Marie-Josèphe de Saxe (1803-1829)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie-Josèphe de Saxe.
Marie-Josèphe de Saxe
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Marie-Josèphe de Saxe.

Titre

Reine consort d'Espagne


(9 ans, 6 mois et 28 jours)

Prédécesseur Marie-Isabelle de Portugal
Successeur Marie-Christine de Bourbon-Siciles
Biographie
Dynastie Maison de Wettin
Nom de naissance Marie-Josèphe, Amélie, Béatrice, Xavière, Vincente, Aloÿse, Françoise de Paule, Françoise de Chantal, Anne, Apollonie, Jeanne Népomucène, Walburge, Thérèse, Ambroise de Saxe
Naissance
Dresde
Décès (à 25 ans)
Aranjuez
Sépulture Panthéon des Infants
Père Maximilien de Saxe
Mère Caroline de Bourbon-Parme
Conjoint Ferdinand VII d'Espagne
Religion Catholicisme
Description de cette image, également commentée ci-après

Reine consort d'Espagne

Marie-Josèphe de Saxe (Dresde, 7 décembre 1803 – Aranjuez, 18 mai 1829) était un membre de la maison royale de Wettin. Elle fut la troisième épouse du roi Ferdinand VII d'Espagne et ainsi une reine consort d'Espagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nièce du roi Frédéric-Auguste Ier de Saxe, la princesse était la septième et dernière enfant du prince Maximilien de Saxe (1759-1838) et de sa première épouse Caroline de Bourbon-Parme (1770-1804), fille du duc Ferdinand Ier de Parme (1751-1801) et de Marie-Amélie d'Autriche (1746-1804).

La petite princesse perdit sa mère à l'âge de 3 mois. Son éducation fut confiée à un couvent dont elle ne sortit que pour se marier à l'âge de 15 ans.

Fille d'une princesse de la branche espagnole de la Maison de Bourbon, et petite nièce du roi Charles III d'Espagne, la princesse, assez proche parente de la Maison Royale d'Espagne, était une cousine issue de germains du roi Ferdinand VII qui avait 19 ans de plus qu'elle. Comme sa grand-tante, la reine Marie-Amélie avait donné au roi Charles III 9 enfants, elle fut choisie pour épouse par Ferdinand VII d'Espagne, qui après deux mariages, espérait toujours un héritier. La Maison de Saxe était réputée pour sa fécondité.

Ferdinand VII par Vicente López

Fervente catholique, douce, pieuse, ayant le goût de la poésie et fort jolie, le roi s'éprit d'autant plus de la jeune Allemande que ses deux précédentes épouses étaient dépourvues de charme et de beauté.

Le mariage eut lieu 20 octobre 1819 à Madrid, mais, fort peu au courant des réalités de la vie conjugale, la jeune reine de 15 ans refusa de consommer son mariage. Il fallut un courrier du Pape Pie VII pour la convaincre que l'union conjugale n'était pas peccamineuse. Cependant, aucun enfant ne vint combler les vœux du roi et la reine Marie-Josèphe se retira de plus en plus de la vie publique.

En effet, la vie politique espagnole est des plus instable. après le Triennat libéral, le roi mène une politique conservatrice contestée par la bourgeoisie et une partie de l'armée. Soulèvements et Pronunciamentos se succèdent et sont réprimés - parfois avec l'aide de la Sainte Alliance (Expédition d'Espagne). Les dix dernières années du règne de Ferdinand VII sont appelées par les libéraux la Décennie abominable. En 1829, après dix années de mariage, Marie-Josèphe mourut subitement de fièvres laissant le roi le cœur brisé. Elle était âgée de 25 ans. La dépouille de la jeune reine repose dans la crypte royale de l'Escurial.

Epilogue[modifier | modifier le code]

Nonobstant son chagrin, Ferdinand VII ne put guère prendre le temps de pleurer son épouse. La famille royale était alors partagée entre conservateurs et libéraux ayant à leur tête les deux frères du roi : l'infant Charles, né en 1788 , successeur potentiel de son frère, était comme son épouse réputé pour son conservatisme tandis que l'infant François de Paule de dix ans plus jeune que le souverain, représentait l'opinion libérale. L'épouse de l'infant François de Paule, l'intelligente infante Louise-Charlotte de Bourbon-Siciles, craignait qu'à la mort du roi l'infant Charles ne ceigne la couronne et incita le roi quadragénaire à se marier une quatrième fois avec l'une de ses soeurs cadettes.

La reine Marie-Josèphe était morte le 18 mai 1829; dès le 11 décembre suivant, le roi se mariait pour la quatrième fois avec Marie-Christine de Bourbon-Siciles, une de ses nièces âgée de 23 ans.