Marie-Louise de Schleswig-Holstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marie Louise de Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg
Princess Marie Louise of Schleswig-Holstein by Lafayette.jpg
Titre de noblesse
Princesse
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Cumberland Lodge (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière royal de Frogmore (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Autres informations
Distinctions

La princesse Marie-Louise de Schleswig-Holstein VA, CI, GCVO, GBE, CRR (Franziska Josepha Louise Augusta Marie Christina Helena; ) est la petite-fille de la reine Victoria.

Famille[modifier | modifier le code]

La princesse Marie-Louise est née à Cumberland Lodge, dans le Grand Parc de Windsor. Son père est le prince Christian de Schleswig-Holstein, le troisième fils du Christian-Auguste de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg (1798-1869) et de la comtesse Louise de Danneskjold-Samsøe. Sa mère est la princesse Hélène, le cinquième enfant et troisième fille de la reine Victoria et d'Albert de Saxe-Cobourg-Gotha. Elle est baptisée le . Ses parrain et marraine ont été François-Joseph Ier d'Autriche et la Reine Marie-Caroline de Hanovre.

Ses parents résidaient dans le royaume-Uni, et la princesse est considérée comme un membre de la famille royale britannique. Avec le mandat royal du , les enfants du prince et de la princesse Christian de Schleswig-Holstein devait être titrés "Altesse". Par conséquent, la princesse Marie-Louise est titrée Son Altesse la Princesse Marie-Louise de Schleswig-Holstein dans le Royaume-Uni. Elle est connue pour sa famille comme "Louie".

Elle est une demoiselle d'honneur en 1885 au mariage de sa tante maternelle, la princesse Beatrice, avec Henri de Battenberg[1].

Mariage[modifier | modifier le code]

Le , la princesse Marie-Louise épouse le prince Aribert d'Anhalt () à la Chapelle Saint-Georges au Château de Windsor. Il est le troisième fils de Frédéric Ier d'Anhalt, et son épouse, la princesse Antoinette de Saxe-Altenbourg. Le cousin de l'épouse, l'empereur allemand Guillaume II, avait joué un rôle important dans l'organisation de la rencontre.

Le mariage, cependant, est malheureux et sans enfants. Aribert est homosexuel et, peut-être après qu'il a été pris au lit avec un homme, le mariage est annulé, le par son père. La princesse Marie-Louise, en visite officielle au Canada à l'époque, est immédiatement retournée en Grande-Bretagne[2]. Selon ses mémoires, elle considère ses vœux de mariage comme obligatoire, de sorte qu'elle ne s'est jamais remariée.

Activités de charité et de patronages[modifier | modifier le code]

Après l'annulation de son mariage, la princesse Marie-Louise se consacre à des organisations caritatives et au patronage des arts. Elle inspire la création de la Reine Mary Maison de Poupées pour mettre en valeur le travail des artisans britanniques. Elle créé le Club de jeunes filles à Bermondsey qui a servi d'hôpital pendant la première Guerre Mondiale. Elle est également active dans les soins infirmiers à Windsor. Elle prend part à toutes les cérémonies officielles de la famille royale, y compris les couronnements et les funérailles, et traitée comme une princesse de sang royal lors d'événements tels que le couronnement de Georges VI[3], et celui d'Elizabeth II.[4]

Le scoutisme[modifier | modifier le code]

En 1919, le Loup de la meute de la 4e Streatham Groupe Scout, a rencontré la Princesse Marie-Louise lors de sa visite à Streatham, au Sud de Londres. Le groupe a fourni une garde d'honneur de sa visite à Streatham. Elle a été tellement impressionnée par le groupe et leurs normes élevées, qu'elle a déclaré le groupe dans son propre, et depuis il a été connu comme le "4e Streatham Mer Groupe Scout (la Princesse Marie-Louise)"

La Première Guerre Mondiale[modifier | modifier le code]

En , lorsque George V a changé le nom de la Dynastie de la Maison de Saxe-Cobourg et Gotha en Maison de Windsor, il a également ordonné à ses nombreux cousins et les beaux-parents, qui étaient des sujets britanniques, de cesser l'utilisation de leur titres allemands. La princesse Marie-Louise et sa sœur, célibataire, la princesse Hélène de Victoria, sont devenues simplement "HH la Princesse Marie-Louise" et "HH la princesse Helena Victoria", en leur donnant l'étrange particularité d'être princesses mais pas, apparemment, les membres d'une famille royale. Cette approche se distingue de celle acceptée par George V, d'autres parents, qui ont renoncé à tous les titres, et pas seulement leurs désignations allemandes et ont acquis des titres de noblesse britannique. En vertu de cette jurisprudence, Marie-Louise et sa sœur auraient probablement été connues sous le nom de "Dame Marie-Louise Nouveau Nom de famille" et "Lady Helena Victoria Nouveau Nom de famille."

La princesse Marie-Louise assiste à quatre sacres dans l'Abbaye de Westminster, ceux d'Édouard VII et Alexandra de Danemark en 1901; George V et de Mary de Teck en 1911; George VI et Elizabeth Bowes-Lyon en 1937; et Élisabeth II en 1953. En 1956, elle publie ses mémoires, Mes Souvenirs de Six Règnes. Elle est décédée à son domicile de Londres, 10 Fitzmaurice Place, Berkeley Square, quelques mois plus tard et est enterré au cimetière Royal, Frogmore au Grand Parc de Windsor.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. NPG: le Prince et la Princesse Henri de Battenberg avec leurs demoiselles d'honneur et d'autres le jour de leur mariage http://www.npg.org.uk/collections/search/portrait/mw145863/Prince-and-Princess-Henry-of-Battenberg-with-their-bridesmaids-and-others-on-their-wedding-day?
  2. Greg King, Twilight of Splendor, Hoboken, New Jersey, John Wiley, (ISBN 978-0-470-04439-1), p. 58
  3. https://www.thegazette.co.uk/London/issue/34453/supplement/7044/
  4. https://www.thegazette.co.uk/London/issue/40020/supplement/6225

Sources[modifier | modifier le code]

  • Ronald Allison et Sarah Riddell, eds., Le Royal De L'Encyclopédie (London: Macmillan, 1992).
  • Marlène A. Eilers, la Reine Victoria Descendants (New York: Atlantic International de l'Édition, 1987).
  • La princesse Marie-Louise (née Princesse de Schleswig-Holstein-Sonderburg-Augustenberg), Mes Souvenirs de Six Règnes (Londres: les Frères Evans, 1956).
  • "Nécrologie: la Princesse Marie-Louise, Patron des Services Sociaux," Le Temps du , p. 14.

Liens externes[modifier | modifier le code]