Marie-Christine Verdier-Jouclas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marie-Christine Verdier-Jouclas
Illustration.
Marie-Christine Verdier-Jouclas en 2019.
Fonctions
Députée française
En fonction depuis le
(4 ans, 7 mois et 6 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 2e du Tarn
Législature XVe
Groupe politique LREM
Prédécesseur Jacques Valax
Biographie
Date de naissance (56 ans)
Lieu de naissance Albi (Tarn, France)
Nationalité Française
Parti politique LREM
Conjoint Pierre Verdier
Diplômée de Université Toulouse-Jean-Jaurès
Profession Cadre bancaire

Marie-Christine Verdier-Jouclas, née le à Albi (Tarn, France), est une femme politique française.

Elle est députée de la deuxième circonscription du Tarn depuis , élue sous l'étiquette La République en marche (LREM). Depuis , elle est porte-parole du groupe LREM à l'Assemblée nationale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Marie-Christine Verdier-Jouclas naît le à Albi, dans le Tarn. Elle étudie au lycée Victor-Hugo de Gaillac puis à l'université Toulouse-Jean-Jaurès.

Elle travaille ensuite à Albi comme directrice d'agence bancaire pour le Crédit agricole[1].

Elle est mariée avec Pierre Verdier, ancien maire divers gauche de Rabastens[2].

Députée de la XVe législature[modifier | modifier le code]

Marie-Christine Verdier-Jouclas s'engage à La République en marche en en créant un comité local à Rabastens (Tarn)[3].

Le , elle est élue députée du Tarn en remportant les élections législatives dans la deuxième circonscription du Tarn face à la candidate du Front national avec 66,14 % des suffrages exprimés[4].

Le , elle est nommée porte-parole du groupe LREM à l'Assemblée nationale[5],[6]. Elle est reconduite à ce poste en octobre 2020[réf. nécessaire].

En , après la nomination de François de Rugy au gouvernement, elle soutient la candidature de Richard Ferrand à la présidence de l'Assemblée nationale[7].

Dans la nuit du au , elle vote contre l'amendement no 198 de François-Michel Lambert visant notamment à interdire l'utilisation du glyphosate dans le cadre du projet de loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous[8]. Elle explique son choix dans une interview au journal La Dépêche du Midi, parue le mardi , en indiquant que tant qu'il n'y a pas encore d'alternatives au glyphosate, ce dernier continuera à être autorisé. Elle indique également qu'une loi pour interdire le glyphosate sera déposée d'ici 3 ans si les discussions avec les agriculteurs n'avancent pas[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Deux femmes pour un territoire » sur ladepeche.fr, 15 juin 2017 [1]
  2. « Deux candidats En Marche! investis dans le Tarn », sur Le Journal d'ici,
  3. Site de La République en marche [2]
  4. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur interieur.gouv.fr, (consulté le ).
  5. « Le groupe LaREM à l'Assemblée muscle son équipe de porte-parole », sur FIGARO, (consulté le )
  6. « Une Tarnaise parmi les 9 porte-parole du groupe LREM à l'Assemblée », sur ladepeche.fr (consulté le )
  7. Julie Cloris, « Duel Ferrand-Pompili pour présider l’Assemblée : qui soutient qui ? », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  8. « Analyse du scrutin n° 1154 Troisième séance du 14/09/2018 », Site de l'Assemblée Nationale,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Les députés refusent à nouveau de voter l'interdiction des glyphosates », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]