Marie-Amandine de Schakkebroek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sœur Marie-Amandine (Pauline Jeuris)

Pauline Jeuris (en religion Sœur Marie-Amandine), née le 28 décembre 1872 à Herck-la-Ville (Belgique) et morte le 9 juillet 1900 à Taiyuan, en Chine, est une religieuse belge, franciscaine missionnaire, décapitée pendant la révolte des Boxers. Elle a été canonisée en 2000 par Jean-Paul II.

Vie[modifier | modifier le code]

Orpheline à l'âge de sept ans, Pauline (Jeuris) entre à la congrégation des Franciscaines missionnaires de Marie. Elle est d'abord infirmière à Marseille et part ensuite pour la Chine, à l'orphelinat de filles de Taiyuan[1] avec un groupe de six autres religieuses sous la responsabilité de Mère Marie-Hermine de Jésus. À cause de sa bonne humeur permanente, elle était surnommée la « vierge européenne qui rit toujours ».

Sainte Amandine en Chine

Lors de la révolte des Boxers, elle est décapitée avec plusieurs de ses consœurs :

Béatification - canonisation[modifier | modifier le code]

  • Béatifiée le 24 novembre 1946, avec vingt-huit autres franciscains et franciscaines martyrisés en Chine,
  • elle fut canonisée le 1er octobre 2000, par le Pape Jean-Paul II avec le groupe des 120 martyrs de Chine.
  • Sa fête a été fixée au 9 juillet.

Citations[modifier | modifier le code]

De sainte Amandine :

  • Comment pourrais-je Vous remercier… Je n’ai rien si ce n’est ma vie.
  • Je suis toute à Jésus et prête à tout ce qu’on attend de moi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Situation sur la carte de Chine.
  1. Dans le vicariat apostolique du Chan-Si septentrional (aujourd'hui archidiocèse de Taiyuan) dirigé par Mgr Grassi qui trouvera aussi le martyre

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rosa Giorgi, Le Petit livre des saints, Larousse, 2006, page 406 - (ISBN 2-03-582665-9)
  • Alain Guillermou, Des saints et des prénoms, Desclée de Brower, 1976, page 29

Lien externe[modifier | modifier le code]