Marianne von Werefkin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marianne von Werefkin
Werefkin, Selbstbildnis in Matrosenbluse.jpg
Autoportrait en blouse de marin (1893)
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Cimetière d'Ascona (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Vladimir Verëvkin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Yelizaveta Daragan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Mouvements
Genre artistique
Œuvres principales
Autoportrait (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Marianne von Werefkin (en russe : Мариамна/Марианна Владимировна Веревкина), née le à Toula, Russie et morte le à Ascona, Suisse, est une peintre russo-suisse de la période expressionniste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marianna Vladimirovna Verëvkina, née en 1860, est issue d'une famille aristocratique russe, proche du tsar[1]. Son père est un haut-gradé militaire[2],[3], alors commandant du régiment d'Ekaterinbourg dans l'Oural. En 1880, elle est l'élève d'Ilia Répine, le plus grand peintre réaliste de Russie. En 1888, elle a un accident de chasse au cours duquel elle se tire dans la main droite, avec laquelle elle peint, mais elle met au point un dispositif lui permettant de tenir le pinceau[2]. En 1891, elle rencontre Alexi von Jawlensky, par l'intermédiaire d'Ilia Répine[2],[1]. Le père de Marianne von Werefkin meurt en 1896. Marianne von Werefkin reçoit dès lors une pension importante du tsar. Elle décide de partir en Europe avec Alexi von Jawlensky. Elle se voit comme le mentor et le mécène de celui-ci. Mais lui aime une autre femme, Helene Neznakomova, qui vient vivre avec le couple de peintres, comme servante et cuisinière et dont il a un enfant en 1902[1]. En 1896, tous trois font alors un voyage à travers l'Allemagne, et notamment à Münich, lieu d'une avant-garde artistique, avec un climat intellectuel plus libéral, voire anarchiste, que le reste de l’Allemagne[1]. Pendant près de dix ans, elle ne peint plus, par contre. À Munich, elle est davantage reconnue comme une intellectuelle, passionnée d’art et de théorie. Ils côtoient notamment Paul Klee, Gabriele Münter et Vassily Kandinsky[1]. Elle se rend en France en 1903 et 1905, et y découvre les œuvres des Nabis et d'Henri Matisse[2].

En 1906, elle recommence à peindre. En 1907, elle entame son œuvre expressionniste[1]. En 1908, le couple Werefkin-Jawlensky s’installe avec le couple Münter-Kandinsky à Murnau en Bavière, dans une maison acquise par Gabriele Münter pour y travailler ensemble. Les idées et théories de Marianne von Werefkin ont sans doute une influence sur l'évolution picturale de Kandinsky à la même époque, dont la peinture était précédemment plutôt impressionniste[1].

En 1909, Marianne von Werefkin, Alexi von Jawlensky, Gabriele Münter, Vassily Kandinsky , et quelques autres fondent la Nouvelle Association des artistes munichois (NKV), qui tient sa première exposition à la galerie Thannhauser de Munich en décembre et qui donne naissance en 1912 au groupe nommé "Der Blaue Reiter" (Le Cavalier Bleu) (nom du titre d'une peinture de Franz Marc)[2],[1].

À la déclaration de la Première Guerre mondiale, ils émigrent en Suisse, près de Genève, puis à Zurich.

À la suite de la révolution russe de 1917, Marianne von Werefkin perd sa rente du tsar et se retrouve avec bien moins de ressources. En 1918, elle et Jawlensky se séparent. Marianne von Werefkin s'installe à Ascona. Jawlensky épouse Neznakomoff. En 1924, Marianne von Werefkin crée le groupe d'artistes Großer Bär[2],[1]. Dans les années qui suivent, elle continue à travailler, et peint des affiches. Des amis la préservent de la pauvreté. Elle meurt le [2],[1] et repose dans le carré russe du cimetière d'Ascona.

Œuvres importantes[modifier | modifier le code]

  • Abend in Murnau / Un soir à Murnau 1906/1910
  • Herbst (Schule) / Automne (école), 1907
  • Im Café / Au café, 1909
  • Tragische Stimmung / Humeur sombre, 1910
  • Schlittschuhläufer / Le Patineur, 1911

Marché de l'art[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dr Tayfun Belgin, Pr Ralph Melcher, Jacqueline Munck, Andrei Nakov, Marc Restellini, Pr Raimund Stecker, Denise Wendel-Poray, Detmar Westhoff, Dr Roman Zieglgänsberger, Expressionismus & Expressionismi - Der blaue Reiter vs Brücke - Berlin-Munich 1905-1920, catalogue de l'exposition de la Pinacothèque de Paris, 2011, 376 p. (ISBN 9782358670241)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i et j Susanne Böhmisch, « Être femme artiste en Allemagne au début du XXe siècle : obstacles et stratégies de contournement », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain. Cahiers du MIMMOC, no 24,‎ (ISSN 1951-6789, DOI 10.4000/mimmoc.6393, lire en ligne)
  2. a b c d e f et g Chiara Palermo, « Werefkin, Marianne von [Tula 1860 - Ascona 1938] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Dictionnaire universel des créatrices, Éditions Des femmes, , p. 4572-4573
  3. « Marianne von Werefkin », sur Archives of Women Artists Research & Exhibitions
  4. Résultats de ventes aux enchères

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :