Marie-Aurore de Kœnigsmark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kœnigsmark.
Marie-Aurore de Kœnigsmark
Aurora von Königsmarck.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Père
Conrad Christoff von Königsmarck (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Maria Kristina Wrangel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
-Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

Marie-Aurore, comtesse de Kœnigsmark (1662-1728) fut une femme célèbre par son esprit et sa beauté.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle naquit dans la ville hanséatique de Stade, dans le duché de Brême. Elle était la fille du général Kurt-Christophe de Kœnigsmarck (1634-1673), tombé au siège de Bonn, et de Marie-Christine de Wrangel (1628-1691). Elle avait deux frères, Philippe-Christophe de Kœnigsmark et Charles-Jean de Kœnigsmark

Dépouillée de sa succession, elle vint à Dresde pour solliciter auprès de l'électeur de Saxe, Frédéric-Auguste Ier (depuis roi de Pologne) : elle inspira à ce prince une vive passion, à laquelle elle ne tarda pas à répondre.

Deux enfants illégitimes naquirent de cette union :

  • Maurice (1696-1750) qui devint maréchal de France, et fut l'arrière-grand-père de George Sand.
  • Anne (1707-?), qui épousa en 1730 Charles de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Beck (1690-1774).

Après avoir joué quelque temps un rôle des plus brillants à la cour de son royal amant, elle se retira dans l'abbaye de Quedlinbourg, dont elle était parvenue à devenir prieure (office qui lui conférait la dignité de princesse du Saint-Empire) et se consacra tout entière à l'éducation de son fils.

Source[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Marie-Aurore de Kœnigsmark » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (Wikisource)