème de la résistance aux antibiotiques, supervisant la mise en place de la première liste modèle de l'OMS des médicaments essentiels qui intègre un protocole d'usage des antibiotiques dans le cadre d'une politique de santé mondiale[12],[16]. Elle fait mettre en place une liste des bactéries résistantes aux antibiotiques sur lesquels la recherche devrait prioritairement se pencher (mais néanmoins moins prioritaire que les tuberculose ultra-résistante (XDR-TB)) comme les souches de Acinetobacter baumannii et de Pseudomonas aeruginosa résistantes au carbapénème[17],[18],[19],[20].

En 2012, elle est l'une des sept experts en vaccination interviewés par le magazine Wired concernant le futur de la vaccinologie pour les dix prochaines années[21].

En 2017, elle rejoint le conseil de direction du Human Vaccines Project et est nommée directrice par intérim du Medicines Patent Pool (MPP) et rejoint le Drugs for Neglected Diseases initiative en tant que présidente du Conseil d'Administration[9],[11],[22],[23],[24].

Elle a été aussi membre du conseil d'administration de la société BioMérieux et conseillère pour GISAID[23],[25],[26].

En 2020, lors de la pandémie de maladie à coronavirus, elle fait partie du Comité analyse recherche et expertise (CARE), réunissant 12 scientifiques et médecins pour conseiller le gouvernement sur les traitements et les tests contre le SARS-CoV-2[27].

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Marie-Paule Kieny » (voir la liste des auteurs).
  1. « Marie-Paule Kieny, madame vaccin », sur liberation.fr, (consulté le 13 octobre 2020)
  2. a b c et d « Biography Marie-Paule Kieny - Antivirals Congress - Elsevier », sur www.elsevier.com (consulté le 3 février 2019)
  3. (es) « Marie-Paule Kieny rep el doctorat honoris causa de la UAB pel seu treball per l'accés universal a la salut » (consulté le 3 février 2019)
  4. (en) UAB-Universitat Autònoma de Barcelona, « Kieny awarded an honorary doctorate for her "undeniable commitment" to the underprivileged », sur UAB Barcelona (consulté le 3 février 2019)
  5. « La UAB investirá doctora 'honoris causa' Marie-Paule Kieny por universalizar el acceso a la sanidad », sur La Vanguardia, (consulté le 3 février 2019)
  6. Europa Press, « La UAB investirá doctora 'honoris causa' Marie-Paule Kieny por universalizar el acceso a la sanidad », sur www.europapress.es, (consulté le 3 février 2019)
  7. « Marie-Paule Kieny | European Vaccine Initiative », sur www.euvaccine.eu (consulté le 3 février 2019)
  8. Declan Butler, « Marie-Paule Kieny », Nature,‎ (ISSN 0028-0836, DOI 10.1038/news.2009.478)
  9. a et b (en) Human Vaccines Project, « Dr. Marie-Paule Kieny Appointed To The Human Vaccines Project Board Of Directors », sur www.prnewswire.com (consulté le 27 janvier 2019)
  10. (en) Stephanie Nebehay et Kate Kell, « WHO expects around 200,000 Ebola vaccine doses by mid-2015 », sur The Irish Times (consulté le 27 janvier 2019)
  11. a et b (en) Newton Media, « LSIPR 50 2018: At the head of an experiment in innovation », sur Life Sciences IP Review (consulté le 3 février 2019)
  12. a et b (en) Debbie Andalo, « WHO lists bacteria that need to be targeted for antibiotic development », sur Pharmaceutical Journal (consulté le 3 février 2019)
  13. « WHO | WHO research and development on Zika », sur WHO (consulté le 3 mars 2019)
  14. (en) Kai KupferschmidtAug. 12, 2014 et 10:00 Am, « Using experimental drugs and vaccines against Ebola is ethical, WHO panel says », sur Science | AAAS, (consulté le 3 mars 2019)
  15. (en-GB) Marika Sboros, « WHO vaccines boss Marie-Paule Kieny signs up as first Ebola trial guinea pig », sur BizNews.com, (consulté le 3 février 2019)
  16. (en) June 7 et 2017, « Access, watch, reserve: WHO committee advises when to use common antibiotics », sur www.healio.com (consulté le 3 février 2019)
  17. (en) « Antibiotic Resistant Bacteria: We Need More Than New Drugs », sur Healthline, (consulté le 3 mars 2019)
  18. Julia Belluz, « The 12 most dangerous superbugs, ranked by the WHO », sur Vox, (consulté le 3 mars 2019)
  19. (en-US) Marie-Paule Kieny, « WHO's priority list of antibiotic-resistant bacteria looks beyond tuberculosis », sur STAT, (consulté le 3 mars 2019)
  20. (en-US) Donald G. McNeil Jr, « Deadly, Drug-Resistant 'Superbugs' Pose Huge Threat, W.H.O. Says », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 3 mars 2019)
  21. Madhumita Venkataramanan, « The big question: What vaccines will we invent in the next decade? », Wired UK,‎ (ISSN 1357-0978, lire en ligne, consulté le 27 janvier 2019)
  22. (en-US) « Leadership And Change: An Interview With Medicines Patent Pool Board Chair Marie-Paule Kieny », sur Intellectual Property Watch, (consulté le 27 janvier 2019)
  23. a et b (en-GB) « Marie-Paule Kieny – DNDi », sur DNDi – Best science for the most neglected, (consulté le 3 février 2019)
  24. (en-GB) « MPP-The Medicines Patent Pool Governance Board Appoints Marie-Paule Kieny as new Chair » (consulté le 3 février 2019)
  25. « BioMerieux », sur www.bloomberg.com (consulté le 3 février 2019)
  26. (en) GISAID, « Groundbreaking Global Initiative on Sharing All Influenza Data (GISAID) Celebrates Tenth Anniversary », sur www.prnewswire.com (consulté le 3 mars 2019)
  27. « Covid-19 : qu'est-ce que le Care, ce nouveau comité de scientifiques qui conseille Macron? », sur L'express, (consulté le 24 mars 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]