Marie-Félicie des Ursins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marie-Félicie des Ursins
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
MoulinsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Maria Felicia OrsiniVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Conjoint

Marie-Félice Orsini (nom francisé en des Ursins), de son nom italien Maria Felicia Orsini (née le au Palais Pitti à Florence, en Italie et morte le à Moulins), duchesse de Montmorency, fille du prince italien Virginio Orsini, arrière-petite-fille de Cosme Ier de Toscane et l'épouse d'Henri II de Montmorency, gouverneur du Languedoc.

Biographie[modifier | modifier le code]

Esprit sage et pieux, très porté à la bienveillance et aux bonnes œuvres, Marie-Félice Orsini vécut au château de Chantilly, principalement dans la « maison de Sylvie », qu'elle fit édifier dans le parc afin d'échapper à l'agitation de la vie mondaine et qui garde son nom. Elle se retire au couvent de la Visitation à Moulins après l'exécution de son mari sur l'échafaud le 30 octobre 1632. Elle meurt en odeur de sainteté.

Sa vie édifiante et son caractère à la fois doux et fort lui valurent l'admiration de ses contemporains ainsi que la louange de nombreux poètes. C'est Théophile de Viau, poète romantique, qui lui donna le surnom de "Sylvie" en référence à son amour des bois et des animaux. Elle lui accorda son amitié et sa protection. La Sylvanire ou la Morte-vive, tragi-comédie de Jean Mairet, lui est dédié. En 1651, François Anguier et son frère Michel sculptent le tombeau d'Henri II de Montmorency, devant le couvent de son épouse, à Moulins.

Son souvenir est conservé au musée de la Visitation, place de l'Ancien-Palais à Moulins.

Bibliographie[modifier | modifier le code]