Marie-Louise d'Étrurie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie-Louise d'Espagne, Marie-Louise de Bourbon et Marie-Louise.

Marie-Louise d'Étrurie
Illustration.
Marie-Louise de Bourbon, reine d'Étrurie puis duchesse de Lucques.
Titre
Duchesse de Lucques

(8 ans, 9 mois et 4 jours)
Prédécesseur Élisa Bonaparte (princesse de Lucques et Piombino)
Successeur Charles-Louis
Régente d'Étrurie

(4 ans, 6 mois et 13 jours)
Monarque Charles-Louis
Reine d'Étrurie

(2 ans, 2 mois et 6 jours)
Prédécesseur Nouveau titre
Successeur Vacant
Biographie
Dynastie Maison de Bourbon
Date de naissance
Lieu de naissance Ségovie (Espagne)
Date de décès (à 41 ans)
Lieu de décès Rome (États pontificaux)
Sépulture Escurial
Père Charles IV (roi d'Espagne)
Mère Marie-Louise de Bourbon, princesse de Parme
Conjoint Louis Ier d'Étrurie
Enfants Charles-Louis
Marie-Louise

Marie-Louise d'Étrurie
Duchesse de Lucques

Marie Louise Joséphine de Bourbon, infante d'Espagne, reine d'Étrurie, puis duchesse de Lucques. Née à Ségovie le , morte à Rome le .

Sixième des quatorze enfants et quatrième fille de Charles de Bourbon, prince des Asturies et de Marie-Louise de Bourbon, princesse de Parme.

La princesse est un membre de la maison de Bourbon, dont le chef est le roi Louis XVI de France. Par ailleurs, le roi de France et le prince des Asturies sont cousins germains utérins. En 1788, le prince des Asturies succède à son père sous le nom de Charles IV.

L'année suivante commence la Révolution française qui mettra fin à la monarchie et condamnera le roi et la reine de France à l'échafaud. Entretemps, l'armée française s'est lancée à l'assaut de l'Europe. Les monarques européens forment contre la France révolutionnaire des alliances matrimoniales et des coalitions qui sont à chaque fois vaincues.

Famille[modifier | modifier le code]

La famille royale d'Étrurie (1802).

Marie-Louise Joséphine de Bourbon est la quatrième fille du roi Charles IV d'Espagne (1748-1819) et de la reine Marie-Louise de Parme (1751-1819). Par son père, elle est donc la petite-fille du roi Charles III d'Espagne (1716-1788) et de la reine Marie-Amélie de Saxe (1724-1760) tandis que, par sa mère, elle descend du duc Philippe Ier de Parme (1720-1765) et de la duchesse Élisabeth de France (1727-1759), fille du roi Louis XV.

Face à la révolution, le duc de Parme, Ferdinand Ier, lui aussi membre de la maison de Bourbon et beau-frère du roi Charles IV mais aussi du feu roi Louis XVI par sa femme Marie-Amélie d'Autriche, mène une politique de neutralité tout en s'alliant secrètement à l'Autriche. Le roi Charles IV est tour à tour ami ou ennemi de la France. Pour s'assurer son appui, le duc de Parme envisage une alliance matrimoniale et en 1795 envoie son fils aîné, Louis de Bourbon, prince héréditaire de Parme, à Madrid. Le jeune homme de 21 ans y épouse l'infante Louise, sa cousine germaine, de 13 ans. Les troupes françaises ayant investi les principautés italiennes, il reste avec l'infante à la cour de Madrid où naît en 1799 leur fils. La famille figure sur le tableau de Goya La Famille de Charles IV.

De cette union naquit :

Le royaume d’Étrurie[modifier | modifier le code]

En 1801, conformément au traité de San Ildefonso et au traité d'Aranjuez avec le roi d'Espagne, Napoléon transforme le grand-duché de Toscane (qui était aux mains de la maison de Habsbourg-Lorraine) en royaume d'Étrurie qu'il confie au jeune prince héréditaire de Parme, Louis de Bourbon, en échange de ses duchés patrimoniaux (Parme et Plaisance).

Le premier consul invite à Paris le nouveau couple royal qu'il exhibe à des fins de propagande ; démonstration de toute puissance et de républicanisme du futur Napoléon Ier.

Le roi et la reine d’Étrurie s'installent ensuite à Florence où le jeune roi meurt dès 1803 laissant le trône à son fils de 4 ans, proclamé roi sous le nom de Charles-Louis, sous la régence de Marie-Louise.

La reine Marie-Louise et ses deux enfants.

