Marie-Claude Sandrin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sandrin.
Marie-Claude Sandrin
Naissance (80 ans)
Bordeaux
Activité principale
écrivain, journaliste
Distinctions
Prix Cazes
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
roman, essai

Marie-Claude Sandrin, née le à Bordeaux, est une écrivaine française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle a obtenu le prix Cazes en 1967 pour son premier roman, La Forteresse de boue, paru chez Buchet/Chastel[1],[2]. Deux autres romans suivront, chez le même éditeur : La Cendre d’un été (1971) et L’homme à chagrin (1980).

Plusieurs critiques ont souligné des parentés avec Chateaubriand, Mauriac, Gracq, que Marie-Claude Sandrin considère comme de sa « famille ».

Marie-Claude Sandrin a effectué parallèlement une carrière dans le journalisme et collaboré pendant une vingtaine d'années au Méridional, ainsi qu'à de nombreux magazines.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Romans
  • La Forteresse de boue, 1967, Buchet/Chastel
  • La Cendre d’un été, 1971, Buchet/Chastel
  • L’Homme à chagrin, 1980, Buchet/Chastel
Essais
  • Salut Baby, dialogue entre une mère et sa fille adolescente, Éditions Duculot en 1980 [3];
  • Champions de Dieu, recueil de témoignages de « rencontres avec Dieu » , Arléa en 1991;
  • Mon compagnon de misère, témoignage recueilli auprès d'une ancienne alcoolique, Éditions n°1, 1995.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]