Marie-Claire Kirkland-Casgrain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une femme politique image illustrant québécois
Cet article est une ébauche concernant une femme politique québécoise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Marie-Claire Kirkland-Casgrain
Marie-Claire Kirkland-Casgrain en 1971.
Marie-Claire Kirkland-Casgrain en 1971.
Fonctions
Ministre de la Culture du Québec
Gouvernement Gouvernement Robert Bourassa (1)
Ministre du Tourisme et de la Pêche du Québec
Gouvernement Gouvernement Robert Bourassa (1)
Ministre des Transports et des Communications du Québec
Gouvernement Gouvernement Jean Lesage
Ministre sans portefeuille du Québec
Gouvernement Gouvernement Jean Lesage
Biographie
Nom de naissance Marie-Claire Kirkland-Casgrain
Date de naissance
Date de décès (à 91 ans)
Nationalité Canadienne

Marie-Claire Kirkland-Casgrain (née le à Palmer (Massachusetts) et morte le [1]) est une avocate, femme politique, puis juge québécoise. Elle a été la première femme députée de l'Assemblée législative du Québec, aussi la première femme membre du Conseil des ministres, puis la première femme juge au Québec, ainsi que la première femme à y obtenir des funérailles nationales.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille unique, elle naît aux États-Unis, près de l'université Harvard, où son père, jeune médecin, se spécialise. Après ses études universitaires, elle devient avocate, en 1952. Elle pratique sa profession à Montréal et suit avec intérêt la carrière politique de son père, le docteur Charles-Aimé Kirkland, député de Jacques-Cartier. Marie-Claire Kirkland-Casgrain s'implique tôt dans les affaires politiques. Elle est conseillère de la Jeunesse libérale de la circonscription de Jacques-Cartier, présidente du Comité de la constitution du Club Mariana B. Jodoin et de la Fédération des femmes libérales du Québec. De plus, elle est membre-fondatrice de l'Association des femmes avocates de la province de Québec. Durant ces mêmes années, elle écrit dans la revue Châtelaine.

L'élection partielle, en 1961, suscitée par la mort de son père, marque le début d'une carrière politique riche en accomplissements pour Kirkland-Casgrain. Elle s'illustre dans la défense des causes féminines et dans l'adoption de certaines lois ; en 1964, le projet de loi 16, Loi sur la capacité juridique de la femme mariée ; en 1969, la Loi concernant les régimes matrimoniaux et l'établissement de la société d'acquêts ; en 1973, la Loi établissant un Conseil du statut de la femme.

De plus, Kirkland-Casgrain détient plusieurs titres de « première » en politique québécoise. Elle est la première femme élue députée, et la première à être ministre, en 1962 ; première femme à se présenter devant le Comité des projets de loi privés de l'Assemblée législative du Québec ; la seule femme membre du gouvernement provincial du Québec, 1961-1973 ; première femme à être nommée Premier ministre intérimaire d'un gouvernement provincial durant l'absence du représentant, 1972. Elle aura aussi été la première québécoise à avoir droit à des funérailles nationales[2].

Kirkland-Casgrain quitte la scène politique à la suite de sa nomination à titre de juge de la cour provinciale et présidente de la Commission du salaire minimum, le 14 février 1973. Elle est par la suite juge dans le district judiciaire de Montréal, dès 1980. Elle est retraitée depuis 1991.

Legs[modifier | modifier le code]

En 1964, elle fait adopter la Loi sur la capacité juridique de la femme mariée permettant aux femmes mariées d'exercer des actes juridiques sans le consentement de leur mari.

On lui doit, de plus, notamment la création de l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec (ITHQ).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Allaire, Emilia B., Têtes de femmes : essais biographiques, Québec, éditions de l'Équinoxe, 1964, p. 89-94.
  • Claire Kirkland-Casgrain, A woman in politics, my own story, Châtelaine, no 49 (septembre 1976) p. 47, 99-103.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Monument en hommage aux femmes en politique, colline parlementaire de Québec.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Claire Kirkland-Casgrain : Décès de la première femme députée à Québec », sur Le Huffington Post Québec,‎ (consulté le 24 mars 2016)
  2. Gabrielle Duchaine, « Funérailles nationales pour la première femme députée Claire Kirkland-Casgrain », La Presse,‎ (lire en ligne).
  3. http://www.ordre-national.gouv.qc.ca/membres/membre.asp?id=255

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]