Femme de pouvoir, la régente d'Étrurie administre d'une main de fer cet État qu'elle dirige seule. Mais, alliée de force aux Français, la régente doit subir les nouvelles ambitions de l'empereur Napoléon qui souhaite restaurer le grand-duché de Toscane afin de céder le trône à sa sœur, la princesse Élisa.

Mais la régente refuse et s'oppose fermement aux projets français. Elle rappelle la promesse de l'empereur lors des traités de San Ildefonso et d'Aranjuez, mais cela n'y change rien.

Déterminée à conserver sa couronne, elle se rend à Madrid, afin de convaincre son père, le roi Charles IV, de s'opposer voire même de prendre les armes contre Napoléon. Mais soumis aux Français, le gouvernement de Charles IV reste neutre et ne peut s'engager à soutenir l'Étrurie face à Napoléon.

Royaume d'Étrurie. Charles-Louis d'Étrurie et sa mère la reine Marie-Louise, régente (1803-1807) : 10 lires (1803). La légende en latin est à comprendre Carolus Ludovicus Dei gratia rex Etruriae et Maria Aloysia regina rectrix.

En 1807, l'empereur lui demande de bien vouloir céder l'Étrurie en échange de titres et biens français. Mais la régente, véritable femme d'État, refuse toute ses propositions. Malgré cela, le projet français de restaurer le grand-duché de Toscane se met bien en place et les jours de Marie-Louise et ses enfants à Florence sont comptés.

À la fin, elle va même jusqu'à contacter les Britanniques et le premier ministre William Cavendish-Bentinck afin de leur demander de l'aide. Mais voyant les troupes françaises aux portes de Florence, la régente réalise qu'il est déjà trop tard et se résout à rendre son royaume.

L'exil[modifier | modifier le code]

Le 10 décembre 1807, le royaume est officiellement dissous et le jeune Charles-Louis perd son titre de roi. Marie-Louise se réfugie à Madrid avec ses enfants puis suit son père, Charles IV, à son tour trahi par Napoléon, destitué et exilé en France au château de Compiègne en 1808. Suivant les événements de loin, Marie-Louise soutient secrètement les coalisés ainsi que les nobles français émigrés. Avec son frère, Ferdinand VII, elle organise le « plan espagnol » qui permet à celui-ci, en 1813, d'entrer dans Madrid et de devenir roi d'Espagne. Après cela, elle se libère de son exil français et retourne à Madrid avec ses enfants. Elle suit alors, de loin, la débâcle française et se prépare déjà à revenir sur la scène internationale.

Duchesse de Lucques[modifier | modifier le code]

La duchesse de Lucques et ses enfants : Charles-Louis et Marie-Louise.

En 1815, Napoléon est définitivement vaincu et l'Europe réorganisée par le congrès de Vienne. Celui-ci rétablit les souverains détrônés et change les frontières de l'Europe. Marie-Louise écrit alors au chancelier Metternich, afin de réclamer, au nom de son fils, le duché de Parme et de Plaisance, qui revient de droit à sa famille. Mais l'empereur François Ier d'Autriche, voulant faire oublier que sa fille, Marie-Louise, fut un temps l'épouse de Napoléon, fit demande au congrès afin de réclamer pour celle-ci le trône de Parme à la place des Bourbons. Pour éviter de nouvelles tensions entre Bourbons et Habsbourg-Lorraine, Metternich s'arrangea pour que l'ex-impératrice des Français hérite du trône de Parme sans hérédité, afin d'éviter également l'arrivée au pouvoir du fils de Napoléon, Napoléon II. Il est ainsi conclu que les Bourbons-Parme hériteront du duché à la mort de l'ex-impératrice Marie-Louise. Mais pour dédommager ces derniers, le congrès créa pour eux le minuscule duché de Lucques, détaché de Parme, qui est offert à l'ex-reine Marie-Louise.

À son arrivée dans son nouvel État, la duchesse se remit aux affaires. Elle administra si bien ce petit duché qu'elle reçu même l'admiration de sa rivale, la duchesse Marie-Louise de Parme. Femme politique, elle chercha de nouveaux alliés pour sa dynastie et organisa le mariage de son fils, l'ex-roi Charles-Louis désormais prince héréditaire de Lucques, avec la fille du roi Victor-Emmanuel de Sardaigne, la princesse Marie-Thérèse de Savoie, en 1820.

La duchesse s'éteint quatre ans le 13 mars 1824 à Rome à l'âge de 41 ans, après avoir rendu visite au pape.

Elle a été béatifiée par le pape Pie IX en 1876.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Marie-Louise d'Étrurie
Statue de Marie-Louise sur la Piazza Napoleone à Lucques.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]