Marie-Joseph Peyre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marie-Joseph Peyre
Image illustrative de l'article Marie-Joseph Peyre
Marie-Joseph Peyre par Marie-Suzanne Roslin.
Présentation
Autres noms Peyre l'Ancien
Naissance 1730
Paris
Décès
Choisy-le-Roi
Nationalité française
Mouvement néo-classicisme
Activités Architecte du roi
Formation Jean-Laurent Legeay
Jacques-François Blondel
Ses élèves Antoine-Marie Peyre
Œuvre
Réalisations Théâtre de l'Odéon
Distinctions Prix de Rome (1751)
membre de l'Académie royale d'architecture
Entourage familial
Famille Antoine-François Peyre (frère)
Antoine-Marie Peyre (fils)

Marie-Joseph Peyre (1730-1785) dit « Peyre l'ancien » est un architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence sa formation en suivant les cours de Jean-Laurent Legeay, en compagnie d'autres architectes en devenir : Étienne-Louis Boullée, Charles De Wailly ou Pierre-Louis Moreau-Desproux[1]. Il est ensuite élève de Jacques-François Blondel, il est Prix de Rome en 1751. Il séjourne à Rome à partir de 1753. Architecte du roi, il devient membre de l'Académie royale d'architecture en 1767.

Il est le frère de Antoine-François Peyre dit « Peyre le jeune », de 9 ans son cadet et architecte comme lui et le père de Antoine-Marie Peyre dit « Peyre fils » (1770-1843), également architecte.

Marie-Joseph Peyre, architecte du roi et de son Académie royale d'architecture, inspecteur des bâtiments de Sa Majesté meurt le à Choisy-le-Roi, où il est inhumé.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Projets non réalisés[modifier | modifier le code]

Marie-Joseph Peyre est l'auteur d'un projet remarqué de cathédrale avec deux palais en 1753 ou 1754 présenté au concours clémentin de l'Académie de San Luca[4],[5].

Galerie[modifier | modifier le code]

Le théâtre de l'Odéon sous la Révolution française.
Vue de la cathédrale proposée au concours clémentin de l'Académie de San Luca.
Plan de la cathédrale proposée au concours clémentin de l'Académie de San Luca.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Marie-Joseph Peyre, Œuvres d'architecture de Marie-Joseph Peyre ancien pensionnaire de l'académie de Rome (nouvelle édition) : Nouvelle édition, augmentée d'un Discours sur les monumens des anciens comparés aux nôtres et sur leur manière d'employer les colonnes, Paris, Panckoucke, , 24 p. (notice BnF no FRBNF31096788) lire en ligne sur Gallica

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Pérouse de Montclos, Étienne-Louis Boullée, Paris, Flammarion, , 287 p. (ISBN 2-08-010075-0 et 978-2-08-010075-7, OCLC 32078940, notice BnF no FRBNF35729762, LCCN 95130430), p. 21.
  2. Alexandre Gady, La Montagne Sainte-Geneviève et le quartier latin : guide historique et architectural, Paris, éditions Hoëbecke, , 327 p. (ISBN 2-84230-067-X), p. 274
  3. Fiche sur structurae.fr
  4. Michel Le Moël, Sophie Descat, L'urbanisme parisien au siècle des Lumières, Action artistique de la ville de Paris, 1997, p. 158.
  5. Jean-Marie Pérouse de Montclos, Les Prix de Rome : concours de l'Académie Royale d'architecture au XVIIIe siècle, éd. École nationale supérieure des Beaux-Arts : Berger-Levrault, 1984, p. 20.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :