Mariatou Koné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mariatou Koné
Illustration.
Fonctions
Ministre ivoirienne de l'Éducation nationale et de l'alphabétisation
En fonction depuis le
(1 an, 2 mois et 19 jours)
Président Alassane Ouattara
Premier ministre Patrick Achi
Gouvernement Achi I et II
Prédécesseur Kandia Camara
Ministre de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté

(2 ans, 8 mois et 27 jours)
Président Alassane Ouattara
Premier ministre Amadou Gon Coulibaly
Gouvernement Gon Coulibaly II et III
Prédécesseur Elle-même (Solidarité)
Successeur Belmonde Dogo
Ministre de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité

(1 an et 6 mois)
Président Alassane Ouattara
Premier ministre Amadou Gon Coulibaly
Gouvernement Gon Coulibaly I
Prédécesseur Elle-même (Solidarité)
Successeur Elle-même (Solidarité)
Ramata Ly-Bakayoko (Femme & Enfant)

(11 mois et 28 jours)
Président Alassane Ouattara
Premier ministre Amadou Gon Coulibaly
Gouvernement Duncan V
Prédécesseur Anne Desirée Ouloto (Solidarité)
Successeur Elle-même (Solidarité)
Biographie
Lieu de naissance Côte d'Ivoire
Nationalité Ivoirienne
Diplômée de Université Félix-Houphouët-Boigny
Profession Anthropologue
Religion Islam

Mariatou Koné est professeure d'anthropologie à l'Université Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan-Cocody et une femme politique ivoirienne. Titulaire de plusieurs portefeuilles de ministre depuis 2016[1], elle est nommée le , ministre de l'Education Nationale et de l'alphabétisation[2].

Elle est maire de la commune de Boundiali depuis 2018 et élue député de la commune de Boundiali-Ganaoni en 2021.

Biographie[modifier | modifier le code]

Première d'une famille de huit enfants, Mariatou Koné est mère de trois enfants. Musulmane, elle est membre du réseau des Femmes Musulmanes d’Afrique-Section Côte d’Ivoire (REFMA-CIE). Mariatou Koné est une passionnée de musique, lecture, de sport et de voyages[3].

Éducation[modifier | modifier le code]

Une fois avoir fini ses études primaires à l’école primaire catholique (EPC) pour filles de Daoukro de 1971 à 1977, sanctionnées par le Certificat d’Etudes Primaires Elémentaires (CEPE) et sa réussite à l’examen d’entrée en Sixième, Mariatou Koné a effectué une partie de ses études secondaires au Lycée Félix Houphouët Boigny de Korhogo puis au Lycée Moderne de Sassandra et enfin au Lycée moderne de Man.

Avec le Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC) en 1981 puis le baccalauréat série A4 en 1984, elle est orientée en sociologie à l’Université Nationale de Côte d’Ivoire à Abidjan où elle réussit le DUEL 1 en 1985, le DUEL 2 en 1986, la licence en 1987 et la maîtrise en .

Grâce à une bourse du Ministère de la Recherche Scientifique de Côte d’Ivoire, Mariatou Koné poursuit ses études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) de Marseille[4] en France. Elle y obtient le DEA en Sciences Sociales en 1990. Par ses résultats exceptionnels, elle bénéficie en plus de la bourse, d’une allocation de recherche de l’ORSTOM.

En , elle soutient le doctorat d'anthropologie (thèse unique) et le réussit avec la mention très honorable avec félicitations du jury, sur le thème «être encadreur agricole en Côte d'Ivoire: principes et pratiques (le cas de Sakassou)», sous la direction du professeur Jean‑Pierre Olivier de Sardan.

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

En , elle est nommée directrice coordonnatrice du Programme national de cohésion sociale (PNCS) En , elle en devient la directrice générale. Le , elle est nommée ministre de la solidarité, de la cohésion Sociale et de l'indemnisation des victimes. Le , elle se voit attribuer le Ministère de la femme, de la protection de l'enfant et de la solidarité. Le , elle est nommée ministre de la solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté.

Elle est experte et consultante internationale dans plusieurs domaines. Ses champs de recherche couvrent les problématiques foncières en Afrique, le développement rural, le genre, la santé, l'éducation, la cohésion sociale et depuis le milieu des années 2000, la question de la vulnérabilité des femmes ivoiriennes. C'est à ce titre qu'elle fut chargée de coordonner le programme national de cohésion sociale à partir de 2012.

Elle est coordinatrice du Laboratoire d’Etudes Environnementales et Foncières  de Côte d’Ivoire (LEEFCI) et membre de plusieurs réseaux scientifiques internationaux  dont Landnet West-Africa, la Chaire UNESCO Alimentation Du Monde (ADM), le «Réseau de formation et de recherche en socio-anthropologie de la santé en Afrique de l’Ouest» (REFASA), l'Association euro-africaine pour l'Anthropologie du changement social et du Développement (APAD), le Réseau International des Acteurs Emergents (RIAE), l’association des femmes chercheurs de Côte d’Ivoire.

Depuis 2013, elle est médiatrice pour la Paix de la CEDEAO et du WANEP.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « MariatouKONÉ (Ministre de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté) - Abidjan.net Qui est Qui », sur Abidjan.net (consulté le )
  2. « Communiqué de la présidence de la République », sur gouv.ci,
  3. « Pr Mariatou Koné, l'ivoirienne dans le TOP 100 des Africains influents, appelée au gouvernement (Portrait) » (version du 27 mars 2019 sur l'Internet Archive), sur www.rti.ci
  4. « Mariatou Koné, une chercheuse pragmatique pour redresser l’école ivoirienne », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )