Marie-Christine Saragosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saragosse (homonymie).

Marie-Christine Saragosse, née le à Philippeville (aujourd'hui Skikda) en Algérie, est une dirigeante audiovisuelle et haute fonctionnaire française.

Depuis 2012, elle est présidente-directrice générale de France Médias Monde (FMM).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Née dans une famille de pieds-noirs d'Algérie où un grand-père piémontais avait quitté l'Italie sous Mussolini[1], Marie-Christine Saragosse arrive à Nice à l'âge de 4 ans. Son père est professeur de gymnastique et sa mère, institutrice ; ils sont tous les deux de gauche[2]. Elle effectue sa scolarité secondaire au lycée Carnot de Cannes et obtient son baccalauréat en 1978.

Marie-Christine Saragosse poursuit ses études à Sciences Po Paris (diplôme en 1981) et obtient un DEA d'économie à l'EHESS en 1983 avant de faire l’ENA (1985-1987)[3],[4]. En parallèle, elle s'inscrit six mois au Parti socialiste, tendance rocardienne[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Dès sa sortie de l’ENA, Marie-Christine Saragosse travaille dans le secteur public audiovisuel, notamment au service juridique et technique de l’information puis comme directrice de la gestion de RFI, et au cabinet de la ministre déléguée à la Francophonie Catherine Tasca, où elle est chargée de l’action audiovisuelle extérieure de la France[5]. De 1993 à 1997, elle est sous-directrice des opérateurs audiovisuels et de la presse puis directrice-adjointe à la direction de l'action audiovisuelle extérieure du ministère des Affaires étrangères[6].

En 1997, à l'initiative de Patrick Imhaus[5], elle devient directrice générale adjointe, puis directrice générale l'année suivante et vice-présidente, en 2001, de la chaîne de télévision francophone TV5[7],[8], fonction dont elle démissionne en 2005[4], en désaccord avec la politique et le mode de gouvernance de Jean-Jacques Aillagon[9].

De 2006 à 2008, elle dirige la coopération culturelle et linguistique au sein de la direction générale des relations culturelles, scientifiques et techniques du ministère des Affaires étrangères[6].

En avril 2008, elle est rappelée à la direction générale de TV5 Monde par les partenaires francophones et le pôle audiovisuel extérieur français [3].

Présidence de France Média Monde[modifier | modifier le code]

Mandat 2012-2017[modifier | modifier le code]

Le , le Conseil supérieur de l'audiovisuel propose sa nomination comme présidente de l'Audiovisuel extérieur de la France (AEF) pour succéder à Alain de Pouzilhac, démissionnaire en juillet précédent[10],[11]. François Hollande valide ce choix le 11 septembre[12] et la nomination est publiée au journal officiel le 7 octobre[13],[4]. En mai 2014, à la suite du litige d'Alain de Pouzilhac avec l'autorité de tutelle concernant sa rémunération, Marie-Christine Saragosse « baissera volontairement de 30 % les salaires du PDG et du directeur général, et  divisera par deux ses frais généraux (véhicule, représentation, voyage) pour un total de près d'un million d’euros », dira-t-elle plus tard. Précisément, elle touche un fixe de 228 000 euros bruts, plus un bonus pouvant aller jusqu'à 32 000 euros[14].

Assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon[modifier | modifier le code]

La présidence de Marie-Christine Saragosse chez France Médias Monde est marquée par l'enlèvement puis l'assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon de Radio France internationale. Le 2 novembre 2013, les deux envoyés spéciaux sont enlevés prés de Kidal, au Nord-Est du Mali. Dans la matinée du mardi 29 octobre 2013, la journaliste et l'ingénieur du son étaient arrivés à Kidal où se déroulaient dans le même temps les dernières tractations pour la libération des « otages d'Arlit » qui furent remis l'après-midi de cette même journée aux autorités nigériennes. Ghislaine Dupont et Claude Verlon préparaient alors une émission spéciale sur « la crise dans le nord du Mali et la réconciliation »[15],[16],[17],[18]. Dans le contexte de la guerre que l'État français mène pour la première fois en Afrique contre le terrorisme, la région de Kidal (fief de la rébellion touareg) est considéré comme une zone à risques élevés au moment de la validation de l'ordre de mission du reportage par la direction de la rédaction Afrique de RFI. Dès le 29 octobre 2013 à la suite des négociations pour la libération des « otages d'Arlit » (soit quatre jours avant leur assassinat), les questions de la responsabilité du média employeur, de l'appartenance des deux reporters à RFI et de leur sécurité ont été, de fait, soulevées[19],[20],[21],[22],[23]. Ce drame démontrant que, dans les zones de conflit, les reporters sont devenus aujourd'hui des cibles, Marie-Christine Saragosse entreprend aussitôt de mettre en place des mesures afin de mieux protéger les reporters des trois entités de France Médias Monde : France 24, RFI et Monte Carlo Doualiya[24],[25].

