Marie-Angélique de Mackau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marie-Angélique de Mackau
Marie-Angélique de Bombelles.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Marie-Angélique Charlotte de MackauVoir et modifier les données sur Wikidata
Époque
Nationalité
Activités
Mère
Fratrie
Renée Suzanne de Mackau
Armand Louis de Mackau (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants

Angélique Charlotte de Mackau, dite Marie-Angélique de Mackau (1762-1800), fille de Louis Eléonor de Mackau (1727-1767), gentilhomme alsacien, et de Marie-Angélique de Fitte de Soucy (1723-1801), fut la dame de compagnie d'Élisabeth de France (1764-1794), sœur de Louis XVI.

Biographie[modifier | modifier le code]

Angélique fut orpheline de père dès l'âge de 5 ans. Sans fortune, sa mère souhaitait la placer dans la Maison de Saint-Cyr, pensionnat pour jeunes filles nobles sans fortune fondé par la marquise de Maintenon, mais ayant été nommée en 1771 sous-gouvernante des enfants de France, elle partit à Versailles avec sa fille, qui fut ainsi élevée avec Madame Élisabeth, sœur du roi Louis XVI, sa cadette de deux ans. Une profonde amitié lia la petite Angélique à la princesse, qui se « l'attacha ». Parvenue à l'âge d'avoir sa propre maison en 1779, la princesse Élisabeth voulut qu'Angélique fût sa dame d'honneur.

Angélique épousa par amour, le à Saint-Cyr-l'École, Marc-Marie de Bombelles (1744-1822), ambassadeur de France auprès de la Diète impériale de Ratisbonne. La dot d'Angélique avait été constituée par la princesse Élisabeth, qui surnomma ensuite affectueusement son amie « Bombe ».

À la Révolution, le couple émigra et vécut douloureusement la déchéance de la monarchie, puis le supplice des membres de la famille royale, notamment celui de Madame Élisabeth qui fut guillotinée le .

Le frère d'Angélique, Armand Louis de Mackau (1759-1827), se rallia à la République française. Il fut par la suite ambassadeur à Stuttgart et à Naples.

Angélique mourut le à Brünn (aujourd'hui Brno), à l'âge de 38 ans. Son mari se fit prêtre en 1803, fut nommé évêque d'Amiens sous la Restauration et décéda en 1822.

Descendance[modifier | modifier le code]

Le couple eut plusieurs enfants, dont :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Marie, marquis de Bombelles (1744-1822), et Angélique, marquise de Bombelles (1762-1800), Que je suis heureuse d'être ta femme : Lettres intimes, Evelyne Lever, Editions Tallandier, Paris, 2009
  • Marc Marie, marquis de Bombelles (1744-1822), Journal du marquis de Bombelles, Jean Grassion et Frans Durif, Éditions Droz, Genève, 1977-1993

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]