Marie-José Malis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marie-José Malis
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Formation
Activité

Marie-José Malis (née en 1966 à Perpignan) est une metteuse en scène française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à l’École normale supérieure en lettres modernes, elle crée la compagnie La Llevantina en 1994, et enseigne le théâtre dans plusieurs universités.

En 2014, elle présente Hypérion d'après le roman de Friedrich Hölderlin au Festival d'Avignon[1].

Depuis 2014, elle dirige le Théâtre de la Commune à Aubervilliers[2].

En octobre 2016, le théâtre héberge une quarantaine de migrants après l'expulsion de leur squat, dont 8 comédiens de la pièce 81, avenue Victor Hugo d'Olivier Coulon-Jablonka, Barbara Métais-Chastanier et Camille Plagnet créée à La Commune l'année précédente[3].

De septembre à décembre 2018, le théâtre de la Commune est marqué par une crise interne sans précédent [4]. Une partie des salariés, en grève pendant trois mois, dénonce la contestant la « gestion pathogène » de Marie-José Malis[5],[6], qui a conduit au départ par rupture conventionnelle de 12 salariés sur 23 en l'espace de quatre ans [7]. En décembre 2018, à la faveur de la publication des « CDN-leaks », une enquête de la revue Jef Klak accuse Marie-José Malis et la direction du théâtre de la Commune d'avoir délibérément harcelé les salariés pour procéder à un plan de licenciements déguisé. Selon ces révélations, en avril 2015, Marie-José Malis était une des protagonistes d'un entretien privé entre sept directrices et directeurs de centres dramatiques nationaux, durant lequel Stanislas Nordey proposait une stratégie du choc pour procéder à des licenciements collectifs dans les CDN. Marie-José Malis lui répondait alors : « Dire un plan de licenciement, moi je suis d’accord. […] Oui, je parle licenciements. Mais je veux dire : pourquoi est-ce que nous dirigeons les lieux si nous ne pouvons pas avoir une idée de ce que doit être l’embauche, le contrat de travail, la constitution d’une équipe qui serve une aventure artistique ? » [7],[8]. Marie-José Malis a reconnu l'authenticité du document, évoquant « une discussion libre, dans un cadre amical » [9].

Mises en scène[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

  • 2016 : Changer le monde par le théâtre, entretien réalisé par Laure Adler, Éditions Universitaires d'Avignon, Collection Entre-Vues, (ISBN 978-2-35768-050-0)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.festival-avignon.com/fr/spectacles/2014/hyperion
  2. Nomination de Marie-José Malis à la direction du Théâtre de La Commune, centre dramatique national d’Aubervilliers
  3. « Le Théâtre de la Commune d'Aubervilliers héberge 40 migrants dont 8 acteurs », Culturebox, 27 octobre 2016
  4. Marie-José Sirach, « Aubervilliers. De quoi la grève du Théâtre de la Commune est-elle le nom ? », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  5. Gilles Renault, « Grève prolongée et conflit ouvert au Théâtre de la Commune à Aubervilliers », Libération,‎ (lire en ligne)
  6. « Aubervilliers : reprise de saison agitée au Théâtre de la Commune », sur leparisien.fr,
  7. a et b « Jean-Marie Mignon et Michel Demoor, « Tout va bien au théâtre de la Commune. Enquête sur la grève des salarié·es du théâtre de la Commune d’Aubervilliers » », sur Jefklak.org, (consulté le 15 janvier 2019)
  8. jean-pierre thibaudat, « Théâtre : silences et bévues, spleen d’automne », Club de Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2018)
  9. Yves Perennou et Tiphaine Le Roy, « Aubervilliers: une issue au conflit », La Lettre du spectacle,‎
  10. René Solis, « En pleine lucarne », Libération, 21 novembre 2006
  11. Jean-Pierre Thibaudat, « Marie-José Malis met Le Prince de Hombourg sur écoute », Rue 89, 17 mars 2009
  12. Jean-Pierre Thibaudat, « Marie-José Malis à l’écoute de On ne sait comment de Luigi Pirandello », Rue 89, 23 mars 2013
  13. Marie-José Sirach, « Mensonge et vérité dans un face-à-face implacable », L'Humanité, 7 novembre 2016
  14. Armelle Héliot, « Avignon : quand Hypérion fait fuir le public », Le Figaro, 9 juillet 2014
  15. Patrick Sourd, « A Avignon, les lumières d’Hypérion », Les Inrocks, 11 juillet 2014
  16. « Les éblouissements d’un Dom Juan sans futur », Les Inrocks,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2018)

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]