Candidate à France Télévision[modifier | modifier le code]

En mi-mandat (mars 2015), elle se déclare candidate à la présidence de France Télévisions compte tenu de son parcours professionnel[26]. Elle fait figure de favorite[27] lié au fait qu'elle soit une femme[28], de gauche et soutenue par le président de la République François Hollande[29]. Après l'annonce officielle de sa candidature, les syndicats FO, CFTC et SNJ s'étaient exprimés par communiqués pour commenter son bilan chez France Médias Monde semant le doute quant à la pertinence de sa candidature à la tête de France Télévisions[30],[31]. Sa candidature est écartée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel dès le premier tour de scrutin dans la liste des candidats à auditionner[32]. En avril 2015, le CSA nommera Delphine Ernotte PDG de France Télévisions[33].

Mandat 2017-2022[modifier | modifier le code]

Dans un courrier interne adressé à ses salariés, elle se porte candidate pour un deuxième mandat en déclarant “ (...) Je me dis que les choix stratégiques effectués jusqu’ici et la méthode participative et collective qui est la mienne permettent à nos médias de donner leur pleine puissance (...) »[29]. La présidente de France Médias Monde met en avant « une gestion rigoureuse » et les audiences croissantes de France 24 et RFI, malgré un contexte social en interne fragilisé [34]. Seule candidate à sa succession, Marie-Christine Saragosse est reconduite par défaut via le CSA pour un nouveau mandat de cinq ans à compter du 5 octobre 2017[35]. Le CSA salue l'amélioration de la situation de FMM[36] du fait de sa “capacité managériale” et la réussite de “l’intégration de France 24, RFI et Monte Carlo Doualiya (MDC) au sein d’une société unique”[37].

En février 2018, sa reconduction, par le CSA, à la tête de France Médias Monde est annulée parce qu'elle n'a pas déclaré à temps son patrimoine[38]. En effet, sa nomination à la présidence est annulée par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), car elle n'a pas fait parvenir sa déclaration de patrimoine dans les délais impartis[39]. Dans un communiqué adressé au employés de FMM émis le 13 février, elle déclare « Chères toutes et tous, j'ai appris aujourd'hui, avec stupéfaction, que mon mandat de Présidente-directrice générale de France Médias Monde était tombé. ». N'ayant pas effectué sa déclaration de patrimoine dans les délais administratif impartis, elle déclare "« J’ignorais que la procédure avait changé et que c'était de ma propre initiative que je devais désormais accomplir ces actes en ligne, et j’attendais donc en toute bonne foi d’être saisie »[40].

Le syndicat FO Médias dénonce "des situations anxiogènes qui fragilisent les salariés et les stratégies d'entreprises"[41]. Selon les statuts de FMM, la gouvernance transitoire est assuré par « le doyen du conseil d’administration nommé par le CSA », à savoir Francis Huss, un député des Français de l’étranger »[42]. Jugeant cette décision « ubuesque » et « disproportionnée » des collaborateurs du groupe ont lancé une « motion de confiance » à travers une pétition[43]. À la suite d'un conseil d'administration extraordinaire, elle est nommée directrice générale chargée de la stratégie de France Médias Monde et chargée d'une mission opérationnelle afin d'"éviter toute rupture" dans les activités du groupe.[44]

