Marie-Antoinette Maupertuis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marie-Antoinette Maupertuis
Illustration.
Fonctions
Présidente de l’assemblée de Corse
En fonction depuis le
(1 an, 3 mois et 1 jour)
Prédécesseur Jean-Guy Talamoni
Conseillère à l’assemblée de Corse
En fonction depuis le
(1 an, 3 mois et 1 jour)
Élection 27 juin 2021
Groupe politique Fà populu inseme
[a]
(16 jours)
Élection 10 décembre 2017
[a]
(26 jours)
Élection
Conseillère exécutive de Corse

(5 ans, 6 mois et 14 jours)
Élection
Réélection
Président Gilles Simeoni
Conseil exécutif 6e (collectivité territoriale)
1er (collectivité)
Biographie
Date de naissance (55 ans)
Nationalité Française
Parti politique Femu a Corsica
Profession Professeur d’économie

Marie-Antoinette Maupertuis, dite « Nanette Maupertuis », née le , est une femme politique et une universitaire française exerçant en Corse.

Élue conseillère à l’assemblée de Corse sur la liste de Gilles Simeoni aux élections de 2015, elle est reconduite en 2017 et en 2021, mais, nommée conseillère exécutive dès 2015, elle ne siège à l’assemblée de Corse que depuis 2021 du fait de l’incompatibilité de l’exercice de ces mandats simultanément. À la suite du renouvellement de 2021, elle devient la première femme à accéder à la présidence de l’organe délibérant de la collectivité de Corse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Éléments personnels et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Marie-Antoinette Maupertuis, dite « Nanette[b] », suit une formation universitaire en économie, qu’elle suspend pour exercer la fonction d’attachée parlementaire auprès de Max Simeoni à Bruxelles[2].

En 2016, elle est professeur d’économie à l’université de Corse et y dirige le laboratoire de recherche en sciences humaines et sociales du Centre national de la recherche scientifique[1],[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Numéro deux de la liste autonomiste de Gilles Simeoni (Femu a Corsica), elle est élue conseillère à l’assemblée de Corse à la suite de l’élection de 2015. Cependant, lors de la séance d’installation de la mandature tenue le , elle est désignée membre du conseil exécutif de Corse sous la direction de Gilles Simeoni. Ce dernier lui confie la présidence de l’agence du tourisme de la Corse (ATC) ainsi que le domaine des affaires européennes[3],[4],[5].

En vue de l’élection de l’assemblée de Corse de , Marie-Antoinette Maupertuis figure une nouvelle fois deuxième de la liste de Gilles Simeoni, conduite cette fois-ci dans le cadre de la coalition de Pè a Corsica réunissant des autonomistes et des nationalistes. Elle est élue quelques semaines avant la mise en place — au  — de la collectivité de Corse, issue de la fusion des départements de la Corse-du-Sud et de la Haute-Corse avec la collectivité territoriale de Corse. Le , à la séance inaugurale de l’Assemblée, de nouveau présentée pour une nomination au sein du conseil exécutif, elle est reconduite conseillère exécutive après l’élection de la liste dirigée par Gilles Simeoni. Son portefeuille reste associé à la direction de l’ATC, mais il s’élargit aux affaires européennes et internationales, à la politique publique de l’innovation et à la stratégie de spécialisation intelligente[6],[7],[8],[9],[α].

Contrairement au précédent scrutin, les autonomistes et les nationalistes ne forment pas de coalition aux élections de l’assemblée de Corse organisées en 2021. Aussi, arrivée en tête aux premier et second tours, la liste « Fà populu inseme » de Gilles Simeoni obtient la majorité absolue à l’Assemblée avec 32 des 63 sièges, ce qui permet à Marie-Antoinette Maupertuis d’être une nouvelle fois élue conseillère. Sous cette nouvelle mandature, elle est élue présidente de l’assemblée de Corse par ses pairs le jour de son installation, le [10],[11],[12],[13],[14],[15].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Fonctions d’assemblée[modifier | modifier le code]

Fonctions exécutives[modifier | modifier le code]

Collectivité territoriale de Corse[modifier | modifier le code]

Collectivité de Corse[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Démissionnaire après sa désignation au conseil exécutif.
  2. Son prénom est usuellement adapté en « Nanette »[1].

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Collectivité de Corse, Le Conseil exécutif de Corse, (lire en ligne).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Noël Kruslin, « Portrait de Marie-Antoinette Maupertuis : l’éclairage scientifique et citoyen », Corse Matin,‎ (lire en ligne).
  2. a et b Karine Caslta, « Le nouveau visage du tourisme : Marie-Antoinette Maupertuis », Paroles de Corse, Ajaccio, no 44,‎ , p. 43.
  3. Julie Quilici-Orlandi, « Territoriales 2015. Ces candidats balanins qui comptent dans la campagne », Corse Matin,‎ (lire en ligne).
  4. « Territoriales : la répartition des sièges à l’Assemblée de Corse », France 3 Corse Viastella,‎ (lire en ligne).
  5. « Assemblée de Corse : retrouvez le visage du nouveau conseil exécutif », France 3 Corse Viastella,‎ (lire en ligne).
  6. « Élections territoriales en Corse : les listes déclarées », France 3 Corse Viastella,‎ (lire en ligne).
  7. « La collectivité de Corse, une première en France », France 3 Corse Viastella,‎ (lire en ligne).
  8. A. C.-C., « Conseil exécutif : dix conseillers, des attendus mais aussi quelques nouveaux visages pour composer le “gouvernement” élargi du président Simeoni », Corse Matin,‎ (lire en ligne).
  9. « Collectivité unique : l’élection de Gilles Simeoni et la structuration de l’Exécutif », France 3 Corse Viastella,‎ (lire en ligne).
  10. Morgane Quilichini, « Territoriales : Fà Populu Inseme pour “transformer l’essai” », Corse Matin,‎ (lire en ligne).
  11. Marion Galland, « Territoriales 2021 : “Fà populu inseme”, la liste de Gilles Simeoni », France Bleu RCFM,‎ (lire en ligne).
  12. « Second tour : Résultats des régionales 2021 : Gilles Simeoni facilement réélu en Corse », Libération,‎ (lire en ligne).
  13. Paul Ortoli, « Régionales 2021 : Gilles Simeoni conforté à la tête de la Corse », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  14. Hélène Battini, Patrick Vinciguerra, Marion Galland, Thibault Quilichini, Alexandre Sanguinetti et Jérôme Susini, « La nouvelle Assemblée de Corse installée », France Bleu RCFM,‎ (lire en ligne).
  15. Noël Kruslin, « Nanette Maupertuis élue présidente de l’Assemblée de Corse », Corse Matin,‎ (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]