Marie-Caroline de Bourbon-Siciles (1822-1869)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie-Caroline de Bourbon-Siciles.
Marie-Caroline de Bourbon-Siciles
MarieCarolineAugustedeBourbon-SicilesFranzSchrotzberg1842.jpg

La princesse Marie Caroline de Bourbon-Siciles, peinte par Franz Schrotzberg, 1842.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 47 ans)
TwickenhamVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Père
Mère
Conjoint
Enfant
signature de Marie-Caroline de Bourbon-Siciles (1822-1869)

signature

Marie Caroline Auguste des Deux-Siciles, par son mariage, duchesse d’Aumale, est née à Vienne, en Autriche, le et morte le à Twickenham, au Royaume-Uni. C'est une personnalité de la Monarchie de Juillet.

Famille[modifier | modifier le code]

Marie-Caroline est l'unique fille survivante des quatre enfants de Léopold de Bourbon-Naples (1790-1851), prince des Deux-Siciles et prince de Salerne, et de son épouse et nièce l'archiduchesse Clémentine d'Autriche (1798-1881)[1].

Par son père, elle est l'une des petites filles de Ferdinand Ier de Bourbon-Naples, roi des Deux-Siciles (1751-1825) et de la reine Marie-Caroline d'Autriche (1752-1814) tandis que, par sa mère, elle a pour grand-père l'empereur François Ier d'Autriche et l'impératrice Marie-Thérèse de Bourbon-Naples (1772-1807). En 1844, la princesse épouse Henri d'Orléans (1822-1897), duc d'Aumale. Fils du roi Louis-Philippe Ier (1773-1850) et de son épouse la reine Marie-Amélie de Bourbon-Naples (1782-1866), le jeune homme est donc le cousin germain de Marie-Caroline.

Les mariages consanguins dont ils sont issus et leur proche parenté expliquent la fragilité constitutive de leur descendance, les dangers d'une trop grande consanguinité étant ignorés à l'époque.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le couple conçoit sept enfants mais beaucoup meurent en bas âge et seuls deux survivent :

  1. Louis-Philippe, Marie, Léopold, prince de Condé, (né à Saint-Cloud le - mort de typhoïde à Sydney le ),
  2. Henri, duc de Guise, (11 septembre 1847- 10 octobre 1847)
  3. une fille (1849-1849)
  4. François Paul, duc de Guise (11 janvier 1852- 15 avril 1852)
  5. François Louis Philippe Marie, duc de Guise, (né à Twickenham le - mort à Paris le )
  6. un fils (mort-né le 15 juin 1861)
  7. un fils (mort-né en juin 1864)

Biographie[modifier | modifier le code]

Après la révolution de février 1848, le duc et la duchesse d'Aumale s'établissent en Angleterre et ne tardent pas à y acheter une demeure, Orleans House, près de Twickenham. L'amitié qui lie Marie-Caroline à la reine Victoria facilite alors l'exil des Orléans.

La princesse de Salerne, veuve en 1851, les y rejoint.

Après la mort de son fils aîné en 1866, Marie-Caroline reste inconsolable. Elle n'en accueille pas moins chaleureusement la duchesse Sophie-Charlotte en Bavière qui vient d'épouser en 1868 son neveu, le duc d'Alençon et avec qui elle se lie d'amitié. La jeune femme, enceinte, étant dépressive, le couple Aumale prête aux jeunes mariés leur demeure de Palerme.

La signature de la duchesse.

Atteinte de tuberculose, elle s'éteint en exil en 1869, sans avoir revu la France. Elle est alors âgée de seulement quarante-six ans. De tous ses enfants, il ne lui reste qu'un fils de 15 ans qui meurt trois ans plus tard.

Le duc et la duchesse d'Aumale ont vécu un amour réciproque qui ne s'est jamais démenti. Une fois son épouse morte, le prince refuse de se remarier. Après 28 années de veuvage, il meurt d'une crise cardiaque en apprenant le décès dans des circonstances tragiques de sa nièce, la duchesse d'Alençon.

Titres[modifier | modifier le code]

  • 26 Avril 1822 - 25 novembre 1844 Son Altesse Royale La princesse des Deux-Siciles.
  • 25 Novembre 1844 - 6 décembre 1869 Son Altesse Royale Madame la duchesse d’Aumale, princesse d'Orléans.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Mathieu et André Devèche, Tableau généalogique de la Maison de Bourbon, Éditions de La Tournelle, 1984.
  • Éric Woerth, Le duc d'Aumale : L'étonnant destin d'un prince collectionneur, L'Archipel, juin 2006 (ISBN 2-84187-839-2)

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Clémentine est la fille de Marie-Thérèse de Bourbon-Naples, elle-même sœur du prince de Salerne