Le suivant, le CSA nomme à nouveau Marie-Christine Saragosse à la présidence de France Médias Monde, pour une durée de cinq ans[45],[46].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marie-Christine Saragosse est mariée et a trois enfants.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christophe Quirion, « Marie-Christine Saragosse – La directrice de TV5MONDE répond à nos questions » (Best of), LePetitJournal.com, 31 mars 2011
  2. a et b Anne Fulda, « Marie-Christine Saragosse, une voix de la France », Le Figaro, « Le Figaro et vous », samedi 31 janvier / dimanche 1er février 2015, page 34.
  3. a et b Cécile Barbière, « Marie-Christine Saragosse, très sport », Stratégies, 11 novembre 2010
  4. a b et c Daniel Psenny, « Marie-Christine Saragosse : la candidate normale » Le Monde, 2 octobre 2012
  5. a et b « Marie-Christine Saragosse », Femmes Monde à la Coupole
  6. a et b « Direction de la coopération culturelle et du français : Marie-Christine Saragosse succède le 1er septembre 2006 à Michel Lummaux »
  7. Yelkoussan Bertrand Some, Raogo Hermann Ouedraogo, UACO : « L’audiovisuel francophone face aux mutations technologiques », LeFaso.net, 29 septembre 2004
  8. Axel Gyldèn, « Mais à quoi sert la francophonie? », L'Express, 22 novembre 2004
  9. « Du rififi à TV5 Monde » - 20minutes.fr, 3 mars 2006
  10. Paule Gonzales, « Marie-Christine Saragosse choisie pour présider l'AEF », Le Figaro, 6 septembre 2012.
  11. Emmanuel Berretta, « AEF : après Pouzilhac, ce sera Marie-Christine Saragosse », Le Point, 6 septembre 2012.
  12. « Hollande propose Saragosse pour l'AEF », Le Figaro, 11 septembre 2012
  13. « Marie-Christine Saragosse officiellement nommée à la tête de l'AEF », Le Monde/AFP, 7 octobre 2012
  14. « Quand l'Etat prive de bonus le patron de France 24 », sur bfmbusiness.bfmtv.com, (consulté le 22 août 2017)
  15. « Ghislaine Dupont et Claude Verlon, deux passionnés d'Afrique tués en reportage » sur le site du journal Le Monde
  16. « Deux journalistes français assassinés au Mali »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur le site de Reporters sans frontières
  17. « Journalistes tués au Mali : ce que l'on sait » sur le site de Libération
  18. « Journalistes tués au Mali : l'hommage des confrères maliens » sur le site du journal Le Monde
  19. « Assassinat de journalistes au Mali: après la stupeur, les questions » sur le site de BFM TV
  20. Kidal, "ville de tous les dangers" pour les journalistes sur le site de Le Monde
  21. « Mali : une cérémonie funéraire corporatiste » sur le site de Arrêt sur images
  22. « Meurtre des journalistes français au Mali : À qui la faute ? Ghislaine Dupont et Claude Verlon ont été envoyés au casse-pipe » sur le site de Causeur
  23. Focus: « Tuez-moi, je suis journaliste ! » sur le site de 5minutesinfos
  24. « Soigner les plaies à l'âme des reporters de guerre » sur le site de Slate
  25. « Interview exclusive de Marie-Christine Saragosse : Bientôt une rédaction de RFI en mandingue à Bamako » sur le site de Maliweb
  26. « Présidence de France Télévisions : Huit candidats déclarés dont Marie-Christine Saragosse » sur le site de pure médias by OZAP
  27. « France Télévisions : Marie-Christine Saragosse, la favorite recalée », sur nouvelobs.com (consulté le 7 mai 2015)
  28. « France Télévisions : les aspirants à la présidence se dévoilent » sur le site de L'Humanité
  29. a et b « France Télévisions: Hollande aux avant-postes » sur le site de L'Express
  30. « France Télévisions : la candidature de Marie-Christine Saragosse plombée par les syndicats de France Médias Monde ? » sur le site de Atlantico
  31. « France Télévisions : le CSA s'explique / France Inter » (consulté le 9 mai 2015)
  32. « Opération lessivage parmi les candidats (4/5) », sur L'Opinion,
  33. « Le CSA nomme Delphine Ernotte Cunci à la présidence de France Télévisions », sur csa.fr,
  34. « Grève à France 24, perturbation des antennes en français et en anglais », sur lexpress.fr,
  35. « Marie-Christine Saragosse reconduite à la tête de France Médias Monde », sur lemonde.fr,
  36. « Marie-Christine Saragosse reconduite à la tête de France Médias Monde », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 3 juillet 2017)
  37. « Le CSA valide la prolongation de Marie- Christine Saragosse », sur La lettre de l'audiovisuel,
  38. « France Médias Monde : Saragosse n’est plus présidente à cause d’un oubli administratif », sur www.lemonde.fr, (consulté le 14 février 2018).
  39. « France Médias Monde : Saragosse n’est plus présidente à cause d’un oubli administratif », sur france24.fr,
  40. « FMM: après un imbroglio administratif, M.-C. Saragosse n'est plus PDG », sur http://www.rfi.fr,
  41. « Inquiétude des syndicats de France Médias Monde après l'annulation surprise du mandat de leur PDG », sur http://www.lejdd.fr, (consulté le 13 février 2018)
  42. « Fin du mandat de Marie-Christine Saragosse à France Médias Monde : « C’est ubuesque ! » », sur la-croix.com,
  43. « France Médias Monde : une motion de confiance pour M. C. Saragosse », sur /blogs.mediapart.fr, (consulté le 19 février 2018)
  44. « France Médias Monde : Saragosse nommée DG pour "éviter toute rupture" », sur figaro.fr,
  45. « Marie-Christine Saragosse rempile à France Médias Monde », sur www.lalettre.pro, (consulté le 19 avril 2018).
  46. « France Médias Monde retrouve sa dirigeante Marie-Christine Saragosse », sur www.europe1.fr, (consulté le 19 avril 2018)
  47. « Décret du 31 décembre 2012 portant promotion et nomination »
  48. « Marie-Christine Saragosse / F2M : remise des insignes d'officier de l'ordre national du Mérite, le 13 avril »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur satellifax,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]