Marie-Emmanuelle Banerjee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marie-Emmanuelle Banerjee
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Marie-Emmanuelle GuidéeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour

Marie-Emmanuelle Banerjee ou Marie Banerjee, aussi connue sous son nom de jeune fille Marie-Emmanuelle Guidée[1], née en à Paris, est une journaliste, reporter d'images, réalisatrice et monteuse de films documentaires française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie-Emmanuelle Banerjee est l'un des quatre enfants de Bernard et de Marie-Annick Guidée et la sœur du diplomate Benoît Guidée. Elle est aussi la petite-fille d’Ingénieur horticole Jean Laborey et la nièce de l'acteur Éric Laborey.

Diplômée de la section « Politique, économique et sociale » de l'Institut d'études politiques de Paris en 1988[2], elle poursuit ses études au Centre de Formation des Journalistes (promotion 1990)[3]. Ensuite, elle entre à la télévision et pendant de nombreuses années collabore comme journaliste reporter d'images avec des journaux télévisés de France 3[4].

icône image Image externe
Joy et Marie Banerjee lors du Festival international des cinémas d'Asie de Vesoul 2012

Parallèlement à ces fonctions journalistique, en couple avec son époux et collègue de la chaîne Joy Banerjee, elle fait des documentaires qui attirent l'attention sur les problèmes socialement significatives des pays d'Asie du Sud. En 2007, les conjoints créent l'association « Petite Terre »[5], y compris pour la production de films vidéo indépendants. Leur travail commun Shantiniketan, un voyage en utopie posant la question de la place des valeurs spirituelles de Rabindranath Tagore dans la société indienne moderne a été présenté en compétition au Festival international des cinémas d'Asie de Vesoul 2012[6].

En 2002, après l'élection présidentielle, quand Jean-Marie Le Pen a accédé au second tour, Marie-Emmanuelle Banerjee adhérente aux Verts. Elle décide de représenter EÉLV dans le canton du Houdan aux cantonales de 2011 afin de soutenir le projet de la société des Écologistes comme une alternative au modèle du Front National[7].

Pour la télévision en 2006, elle participe en tant que directeur de la photographie au tournage du documentaire politique Après l'hégémonie, propositions pour un monde multipolaire de Béatrice Pignède[8]. En 2017, elle fait partie de l'équipe du feuilleton PihPoh : Arrêt Olympia pour suivre le jeune rappeur de Belfort dans son parcours depuis le plateau dans une station de métro de Paris jusqu'à la scène de l'Olympia[9].

Marie-Emmanuelle Banerjee est mariée au journaliste Joy Banerjee et a trois enfants[7].

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1995 : Bangladesh, les chemins d'une médecine pour tous : co-réalisateur
  • 1995 : Mohila, femmes du Bangladesh : co-réalisateur
  • 1997 : Internet : le dilemme des ayatollahs : co-réalisateur
  • 1999 : Gonopathsala, dix jours de la vie d'une école au Bangladesh : co-réalisateur
  • 2006 : Cher-Tarash : des copains au Bangladesh : co-réalisateur
  • 2007 : Après l'hégémonie, propositions pour un monde multipolaire : directeur de la photographie (alias Marie-Emmanuelle Guidée)
  • 2010 : Shantiniketan, un voyage en utopie : co-réalisateur et monteur
  • 2012 : Rouge Bengale : co-réalisateur
  • 2017 : PihPoh : Arrêt Olympia (alias Marie-Emmanuelle Guidée)

Récompense[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

  • Joy Banerjee et Marie-Emmanuelle Guidée, « Internet en Iran, le dilemme des Ayatollahs déjà en 1997 », Planete Internet, no 18,‎ (lire en ligne[archive du ] [PDF], consulté le 2 août 2018).

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]