Marie-Paul Armand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Armand.

Marie-Paul Armand, né le à Leforest dans le Pas-de-Calais et morte en , est une romancière française, connue pour ses romans régionalistes mettent en scène des femmes de milieu populaire du Nord-Pas-de-Calais.

Elle a obtenu le prix Claude-Farrère en 1986 pour son roman La Poussière des corons.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie-Paul Armand est née à Leforest, ville minière du Pas-de-Calais, dans un milieu ouvrier[1]. Elle fait des études de mathématiques à la faculté de Lille et enseigne pendant une dizaine d'années, avant de démissionner et de tenter de réaliser sa vocation d'écrivain.

Elle commence par écrire des histoires pour enfants, celles qu'elle racontait à sa fille, qui sont publiées aux éditions Lito[1].

En 1984, elle signe son premier roman, La Poussière des corons, en hommage à ses grand-parents[1], qui fait revivre les années 1900 à 1960 dans le bassin minier où elle a grandi. Elle retient l'attention de Jeannine Balland, éditrice qui dirigeait depuis 1976 aux Presses de la Cité la collection « Frères d'Armes » et avait décidé de lancer une collection de romans régionaux, « Terres de France ». Avec ce succès de libraire, elle obtient en 1986 le prix Claude-Farrère.

Marie-Paul Armand, discrète dans les médias, poursuit dans cette veine de la saga familiale nordiste. Elle devient l'une des figures de la littérature de terroir en France, décrivant à travers des portraits de femmes courageuses la mentalité et la manière de vivre des classes populaires de sa région à une époque révolue[2], ainsi que les affres de l'ascension sociale, inspirée par l'adversité qu'elle-même a dû affronter avant de s'imposer comme écrivain. Bien que peu relayée par la presse nationale, sa trilogie La Courée est un nouveau succès qui tire, toutes éditions confondues, à plus de 500 000 exemplaires[3].

Marie-Paul Armand est décédée en octobre 2011[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Nicolas le panda, 1983.
  • Poly l'ourson, 1984.
  • L'Été à la campagne, 1985.
  • La Poussière des corons, 1985. Prix Claude-Farrère
  • Le Vent de la haine, 1987.
  • Le Pain rouge, 1989.
  • La Courée
    • La Courée, tome 1, 1990-1992
    • La Courée tome 2 Louise 1993
    • La Courée, tome 3, Benoît 1994
  • La Maîtresse d'école, 1995.
  • La Cense aux alouettes, 1997.
  • Nouvelles du Nord, 1998 (republié sous le titre Mon grand-père mineur en 2008).
  • L'Enfance perdue, 1999.
  • Un bouquet de dentelle, 2001.
  • Au bonheur du matin, 2003.
  • Le Cri du héron, 2004.
  • Sœurs ennemies, 2005.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Les débuts littéraires complexes de quatre romancières régionales du Nord-Pas-de-Calais Article de Françoise Kuczaj, Belphegor, juin 2008
  2. Paul Renard, « Des romans « littérairement corrects » sur des femmes du Nord », De Franse Nederlanden-Les Pays-Bas français, no 22,‎ , p. 77
  3. Leur France est un roman, article de l'Express, 9 décembre 1993
  4. La mort de Marie-Paul Armand , article de la Voix du Nord, 14 octobre 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]